Rocketman : Scènes de sexe censurées, les voyeurs dépriment...

«Toutes les scènes de baisers, d’amour et de sexe oral entre hommes ont été coupées»

Imaginez le pauvre public assoiffée de cul, privé de cul, imaginez le film "Rocket Man" sans ses scènes de cul, on se demande comment le scénario peut résister à une telle censure, peut-être que le film repose sur autre chose que le cul et la drogue…?!

De plus, écrire des sottises pareilles ça me dépasse, ce journaliste a t-il connaissance de l'histoire du cinéma ? Connait-il le cinéma pré-code Hayes ? Cette époque a été la plus créative de l'Histoire du cinéma car il existait des limites sur le contenu qui pouvait être affiché à l'écran. Nous n'avions alors pas besoin de mettre des culs à l'écran ou de la drogue, c'était le vrai cinéma, c'était l'art de la suggestion ! Aujourd'hui c'est l'art de la perversion, il faut montrer les boyaux pour que le spectateur vienne et comprenne ce qu'il regarde.

Imaginez le spectateur d'aujourd'hui cherchant à analyser le fondu enchaîné à la fin de La mort aux trousses d'Alfred Hitchcock. Un couple s'apprête à faire l'amour fondu enchaîné sur un train pénétrant un tunnel. Voici donc l'art du grand cinéma, l'art de la suggestion.

Voir un homme et une femme faire l'amour à l'écran, intérêt zéro ! Cela est de la pornographie, rien d'autres, encore faut-il revenir aux origines des choses.

Voir deux hommes le faire à l'écran, intérêt plus que moins zéro, de plus il s'agit de propagande et ça marche à merveille, combien de personnes ignorantes vont réagir négativement à cette censure ? Leur endoctrinement est tout simplement pharaonique.

Vive le kinseyisme, seule une minorité comprendra mon billet et c'est bien notre grande drame, l'ignorance. Qu'est ce que le kinseyisme ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.