La coopération militaire et diplomatique franco-allemande

Signé le 22 janvier 2019, soit 56 ans après le Traité de l’Élysée, le Traité d’Aix-la-Chapelle marque une nouvelle étape pour la coopération et l’intégration franco-allemande. Entrée en vigueur le 22 janvier 2020, le Traité d’Aix-la-Chapelle a pour but de compléter le Traité de l’Élysée signé en 1963. Analyse par Juliette Canivet

oip

L’entente du couple franco-allemande est le socle sur lequel repose l’Europe. C’est pourquoi le renforcement des défenses européennes et la consolidation du marché européen doivent donc se faire de concert entre les deux nations européennes. 

Le chapitre 2 du Traité d’Aix-la-Chapelle ; « Paix, sécurité et développement » et plus particulièrement l’article 3, expose un approfondissement de la coopération franco-allemande dans le domaine de la politique étrangère, ainsi que de la défense européenne et nationale. L’objectif de cette coopération accrue est de donner à l’Europe une capacité d’action autonome.

Pour cela, les deux gouvernements respectifs ont accepté de se consulter avant chaque prise de décisions qui impliqueraient leurs intérêts communs afin de définir des positions collectives.
Cette nouvelle manière de prendre les décisions importantes donne aux politiques de défense et de sécurité françaises et allemandes un caractère indissociable. Par ailleurs, une close particulière y a été inscrite. 

En cas d’agression armée d’un des deux partenaires, l’autre se doit d’intervenir par tous les moyens possibles et par la force si nécessaire pour lui prêter main forte.

Sur le plan militaire, il a été convenu que les différentes armées françaises et allemandes coopéreront étroitement lors d’opérations communes afin de mettre en place sur le long terme une culture commune d’opérations et de déploiements conjoints.

De plus, la France et l’Allemagne prévoient une coopération intensifiée dans le domaine de la recherche et de l’innovation militaire.

À l’image du projet SCAF lancé en 2017 par Emmanuel Macron et Angela Merkel, afin de doter l’Europe d’avions de chasse franco-allemands dès 2030.
Cette volonté affichée et revendiquée d’accroître la coopération du couple franco-allemand s’est affirmée en mars 2019 au Conseil de sécurité de l’ONU. Il faut savoir que la présidence du Conseil de sécurité change tous les mois. 

La liste du roulement mensuel est faite en anglais, de ce fait la France et l’Allemagne se suivent dans l’ordre de passage. Cela a permis au couple franco-allemand d’annoncer une présidence jumelée du Conseil de sécurité de mars à avril 2019.

Cette initiative permet aux Allemands et aux Français d’établir un programme commun sur deux mois pour le Conseil de sécurité. Il est important de comprendre que la France ne cède pas son siège au Conseil à l’Allemagne, il est question ici de coprésidence du Conseil de sécurité par la France et l’Allemagne pendant deux mois. Cette présidence jumelée est un symbole fort pour l’Union européenne.

L’Allemagne est un membre non permanent du Conseil de sécurité pour une durée de deux ans, à partir du début de l’année 2019 et jusqu’à la fin de l’année 2020. 
Contrairement à la France qui possède un siège de membre permanent ainsi qu’un droit de véto. Pour atténuer ce déséquilibre qui existe entre les deux partenaires, l’Allemagne aurait proposé la mise en place d’un siège européen au Conseil de sécurité.

En outre, depuis le Brexit, seule la France représente les intérêts européens au Conseil. Cette idée du siège européen n’est pas partagée par la France. Cependant conscient de ce déséquilibre, la France a fait de l'une de ses priorités, la création d’un siège permanent pour son partenaire allemand.  

La Déclaration franco-allemande de Berlin, sur la coopération entre la France et l'Allemagne dans les domaines de santé publique, économique, culturel, militaire, sécuritaire et de relations internationales du 31 mai 2021, nous donne des détails sur le renforcement de la coopération militaire.
Développé sous la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne, le lancement de la « boussole stratégique » sera finalisé lors de la présidence française du Conseil de l’UE en 2022. L’initiative boussole stratégique a pour objectif de réidentifier les menaces pour l’Europe et de renforcer le pilier européen au sein de l’OTAN.
Le projet a pour finalité de réunir les États membres de l’Union européenne autour d’une politique étrangère et d’une politique de défense et de sécurité commune.

L’Espagne a de plus, intégré le projet d’avion de chasse SCAF ainsi que la coopération entre les industries franco-allemandes spécialisées sur la production des prochaines générations de systèmes d’armes.
Après avoir passé seize ans à la tête du CDU allemand et de la chancellerie, Angela Merkel va se retirer du pouvoir et prendre sa retraite en septembre. La chancelière a travaillé avec de nombreux présidents français et a assuré pendant ses seize années une continuité des liens diplomatiques et économiques entre la France et l’Allemagne afin de maintenir durablement le couple franco-allemand.

L’arrivée d’un nouvel interlocuteur au sein du partenariat franco-allemand peut bousculer l’équilibre qui existe où le renforcer.

Les élections législatives en Allemagne auront lieu le 26 septembre 2021, ses élections ont pour objectif d’élire le successeur d’Angela Merkel à la chancellerie allemande. Au vu de la popularité du parti CDU, le Parti Démocrates Chrétiens en Allemagne, le candidat élu pour succéder à Merkel à la tête du parti, aura le maximum de chances d’être choisi par les conservateurs allemands à la chancellerie pour devenir le chef du gouvernement.

Les membres du Parti Démocrates Chrétiens ont choisi le modéré Armin Laschet pour diriger le CDU et misent tous leurs espoirs sur lui afin qu’ils deviennent le prochain chancelier. Malgré la popularité du CDU, il n’est pas exclu qu’un autre candidat le devienne à la place d’Armin Laschet.

Avant le 26 septembre, il est donc impossible de prédire l’avenir du tandem franco-allemand au sein de l’Union européenne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.