Richard Ferrand doit démissionner! Moralisation vie publique

Le député LREM s'est immédiatement dit "déterminé à poursuivre [sa] mission" à la tête de l'Assemblée nationale. Il restera au perchoir quoi qu'il arrive, mais l'opinion va lui faire savoir, qu'il est mise en examen, il est un justiciable comme tous le monde.

Le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, nous avait promis une République exemplaire et irréprochable.

Aujourd’hui ce n’est pas moins de 5 personnalités importantes qui sont entachées dans les affaires judiciaires.
Ce matin, le couperait vient de tomber, le Président de l’Assemblée nationale, Monsieur Richard Ferrand vient d’être mis en examen, dans le dossier des mutuelles de Bretagne. Il a été mis en examen par le parquet financier pour prise illégale d’intérêt.

Un coup dur dans le camp de la majorité, dont cette majorité est divisée à soutenir encore le Président de l’Assemblée nationale, car ces députés proches d’Emmanuel Macron on fait de la moralisation de la vie publique, un marqueur durant cette campagne présidentielle.

Aujourd’hui nous pouvons observer que cette promesse s’effrite, quand on a le pouvoir et Monsieur Richard Ferrand est la 4ème personnalité importante de l’Etat, alors on reste accroché à ses diverses fonctions et ses privilèges, mais aussi son immunité.

Ce qui n’est pas croyable dans cette mise en examen, c’est d’apprendre le soutien de l’Elysée, le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron comme le premier Ministre, Edouard Philippe tous deux lui apportent leur soutien.

Evidemment, le Président de l’Assemblée nationale n’est pas inquiet par la justice, car en décryptant bien les propos de l’intéressé, au sommet de l’Etat on va retarder cette mise en examen, mais on va essayer de mettre un nom lieu sur cette affaire, Monsieur Richard Ferrand comme bon proche du Président de la République en sorte est protégé.

Dans une lettre ouverte adressée à Monsieur le Président de l’Assemblée nationale, je lui ai demandé de démissionner, car quand on représente la République, la nation, quand on est mise en examen, il faut se retirer afin de montrer devant la représentation nationale, qu’il est un justiciable comme un autre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.