La fracture de la société américaine : une alerte majeure pour la France

La réaction quasi-immédiate du Président de la République, Emmanuel Macron, suite à la prise d’assaut du Congrès des États-Unis, le 6 Janvier dernier, impose une analyse du mal-être actuel du monde politique vis-à-vis de la société.

telechargement-1

Lors de son allocution, le Président Macron paraissait presque choqué. La présence du drapeau américain à l’arrière-plan rappelait que la France est un des plus anciens alliés des États-Unis. Ce symbole était-il bienvenu, ou au contraire déplacé ? La question mérite d’être posée, car le Président Macron semblait sous pression, comme si l’émeute américaine au Capitole rappelait les images des gilets jaunes marchant sur l’Arc de Triomphe…

Il paraissait vouloir se rassurer lui-même avant tout et prêter allégeance au Président Biden.

Il est vrai que les partisans du Président Trump avaient été incité à agir par ce dernier, estimant que l’élection du Président élu, Joe Biden, était entachée de fraudes.

Les réactions disproportionnées et violentes de certains peuples envers leurs dirigeants et leurs institutions paraissent survenir de plus en plus régulièrement, y compris parmi les démocraties les plus tolérantes.

Le berceau de la démocratie américaine a été mis à terre et à mal aux yeux du monde. Certes, le Président Trump a une grande responsabilité dans cet assaut et les désordres qui en ont découlé, mais la réaction empressée du Président Macron nous paraît toutefois dénoter une certaine fébrilité de sa part, voire de la peur.

Ses craintes sont peut-être justifiées. Depuis la crise des gilets jaunes en 2018, une fracture subsiste dans notre pays. La démocratie française a été atteinte et la défiance d’une partie du peuple, des vrais gilets jaunes, ceux de la France profonde, des travailleurs pauvres, des ouvriers, mais aussi des classes moyennes et des retraités, reste d’actualité.

L’inquiétude du Président Macron trouve sans doute son origine ici : les gilets jaunes pourront un jour revenir plus massivement, si leur quotidien ne s’arrange pas, si les fins de mois difficile débutent toujours le 10.

La crise sanitaire actuelle ne contribue pas à l’apaisement d’une situation déjà tendue. L’avenir s’annonce violent et sombre.

Pourtant, un espoir existe. Le Président de la République doit tirer tous les enseignements de ce qui vient de se passer aux Etats-Unis et de ce qui s’est passé en France en 2018. 

Une part des revendications populaires est compréhensible. Elle doit être entendue, à défaut d’être imposée par de nouvelles révoltes en devenir.

Si les politiques ne s’occupent pas sérieusement de leurs populations, alors elles le feront savoir, avec détermination. Imaginons un instant l’Elysée ou l’Assemblée nationale pris d’assaut…Ceci peut arriver. Notre démocratie paraît solide, mais ses fondations restent fragiles, tout comme aux Etats-Unis.

La crise révèle que nos démocraties ne sont peut-être que des colosses aux pieds d’argile.

Une part de la population française se paupérise jour après jour et se considère comme déclassée. Chaque jour, notre pays paraît perdre sa place dans le concert des grandes nations. Sa prédominance européenne faiblit inexorablement.

Les problèmes américains nous concernent indirectement. L’exécutif français doit en priorité prendre les problèmes nationaux à bras-le-corps et apporter les actions fortes qui contribueront à recréer une concorde nationale. La décentralisation et le travail des élus locaux et des maires en particulier, peuvent contribuer à restaurer la confiance du peuple.

Le président Macron doit agir, aujourd’hui, ici et maintenant, pour que les Français redeviennent fiers de leur Nation et retrouvent tous un niveau et une qualité de vie convenables.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.