lucile chesnais
activité : néantissime et un peu de jardinage
Abonné·e de Mediapart

557 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2022

la protection de la nature ?

A court terme ou dans une perspective plus large ?

lucile chesnais
activité : néantissime et un peu de jardinage
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

j'aimerais savoir si tous les manifestants qui s'élèvent contre l'extraction du lithium dans un coin particulièrement privilégié de Bretagne sont prêts à se passer complètement de bagnole (ce que je fais et je sais combien c'est difficile).
(les journalistes devraient faire une étude sociologique de ces "militants" pleins d'énergie et pleins de relais dans les media dominants).

J'aimerais savoir si tous les bobos (hypothèse à vérifier) qui refusent l'installation d'éoliennes sont prêts à habiter à côté d'une centrale nucléaire.

Bien sûr, je suis d'accord pour qu'on limite au maximum l'impact humain et animal de ces nécessités... mais il faut aussi arrêter d'être de mauvaise foi et être prêt à utiliser le lithium extrait dans des conditions mystérieuses très loin des petits jardins de résidences secondaires (dont l'impact écologique n'est pas, à mon humble avis, assez étudié).

Le danger nucléaire se résume à l'incapacité de nos ingénieurs trop intellos à concevoir la plomberie,  ses soudures, ses problèmes de corrosion,  et son obsolescence comme primordiale dans les circuits de refroidissement. Le facteur réchauffement de la planète et des rivières qu'elle porte est aussi passé sous silence. Sans compter le facteur humain et la santé mentale de ces mêmes ingénieurs, qui pour mener au bout leurs bricolages sont prêts à des dénis monumentaux.

Donc, à moins de nouvelles inventions, le lithium semble pour le moment un des facteurs primordiaux pour utiliser l'énergie électrique "intermittente"* (*terme cher aux partisans du nucléaire).

Donc : dites moi si l'écologie à long terme est gagnante si ces combattants de l'écologie "in my backyard" ont des combats bien utiles, avec une ouverture d'esprit suffisante.

partant de l'hypothèse qu'ils sont riches (à vérifier) et probablement propriétaires d'une "villa" dans le coin (à vérifier aussi), je leur suggère de vendre cette villa et d'aller en amazonie française lutter contre l'extraction de l'or en Guyane.

Je reconnais que mon billet cultive une certaine éventuelle mauvaise foi... mais je n'en peux plus de cette hypocrisie des gens "de gauche", qui mettent leurs enfants dans des colonies de vacances à thème et coûteuses tandis que les pauvres n'y ont plus accès alors que c'est eux qui en ont le plus besoin et qui continuent à avoir plusieurs voiture par famille, à faire des kilomètres pour rejoindre la résidence secondaire,  tout en pleurant sur le sort futur de la planète et sur l'éventuel passage de camions miniers près de "chez eux".

La villa individuelle, présentée depuis un siècle, comme une solution généralisable, enviable en tout cas même pour les prolos, n'est qu'un instrument de bétonisation des terres agricoles, et génère l'obligation de l'utilisation de bagnoles polluantes... sans compter les crédits immobiliers dont je ne dirais pas ici ce que je pense.

Au lieu de citadiniser les campagnes, il faut jardiniser les villes. Il faut que passer un week-end en ville ne soit pas "inhumain".Il ne faut pas fabriquer des villes si insupportables que tous ceux qui en ont les moyens prennent la fuite le vendredi soir. C'est pour ça qu'il faut se mobiliser, pas pour un petit territoire menacé par l'existence d'une mine. (Etant bien entendu que les expropriés et maltraités par cette mine devront être relogés et indemnisés généreusement - en fonction de leur état de nécessité ; etant bien entendu que tout ce qui pourra être sauvegardé ou déplacé pas trop loin pour protéger flore et faune sera réalisé).

Je m'énerve et j'ai la sensation de nager à contre-courant. Mais je voudrais bien qu'on y pense quand même un peu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum