RACHAT DE SFR PAR NUMERICABLE

LES FAITS SUR MACRON AU POSTE DE MINISTRE DE L'ECONOMIE

 

ministre%2BECO%2B291014.jpg

 

La transaction entre SFR et NUMERICABLE a fait jaser. En effet, Emmanuel Macron a déclaré qu'il n'était pas ministre au moment de cette transaction mais il s'agit d'un mensonge. Il a volontairement nié pour plusieurs raisons. Tout d'abord car il ne voulait pas être associé à DRAHI/RMC/BFM/SFR, ensuite car ce fut un échec d'avoir autorisé la cession de SFR à un investisseur étranger. En niant sa participation dans ce dossier, Emmanuel Macron se déresponsabilisait de toute implication, justifiant ainsi son incapacité à intervenir. Or tout est faux et cela n'a pas empêché Emmanuel Macron de répéter ces mensonges grossiers lors du grand débat l'opposant à Marine Le Pen durant les élections présidentielles 2017.

Premièrement, couvé par Jean-Pierre Jouyet, Emmanuel Macron occupait alors le poste de numéro 2 du cabinet présidentiel de l’Élysée au commencement des négociations. Au sein du cabinet présidentiel, le poste numéro 1 est celui du secrétaire générale de l’Élysée, se situant au-dessus du Gouvernement en terme d'influence, équivalent au poste de Premier ministre. Ceci reflète la hiérarchie, la dynamique institutionnelle. En conséquence, entre 2012 et 2014 et en tant que numéro 2 de l’Élysée, Emmanuel Macron était au cœur du système. Et c'est bien pour cette raison qu'il a été nommé ministre de l’Économie en replacement d'Arnaud Montebourg. L'arrivée de Macron à l'été 2014, a ouvert d'autres portes, celles des investisseurs étrangers tels que GENERAL ELECTRIC, NUMERICABLE, HOLCIM, KMD, NOKIA etc...

Deuxièmement, le domaine de prédilection de Macron a toujours été l'économie en vertu de son cv chez Rothschild & Cie. Il est donc farfelu de penser qu'il s'occupait d'autres choses ou qu'il ignorait la teneur de ces transactions. D'autant plus que le banquier de ALSTOM ou encore de TECHNIP était son ancien employeur : Rothschild & Cie.

Troisièmement, la fin des négociations et l'accord « sous conditions » de l'autorité de la concurrence sont tombés le 27 octobre 2014. Qui était ministre de l’Économie à cette époque ? Emmanuel Macron. Le président ainsi que les membres du collège de l'autorité de la concurrence sont nommés par le président de la république sur rapport du ministre de l’Économie. Bruno Lasserre (ENA) a été président de l'autorité de la concurrence pendant 12 ans (2004-2016). C'est un record parmi les huit autres présidents depuis 1963, le plus long mandat à la tête de cette institution du ministère de l’Économie. Toujours est-il qu'Emmanuel Macron aurait pu, comme le désirait Montebourg, s'opposer à cette vente grâce au décret « MONTEBOURG » limitant les investissements étrangers dans certains secteurs d'activités.1 Or il ne s'y est pas opposé.

 

autorit%25C3%25A9%2Bconqrance%2B27102014.jpg

 

Voici à votre disposition, et dans le détail, le protocole d'engagements entre l'acquéreur (NUMERICABLE) et l'autorité de la concurrence, spécial pour les férus de contrat.

Quatrièmement, un article de BFM Business anodin ? Non puisqu'il confirme encore ce que nous savions déjà, Emmanuel Macron était ministre de l’Économie au moment du deal entre SFR et NUMERICABLE. Un article de BFMTV daté au 12 novembre 2014 intitulé « Bercy donne son feu vert au rachat de SFR par NUMERICABLE » nous rapporte que le ministre de l’Économie a béni ce rachat en donnant son feu vert le 28 octobre 2014.2

Cinquièmement, le document financier 2015 de la société NUMERICABLE-SFR incluant le rapport financier annuel, nous indique que la fusion acquisition a été finalisé le 27 novembre 2014 après l'acquisition de la totalité du capital SFR par NUMERICABLE.3

 

docu%2BSFR%2Bnovembre%2Babsorption%2Bfinale.jpg


Bernard Mourad, banquier et ami de plus de 15 ans d'Emmanuel Macron, fut un entremetteur financier dans le cadre de l'opération de rachat de SFR par NUMERICABLE. Peu après il fut nommé par Patrick Drahi à la tête du nouveau groupe ALTICE Media. Il démissionna de ses fonctions fin 2016 pour rejoindre le parti politique de la révolution, En Marche, et ainsi contribuer à l'élection d'Emmanuel Macron au poste de la fonction suprême.4

 

dem%2BMOURAD.jpg

 

L'apothéose fut lors du grand débat 2017 opposant les deux candidats à l'élection présidentielle et durant lequel Emmanuel Macron a menti. Chacun peut vérifier cette information en cliquant sur ce lien diffusant l'intégralité du grand débat 2017. Il faudra se caler sur le temps de parole de Marine Le Pen à 4 minutes 30. A cet instant elle évoque la problématique de SFR/BFM/DRAHI, c'est alors que le candidat Emmanuel Macron lui coupe soudainement la parole alors qu'elle venait d'enchaîner 2 minutes d'intervention sans être interrompue ! Emmanuel Macron a été subitement réveillé par la sonnerie SFR. Sa réponse, aucune, juste une pirouette rhétorique. Puis, quelques secondes après, cette fois-ci sur le temps de parole de Macron à 5 minutes, nous pouvons l'entendre affirmer : « je n'étais pas ministre quand SFR a été vendu ». L'aplomb du personnage est déconcertant pour toute personne qui découvrirait la politique ou l'art du mensonge et de la manipulation.

 

gtpasministre.jpg

 

Notons que l'argument relatif au domaine privé est absolument fallacieux puisque la plupart des groupes cédés à des investisseurs étrangers relevaient du privé : Lafarge, Technip, Numergy, Arc International, Nexter, Club Med...

Conclusion lapidaire, le Président de la République française Emmanuel Macron a menti sur un sujet capital en réfutant le fait qu'il était ministre lors du rachat de SFR par NUMERICABLE (ALTICE). Ce n'est guère étonnant au regard de la campagne promotionnelle dont il a bénéficié et orchestré par les médias dominants dont BFM, RMC, Libération ou L'Express détenus par Patrick Drahi (ALTICE).

 

 

Frank D.

 

 

1Legifrance : Décret n° 2014-479 du 14 mai 2014 relatif aux investissements étrangers soumis à autorisation préalable.

 

2BFM Business : Bercy donne son feu vert au rachat de SFR par NUMERICABLE, Jamal Henni, 12 novembre 2014.

 

3Document de référence 2015 de la société NUMERICABLE – SFR incluant le rapport financier.

Voir PAGE 4 : 1.1.2.1 - Histoire de Numericable.

 

4Challenges : Bernard Mourad, de L'Express à Macron, Marc Baudriller, 4 octobre 2016.

 

Le Monde : Bernard Mourad, ancien banquier de Patrick Drahi, rejoint Emmanuel Macron, Sarah Belouezzane, 4 octobre 2016.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.