Dossier Tariq Ramadan (21) : Libéré, délivré, je ne mentirai plus jamais...

Le présumé innocent a été libéré sous contrôle judiciaire et l'instruction judiciaire suit toujours son cours aussi bien en France qu'en Suisse.

 

une2.jpg

 

Dossier Tariq Ramadan (1) : La descente aux enfers

Dossier Tariq Ramadan (2) : Audience du 5 Juin, aucune mise en examen

Dossier Tariq Ramadan (3) : Infidèle oui et alors ?

Dossier Tariq Ramadan (4) : Henda Ayari pleure chez Ardisson sur C8

Dossier Tariq Ramadan (5) : L'affaire Ramadan ou le comble d'un pays de cocus

Dossier Tariq Ramadan (6) : Pétitions, médias et mythomanie

Dossier Tariq Ramadan (7) : Audience(s) du mois de Juillet 2018

Dossier Tariq Ramadan (8) : Refus de remise en liberté, Henda Ayari la harceleuse, ultime joker

Dossier Tariq Ramadan (9) : Henda Ayari et le témoin X

Dossier Tariq Ramadan (10) : Qu'est ce que l'islam ? Qui sont les frères musulmans ?

HORS-SERIE : Docteur Fanny Bauer-Motti, soutien de la première heure de Tariq Ramadan

Dossier Tariq Ramadan (11) : Le fanatisme exacerbé des pro et anti-Ramadan

Dossier Tariq Ramadan (12) : Mashallah Qatar mon amour

Dossier Tariq Ramadan (13) : Ses soutiens au scalpel ainsi que sa secte d'assassins

Dossier Tariq Ramadan (14) : L'emprise psychologique

Dossier Tariq Ramadan (15) : Tensions et propagande pré-audience 18 septembre 2018

Dossier Tariq Ramadan (16) : Game Over

Dossier Tariq Ramadan (17) : Hypocrisie, propagande, à quand les sanctions pénales ?

Dossier Tariq Ramadan (19) : Justice 2.0, les SMS font la loi. Un an pour un demi aveu.

Dossier Tariq Ramadan (20) : Marie, dans les coulisses…

 


Rappel des faits

 

1er round

C'est l'heure du complot, des dénégations, et des pressions envers les plaignantes ou les potentielles victimes. Fanny Bauer-Motti (FBM), premier soutien médiatique de Tariq Ramadan, annonce la couleur en affirmant qu'il est innocent car « il n'a rien d'un violeur ».1 FBM a été une caution intellectuelle pour Tariq Ramadan et son compte à rebours humain tout au long de sa détention provisoire.

 

bandeauFANNY.jpg

 

 

2e round

Après être resté libre plus de trois mois, il est doublement mis en examen pour viols. Il continue à nier toute relation avec les deux plaignantes puis il est placé en détention provisoire le 2 février 2018.

 

3e round

Marie, la troisième plaignante, a déposé plainte pour viol contre Tariq Ramadan au mois de mars 2018. Lors d'une audience au mois de juin 2018, le présumé innocent reconnaît 5 adultères avec 5 femmes citées dans le dossier dont l'une d'entre elles est Marie. La violence de Tariq Ramadan à l'égard de ces femmes est également avérée mais selon le présumé innocent elle serait consentie à l'instar des relations sexuelles. La violence est le motif pour lequel il fut placé sous le statut de témoin assisté concernant Marie au lieu d'être mis en examen car ces violences volontaires sont indéniables.

 

4e round

Après avoir reconnu 5 adultères, il en avoue 2 autres et pas avec n'importe qui, avec les deux premières plaignantes, celles dont il niait jusqu'alors le moindre contact physique puisque selon lui leur relation était uniquement « virtuelle ».2

 

5eme round

Le 16 novembre 2018 il est finalement libéré sous contrôle judiciaire de la prison de Fresnes. Les plaignantes se sont chacune exprimées dans la presse, Marie estime que sa libération sous contrôle judiciaire « ne le rend pas innocent »3 et elle espère qu'on va la « laisser tranquille » grâce à sortie. Henda Ayari a exprimé ses craintes et Maître Grégoire Leclerc les a confirmées au travers d'un communiqué :

 

« Notre crainte la plus sombre se réalise déjà, puisque Madame Ayari est depuis lors, encore davantage harcelée, insultée, menacée, dans le réel et le virtuel ».4

 

Enfin Christelle nous alerte en déclarant que « Ce sont ces gens dévoués, corps et âme, aveuglés, qui sont dangereux », la libération sous contrôle judiciaire de Tariq Ramadan va renforcer leur sentiment d'impunité. Pour elle cette décision est de « l'inconscience totale ».5 Le combat continue pour les plaignantes tandis qu'il ne fait que commencer pour le clan Ramadan car la route est encore longue avant d'espérer être innocenté mais encore plus âpre pour réussir à gommer l'impossible et pour le moins compliqué d'expier des pêchés si le présumé innocent persiste à nier l'indéniable à l'endroit de l'Unique.

 

libre16112018bis.jpg

 

 

La sortie de prison

 

Tariq Ramadan, soupçonné de 3 viols en France, a été provisoirement libéré après avoir payé une caution de 300.000 euros et restitué ses papiers. Il lui est formellement interdit de quitter le territoire français et il devra pointer une fois par semaine au même commissariat. Enfin il a l'interdiction de rentrer en contact avec les plaignantes ou les témoins.

 

Il fut détenu provisoirement au centre pénitencier de Fresnes durant 9 mois or la moyenne de la durée d'une détention provisoire est de 28 mois selon les chiffres du ministère de la Justice. Il semblerait que le traitement de Tariq Ramadan concernant sa durée de détention en prison soit plus qu'équitable car bien en dessous de la moyenne. Quant au débat sur la mise en détention par elle même, elle a toujours été justifié par les ordonnances du JLD, et n'ayant eu aucun cas comparable dans les annales de la justice française, comment peut-on parler ou non d'équité ? Par rapport à qui ou à quoi ?

 

detention%2Bprovisoire.jpg

 

Nous apprenons aussi que Tariq Ramadan avait la possibilité de partager ses avis sur l'actualité depuis les murs de la prison via le hashtag #MotsDeLinterieur, était-ce le cas pour les autres détenus ? Est-ce équitable ?

 

Suite à l'annonce de sa libération, les réactions parmi ses soutiens du réseau Twitter furent irrationnelles comme s'ils venaient de remporter la coupe du monde de football. Emportés par leur euphorie la plupart n'hésitait pas à écrire qu'il était « libre » comme s'il avait bénéficié d'un non-lieu. Or l'instruction est toujours en cours et Tariq Ramadan est toujours accusé de 3 viols en France, d'un viol en Suisse et d'une agression sexuelle aux États-Unis. Est-il nécessaire de manifester autant de joie envers un homme qui a reconnu 7 adultères, violenté des dizaines de femmes et pratiqué une sexualité déviante confinant à l'humiliation de ses partenaires ? Chacun ses valeurs mais la loi, elle, tout comme la religion, répugne et condamne certain crime.

 

 

La première déclaration

 

Le 24 octobre 2017 Fanny Bauer-Motti effectuait sa première déclaration publique au sujet de Tariq Ramadan via le Huffington Post Maghreb. Ce même média vient d'offrir une belle tribune à un homme présumé innocent de 3 accusations de viol, lui permettant de rassurer tous ses soutiens.

 

Tariq Ramadan n'a tiré aucun enseignement de son séjour en prison car il prétend avoir été « maintenu en prison pour des raisons politiques ».6 Il s'agit donc d'un complot. Alors pourquoi aucun haut fonctionnaire de l'état français n'a été entendu dans le cadre de cette affaire de mœurs ? Et puis, comment une personne possédant la nationalité suisse peut-elle prétendre à l'éligibilité en France sans posséder la nationalité française ? Un mystère relevant de la science-fiction puisqu'à la fois juridiquement et matériellement impossible.

 

Il a remercié sa famille, son avocat ainsi que « tous ceux qui, à travers le monde, ont manifesté leur soutien avec beaucoup de générosité... ». Arrêtons-nous quelques instants sur la notion de la famille renvoyée par Tariq Ramadan auprès de ses semblables. Cet homme connu se présentait comme étant divorcé auprès de ses prétendantes pré-sélectionnées sur internet afin de pouvoir satisfaire sa libido déviante. Est-ce que l'infidélité ou le mensonge sont des manières de protéger sa cellule familiale ? Mentir pour protéger sa famille ou pour tenter de se protéger soi-même ? Et que pensez d'une personne qui a la prétention de protéger sa famille tout en menaçant de détruire celle des autres ? N'était-ce pas l'un des procédés utilisé par Tariq Ramadan pour contraindre ses maîtresses à réaliser toutes ses fantaisies puis à les garder sous silence ?

 

Mais il faudrait que la justice française accepte de croire candidement que les mensonges de Tariq Ramadan sont légitimes sous le fallacieux prétexte qu'il voulait protéger sa famille. Alors questionnons la famille Ramadan pour savoir si elle se sentait plus en sécurité et plus sereine avant ou depuis l'éclatement de l'affaire afin de déterminer si Tariq Ramadan a bien protégé sa famille.

 

Trahison, mensonge, manipulation, opprobre sur fond de sexualité déviante, voici quelques mots pour dépeindre le lien qu'entretient Tariq Ramadan avec sa famille. Tariq Ramadan s'est marié à Iman en 1986, il était alors âgé de 24 ans, et selon Stéphane Lathion les dérives sexuelles de son ancien ami débutèrent fin des années 1980...7

 

« Je tiens à remercier ma famille pour son soutien indéfectible ainsi que mon avocat, Me Emmanuel Marsigny, pour sa gestion du dossier. Ma profonde gratitude va également à toutes celles et tous ceux qui, à travers le monde, ont manifesté leur soutien avec beaucoup de générosité, de patience et de courage, malgré le lynchage médiatique, les insultes et les menaces. Merci à tous, du fond du cœur. Votre présence m’a donné de la force ».

 

La victimisation du présumé innocent est indécente au regard des multiples accusations portées contre lui. Cela ne l'empêche pas de parler de lynchage médiatique d'« insultes » et de « menaces », c'est à se demander si Tariq Ramadan est présumé innocent ou un plaignant ! Rappelons que les plaignantes subissent des pressions intenses allant jusqu'à mettre en cause leur intégrité physique.

 

Sa déclaration s'achève par une remarque cynique au regard des événements :

 

« Le droit et la justice l’emporteront face à la calomnie et aux mensonges sans que nous ayons besoin d’y perdre notre calme et notre sérénité ».

 

Nous oublions déjà toutes les déclarations acerbes du réseau Ramadan Bauer-Motti à l'encontre du droit et de la justice française ainsi que tous les mensonges. Nous oublions aussi combien la présomption d'innocence n'a été que rarement respecté par les soutiens de Tariq Ramadan. En effet il n'existe que trois options possibles : innocent, coupable, sont des statuts post-jugement, et présumé innocent correspondant au statut pré-jugement. Et c'est ainsi que celui qui était jugé coupable par avance, se retrouvait libéré provisoirement par une justice discriminatoire et inique selon les soutiens de Tariq Ramadan.

 

 

Sur les plaignantes

 

Enfin la première intervention médiatique de Tariq Ramadan contenait également une pensée pour les plaignantes et ceux qui les soutiennent :

 

« Comme je l’ai fait il y a un an déjà, avant ma détention, je vous réitère ma demande d’éviter les commentaires injurieux, les insultes et les menaces à l’égard des plaignantes et de ceux qui les soutiennent ».

 

En voici une remarque pleine de sollicitude ou d'irresponsabilité voilée d'hypocrisie. Cependant il aurait mieux fallu commencer par condamner sans détour les pressions subies par les trois plaignantes depuis un an au lieu d'écrire un tel poncif.

 

Si « comme » l'islamologue l'a fait « il y a un an déjà » alors sa déclaration n'est qu'une manœuvre de communication visant à se dédouaner du comportement de ses ouailles. Or, en ne les condamnant pas, il les ménage et les encourage évidemment à continuer. En réalité ce message est une porte ouverte à tous les dérapages.

 

Les trois plaignantes ne viennent-elles pas toutes les trois d'exprimer dans les médias leurs inquiétudes après la libération de Tariq Ramadan ? Alors il faut les écouter car il est légitime de prendre en considération leur propos. Enfin, entendre dans la même interview le présumé innocent déclarer qu'il a été la cible de menaces tout en étant incapable de condamner les dérives de ses propres soutiens visant les plaignantes, c'est tout à fait révélateur du personnage.

 

 

Plainte contre les soutiens

 

J'ai déposé une plainte contre les soutiens de Tariq Ramadan pour les motifs suivants : harcèlement moral, diffamation, et atteinte à l'intimité et à la vie privée. L'impunité ne doit exister en aucune circonstance, et les personnes se rendant coupable d'une attitude délictuelle doivent être sanctionnées. Je ne suis pas un cas isolé et mon mécontentement n'est que l'arbre qui cache la forêt, nous pouvons en être certain car beaucoup ont subi la même chose mais peu iront jusqu'à déposer plainte. J'ai supporté leur acharnement durant une période de quatre mois. Face à l'hypocrisie et à l'absence de sanctions, j'ai décidé d'agir personnellement. Tout cela n'est aucun cas une lubie puisque j'avais déjà dénoncé leur comportement sur mon blog dans un article entièrement dédié aux soutiens de Tariq Ramadan.

 

recipisseplainte.jpg

 

 

 

 

Frank D.

 

 

1Huffington Post Maghreb : Tariq Ramadan, Lettre Ouverte, par Fanny Bauer-Motti via le blog, 24 octobre 2017.

2Le Monde : Tariq Ramadan admet avoir « menti » sur ses relations avec deux accusatrices, Yann Bouchez, 23 octobre 2018.

3Europe 1 : Tariq Ramadan remis en liberté : "le fait qu'il soit sorti ne le rend pas innocent", réagit Marie, une des plaignantes, Salomé Legrand, 15 novembre 2018.

4Europe 1 : Tariq Ramadan remis en liberté : Henda Ayari "davantage harcelée, insultée, menacée", 16 novembre 2018.

5Europe 1 : TEMOIGNAGE EXCLUSIF - Après la libération de Tariq Ramadan, l’une des plaignantes dit craindre pour son "intégrité physique", Salomé Legrand, 16 novembre 2018.

6Huffington Post Maghreb : Tariq Ramadan s'exprime pour la première fois depuis sa mise en liberté conditionnelle, par la Rédaction, 20 novembre 2018.

7Le Point : Quand Tariq Ramadan dénonçait les relations extraconjugales, Ian Hamel, 7 juin 2018.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.