François Hollande: un quinquennat en demi-teinte, mais réussi!

Certains politiques à droite comme à gauche se donnent à cœur joie de critiquer le bilan de François Hollande, le président de la république. Si nous regardons bien de plus près les réformes mises en place, nous verrons que bons nombres de ses propositions ont été mises en oeuvre. Mais son image et sa communication ont terni son bilan, de ce fait, le bilan a été détourné par certaines bourdes.

francois-hollande-image-gauche
A deux mois de la fin de son mandat, François Hollande se prépare psychologiquement dans son bureau de la présidence de la République, à son avenir d'après et professionnel.

Que pouvons-nous retenir du bilan, tout simplement du quinquennat de François Hollande, en matière de ses promesses tenues. Certes, c'est un bilan en demi-teinte, mais il faudra souligner, les déficits et les comptes publics ont été stabilisés et non l'inverse sous le mandat de Nicolas Sarkozy.

Les promesses tenues Oui il y en a comme, le mariage pour tous et du même sexe, mais aussi l'égalité des chances dans le domaine de l'Education nationale, de grands chantiers ont vu le jour, comme dans le domaine de la santé, des choses ont vu le jour, du moins la prise en charge de la part complémentaire santé qui sera pour tout le monde à partir de l'année prochaine, sans compter aussi sur le domaine économique, le train de vie des ministres comme du chef de l'état a été un exemple lors de son quinquennat, sans compter sur une justice indépendante, et je voudrais le souligner, pour une fois, la justice a su faire son travail sans la pression du pouvoir sous ce mandat, comme pourrait l'insinuer, le candidat et l'ancien Premier ministre, M.François Fillon.

Sur le plan militaire dans le monde et de la sécurité sur notre territoire, et suite aux attentats, le gouvernement a été à la hauteur, M.François Hollande a très bien réagi, il a su mettre en place des dispositifs très rapidement et grâce au génie de l'ancien Ministre de l'Intérieur, M.Bernard Cazeneuve.

J'aimerais dire aux lecteurs et contradicteurs dans notre société, sous ce quinquennat, il y a eu de la volonté, certes, je le conçois il y a eu quelques bourdes, mais il faut retenir aussi les bonnes choses dans ce quinquennat.

Il est facile aujourd'hui de descendre et de salir un chef de l'Etat, surtout du côté de nos politiques, mais j'insiste sur un fait, et cela concerne nos concitoyens qui ont payé des impôts très chers, je voudrais leur dire, si vous avez payé autant d'impôt injustement, c'est que l'ancienne majorité a laissé un déficit de 600 milliards d'euros, on peut nous rabâcher à droite, c'est la faute de la crise, je voudrais leur dire, elle a bon dos avec vous la crise.

Quelle crise ? Le pays va un peu mieux, nous avons  du pouvoir d'achat, certes le chômage explose, mais il a baissé ces deux dernières années, malgré le nombre de chômeurs, mais on ne peut pas tout promettre, quand on hérite après avoir été élu un déficit monstrueux, comme l'a fait le gouvernement de M.François Fillon.

Je regrette que le Président de la république, vers la fin de son mandat, il ait pu nous imposer une loi sur le travail très dure et libérale, qui ne passe toujours pas auprès de nos ouvriers et des salariés, qui eux subissent des pressions tous les jours, voire du burn-out sur leur lieu de travail, sans parler des heures supplémentaires qui ne sont pas honorées. Cette loi aura vraiment mis du monde dans la rue, avec la cerise sur le gâteau, la loi Macron, c'était le ''pompon'' dans notre jargon.

Sans parler ce qui a mis un terme au bilan positif et en demi-teinte, le fameux livre du Président de la République, ou il dit ce qu'il pense et la vision de la France et de son quinquennat, mais en politique, quand on n'est Président de la république, je pense qu'il y a de la retenue à avoir et ne pas se confier aux journalistes et tout dire en pâturage.

Le mal est fait, M.François Hollande a pris la sage décision de ne pas se représenter, c'était une très bonne chose, pour l'apaisement du pays et la stabilité.

 

Enfin, il faut que nos politiques à droite, certes dans l'opposition prend un peu de recul, et voit ce qui a été fait de bien et non toujours dans le mal!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.