La réforme des retraites mal engagée par l’exécutif!

La réforme voulue de ses vœux par le Président de la République, Emmanuel Macron est en débat à l'assemblée nationale. Alors que cette réforme est mal comprise par l'ensemble des Français, le fiasco politique par l’embrouille de la majorité présidentielle gagne du terrain. La réforme des retraites est mal engagée, il faut la retirer selon un sondage paru il y a quelques semaines.

1284884-checknews
Qui aurait cru un instant, la réforme des retraites voulues par le Président de la République, Emmanuel Macron susciterait de la défiance dans le pays ?

Rappelle des faits lors de la campagne des présidentielles, Emmanuel Macron avait promis, qu’il ne toucherait pas à l’âge pivot.

Nous constatons, le Premier ministre, Edouard Philippe a retiré provisoirement l’âge pivot, mais il sera réintégré de toute façon en 2037. Cet âge pivot a été remplacé par l’âge d’équilibre, pour un peu mieux embrouiller les Français.

De toute façon, les Français en général veulent le retrait de cette réforme, car ils n’y comprennent en rien à son fonctionnement, mais aussi à son financement, mais surtout la peur de l’instauration du point, qui dans la tête de tous les Français y voient une arnaque, une baisse en soi de leurs pensions, ou de leurs futures pensions.

Comment voulez vous faire passer une réforme, si à la base les Français n’ont pas eu de pédagogie par l’exécutif ? Les sondages montrent bien à 62%, ils veulent le retrait pur et simple.
Pour quelles raisons le gouvernement s’entête dans cette fronde entre les Français qui veulent son retrait et les syndicats les plus chevronnés qui eux veulent le retrait aussi ?

Nous sommes dans une impasse proprement parlante, de plus le gouvernement nous a aussi menti, car nous avons 10 régimes de retraite et non 42 régimes de retraite à la base. Le professeur de l’université Paris 13, Monsieur Florent Tétard me l’a confirmé dans un long rapport et document à l’appui.

Enfin, la Commission européenne émet des doutes sérieux sur le financement de cette réforme en cours à l’assemblée nationale, mais aussi sur le fond de ce dossier, car l’institution européenne pointe du doigt les incohérences sur le long terme.

Le Commissaire européen en charge de l’emploi et des affaires sociales, Mr Nicolas Schmit doit revenir vers moi, afin de me donner plus d’informations et la position de la Commission européenne.

En attendant, la contestation se fait sentir de plus en plus dans le pays, entre les manifestations et les grèves dans certains secteurs, comme chez les avocats ou chez les infirmiers, l’ensemble hospitalier, chez les professeurs, sans oublier le blocage de certaines raffineries, mais aussi on a subi les grèves à la RATP et la SNCF, depuis 1 mois voire 6 mois les revendications sont les mêmes, est – ce que ce gouvernement joue le contre-la-montre ou l’oreille sourde ?

Cette réforme sera sans doute votée à une majorité absolue, mais elle laissera des traces pour les deux dernières années du quinquennat d’Emmanuel Macron, car les Français comme les syndicats n’oublieront pas ce coup tordu, comme exemple avec la réforme sur l’assurance-chômage, aucune négociation possible, le gouvernement avait tendu un piège politique, on en connait les résultats.

Finalement, les échéances électorales vont être très difficiles, les défaites au gout amer pour la majorité présidentielle, les candidats Macron vont être lourdement sanctionné !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.