Marlène Schiappa et la palme d'or d'honneur attribuée à Alain Delon

L'indigence intellectuelle de cette élite dominante est manifeste, la loi devrait maintenant condamner rétroactivement un citoyen pour des propos qu'il a prononcé 40 ans auparavant, exit la liberté d'expression. La sollicitude du pouvoir à l'égard du lobby LGBT, non des homosexuels, devient de plus en plus ridicule.

Et maintenant écoutez ces mêmes individus vouloir enterrer Alain Delon, ceux-là même qui ont protégé le soldat Polanski, écoutez donc ce milieu du showbiz sur représenté par le lobby LGBT et les déviants sexuels, écoutez donc ces gens qui voudraient faire taire les critiques, écoutez donc ces gens débiter la même rengaine absurde et dénuée de tout raisonnement sur l'homophobie. Ainsi une critique émise contre le lobby LGBT et son idéologie ne peut provenir que d'un homophobe, d'un déviant mental, n'est-ce pas de la discrimination intellectuelle ?

Notre monde est entrain de se transformer, en moins d'une dizaine d'années, la mutation a été d'une rapidité inique au niveau médiatique, journaux, radios, télés, séries ou cinéma. Le lobby LGBT s'est imposé comme un nouveau garant de notre liberté d'expression, la police de la pensée LGBT, et surtout un modèle à incarner puisque largement présent à l'écran.

Alain Delon serait contre le mariage pour tous, c'est son droit, comme ceux qui sont pour cette idée ! Seulement les partisans du pour veulent empêcher ceux qui sont contre de s'exprimer avec des procès d'intention. Un bien étrange procédé pour ceux qui prétendent défendre le droit ou nos libertés.

Le racisme de Alain Delon ? Jamais entendu parlé et guère envie de perdre encore mon temps, la liberté d'expression est un droit fondamental et la liberté de réponse également, c'est cela la base d'une démocratie qu'on le veuille ou non, toute restriction de la parole citoyenne est une atteinte à la démocratie. L'éducation passe également par la parole, la communication, et non la censure. Pourtant nous avons en France des personnes qui instrumentalisent la loi pour empêcher les historiens d'effectuer certaines recherches sur la Seconde guerre mondiale (loi Gayssot), ou offrir l'immunité au lobby LGBT (loi contre les discriminations incluant l'orientation sexuelle…). Les dirigeants de notre pays ont hiérarchisé le racisme comme suit : 1/ juif, 2/ homosexualité, 3/ noir. En revanche les musulmans, arabes ou pratiquants de l'islam, sont dans une autre catégorie d'être humain selon nos éminences grises, laquelle me direz-vous, demandons à Marlène Schiappa et à ses acolytes...

A ce jour, je cherche toujours des personnes en capacité de faire un état des lieux de notre héritage en matière de sexologie or aucun de ces hystériques zélés de la communauté LGBT ne savent de quoi ils parlent, des fanatiques en marche pour leur cause nombriliste, à savoir légitimer toutes les déviances ou orientations sexuelles. Leur acronyme n'a t-il pas changé régulièrement de nom au cours des années, LGBT, LGBTq, LGBTqi, il faudrait penser à sonner l'alarme; quid de nos enfants et de ce que nous leur laissons.

TF1 propose depuis plusieurs années une émission familiale dont le but est de sélectionner le plus beau mariage parmi plusieurs couples. Nous avons pu voir des couples homosexuels et lesbiens à l'écran, c'est donc cela le progressisme. Si oui, de nombreuses personnes aimeraient comprendre où se situe le progrès et pourquoi des gens qui haïssent sincèrement les hétérosexuels veulent à tout prix leur ressembler en adoptant leur pratique telle que le mariage ? A quel moment la mascarade va t-elle s'arrêter ? La dépénalisation de l'homosexualité a eu lieu en 1982, depuis nous assistons à des dérives constantes et des attaques incessantes à l'égard de la liberté d'expression. Nombreux sont ceux à avoir rencontré des problèmes avec la loi pour de simples paroles, nombreux sont ceux, même parmi les homosexuels, à avoir été intimidé par les associations LGBT comme Pierre Palmade ou le danseur Patrick Dupond.

La question que chacun devrait se poser est simple, d'où vient cette idée selon laquelle toutes les pratiques sexuelles sont jugées normales et légitimes ?

Qui ? Quand ? Comment ?

Or, ils n'ont aucune réponse à fournir ou ne veulent pas qu'on en parle…

Pourquoi…?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.