Robert Mégel 1973, l'affaire des Tournelles 2006

Publié le 24 décembre 2017 sur mon blog : http://lhommequimurmuraitaloreilledesourds.blogspot.com/ La détention provisoire n'a pas été appliqué pour Robert Mégel... En filigrane ressort le nom de Jean-Marc Borello, proche d'Emmanuel Macron

 

 

 

20161103-deplacement-mme-pinville-003bis.jpg

 

 

Les faits

 

Lieu des faits, un château situé au milieu d'un parc boisé de 15 hectares et converti en institut d'accueil pour enfants inadaptés, à Hautefeuille, en Seine et Marne (77).Les Tournelles accueillaient 50 garçons âgés de 7 à 18 ans souffrant de trouble du comportement et de la personnalité afin de leur faire profiter d'une thérapie innovante basée sur la rééducation via le luxe et le merveilleux : vacances au ClubMed, cadeaux somptueux, soirées dans des palaces parisiens, Lido, Carlton ou restaurant Ledoyen.Des visiteurs renommés : Danièle Mitterrand, elle avait accompagné Raïssa Gorbatchev, Françoise Dolto et la juge Eva Joly y tenaient conférence, Yehudi Menuhin, violoniste américain, José Artur animateur radio sur France Inter, Françoise Giroud journaliste et politicienne, Erik Orsenna, écrivain.1Le directeur de l'institut des Tournelles Robert Mégel a été condamné à 12 de prison en 2006 pour viols et agressions sexuelles, Selon les propos de la victime, Robert Mégel c'était « le roi et sa cour ».2

 

 

Portrait de Robert Mégel

Robert Mégel est le dernier né d'une fratrie composé de 7 enfants, orphelin de père, sa mère était croyante et pratiquante. Robert Mégel découvrit son homosexualité à l'adolescence. Il échoua au baccalauréat à l'instar du concours d'entrée à l'ENA. Ce sont ses amours homosexuels qui le propulsèrent vers les hautes sphères du pouvoir, le luxe et le merveilleux, selon ses propres déclarations.

 

 

« Ses amants, dira-t-il, ont été pour la plupart des hommes mariés, pères de famille. Parmi eux, des hauts fonctionnaires, des magistrats, qui ont fait du jeune instituteur suppléant qu'il était à 20 ans le "contrôleur des centres en charge des mineurs pour la direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ)" qu'il est devenu à 25 ans (1973), et qui ont ensuite veillé sur toute sa carrière au sein de la chancellerie, puis à la présidence de ce centre des Tournelles, après un rapide passage dans un cabinet ministériel ».3

 

 

 

Robert Mégel est âgé de 58 ans lorsqu'il est condamnée à 12 ans de réclusion criminelle pour viols et agressions sexuelles sur un mineur par la cour d'assises de Paris. En 2004, lors de la première instance, il avait écopé d'une peine de 11 ans de prison.4 Après sept ans d'instruction et une procédure en appel confirmant la décision de première instance, Robert Mégel a définitivement été reconnu coupable d'abus sexuels sur mineurs. Les faits sont d'autant plus graves qu'ils ont été exercé par une personne ayant autorité sur des mineurs. Visiblement, en plus du droit de cuissage et des avantages afférents à son poste, Robert Mégel bénéficiait de tous les pouvoirs sur n'importe lequel de ses sujets, faisant de lui le « monarque » incontesté au château des Tournelles.

 

 

L'impunité de Robert Mégel est intrinsèquement liée aux membres prestigieux qui siégèrent au conseil d'administration des Tournelles et dont il était le directeur. Énarques, hauts fonctionnaires, magistrats et chefs d'entreprise. L'équipe éducative a été qualifié d'« instable et malléable, constituée de jeunes recrutés, sans formation, jusque dans les bars marocains et formés à la main du directeur général ».5 Entre sa mise en examen et la fin de la procédure judiciaire il n'aura passé que cinq jours en prison grâce à l'intervention en sa faveur de la juge Francine Caron. Elle autorisa sa remise en liberté sous contrôle judiciaire sur la base d'un dossier à charge et falsifié pour discréditer le plaintif6. Cette procédure est « rarissime dans ce type de dossier ».7

 

 

Robert Mégel débuta sa vie professionnelle en tant qu'éducateur dans les années 1970, avant de faire carrière comme fonctionnaire de la justice auprès des mineurs. En 1973 il était déjà la cible d'une première procédure de la brigade des stupéfiants et du proxénétisme, une affaire classée sans suite. Robert Mégel était alors éducateur dans un centre médico-pédagogique situé à Dammartin-sur-Tigeaux. Puis entre 1978 et 1997 Robert Mégel a été le directeur de l'institut des Tournelles accueillant des adolescents inadaptés8. Il proposait une thérapie par « le  beau et le merveilleux », dans un château en Seine et Marne. Le public accueilli regroupait des jeunes garçons présentant des problèmes de comportement, ce qui est d'autant plus pratique pour les dénigrer en cas de conflits. Il suffisait simplement de rappeler que ces jeunes étaient agressifs, associables ou voleurs, pour les discréditer. Le financement du château des Tournelles provenait de la sécurité sociale, du ministère de la justice et de mécènes, essentiellement l'argent prélevé de la poche du généreux contribuable.

 

 

Chronologie des faits

Les premières mèches ont été allumé par une série de lettre anonyme de dénonciation adressée au cabinet de Xavier Emmanuelli, secrétaire d'Etat chargé des Questions humanitaires. Nous sommes alors le 13 mars 19979. Puis l'histoire débuta réellement par des aveux d'un pensionnaire prénommé Jérôme, au mois d'avril 1997. Il se plaignit d'avoir été violé et d'être l'objet de multiples atteintes sexuelles, les témoins sur place sont le pédophile Robert Mégel, et Nicolas Ovigny, son adjoint et ancien formateur10. Au procès, le témoignage de Jérôme a été renforcé par Heddy, un autre pensionnaire des Tournelles et par ceux de « trois anciens élèves, dans un autre établissement »11.Cependant ces derniers faits étaient prescrits comme si la souffrance pouvait avoir une date de péremption.

 

 

    • 13 mars 1997, dénonciation anonyme transmise au gouvernement par l'intermédiaire de Xavier Emmanuelli.

    • Mai 1997 une plainte est déposé par Jérôme et sa famille qui réclament justice.

    • 12 septembre 1997 mise en examen de Robert Mégel pour viols et agressions sur mineur, il est libéré après 5 jours de détention provisoire grâce à la sollicitude du juge Francine Caron.

    • 23 novembre 2004 ouverture du procès devant la cour d'assises de Melun.

    • 9 décembre 2004 Robert Mégel est condamné à 11 ans de prison pour viols et agressions sexuelles sur un ancien pensionnaire.

    • 12 mai 2006 dernier recours en appel à la cour d'assises de Paris, il est condamné à 12 ans de réclusion criminelle pour viols et agressions sexuelles sur un deux de ses anciens pensionnaires.12

 

 

La ministre de l'Emploi et de la Solidarité Martine Aubry a soutenu la décision de fermer temporairement l'institut des Tournelles en attendant sa reprise par de nouveaux gestionnaires sans relations avec les prédécesseurs. Pour les membres du cabinet de Martine Aubry la situation aux Tournelles se résumait ainsi : « C'est une association d'escrocs, qui bénéficiait d'un certain nombre de protections »13.

 

 

Les enquêteurs de l'IGAS ont constaté « la dérive financière et immobilière » de l'association les Tournelles et l'utilisation du système « à des fins personnelles ». « Le principal, mais non le seul bénéficiaire, était M. Mégel, qui s'est assuré un train de vie fastueux aux Tournelles pendant vingt ans, note le rapport. Ces bénéficiaires ont usé et abusé aussi bien des fonds publics provenant du budget de l'institut que des dons d'entreprises , d'un legs [de 35 millions de francs et de ses revenus. (...) Les enfants ont bien davantage été utilisés pour servir le système financier immobilier et les intérêts personnels que l'inverse ».14

 

 

 

Le 6 octobre 1998 le parquet de Meaux ouvrait également une enquête préliminaire pour abus de biens sociaux, abus de crédit et abus de pouvoir, afin de « vérifier les informations du rapport ministériel ». De son côté, l'association des Tournelles déposa un recours devant le tribunal administratif pour contester l'arrêté préfectoral lui retirant la gestion de l'institut.

 

 

 

Le comité de soutien Mégel

Les défenseurs de Mégel étaient constitués les familles des pensionnaires et par des membres de l'association des Tournelles, « une véritable panzerdivision, ces témoins tellement bien préparés qu'ils répondent aux questions avant qu'elles leur soient posées », avait ironisé l'avocat de la défense représentant Jérôme, la victime15.

 

 

 

  • Jean-Louis Voirain, ancien procureur adjoint de la République au tribunal de grande instance de Bobigny, un passif plutôt conséquent dans le domaine du faux, de la manipulation, il est finalement arrêté en 2003 et passa huit mois en détention provisoire. Il fut condamné à 3 ans de prison dont 20 mois ferme en 2008 pour « trafic d'influence, corruption, blanchiment aggravé et recel de fonds provenant d'abus de biens sociaux », dans l'affaire du Sentier II entre la France et Israël.16 Durant sa garde vue, il a reconnu avoir perçu de l'argent et accepté des cadeaux, Rolex, Breitling, stylo Cartier, Mont-Blanc, un voyage, mais sans rien offrir en échange selon lui, il a bénéficié de la générosité des gens, classique. Or, après une perquisition à son bureau, au palais de justice, cette affaire, déjà retentissante pour un homme de ce statut, a littéralement achevé d'anéantir le cercle familial. Il a été découvert des photos d'enfants mineurs nus. Le juge Voirain avait des jumelles et une belle-fille. L'une d'entre elles présentait des « troubles du comportement » qui ont d'ailleurs nécessité un internement. Par la suite, sa belle-fille l'a accusé d'attouchements sexuels, une enquête a été est ouverte puis classée sans suite.17 Il a été membre du conseil d'administration des Tournelles.

 

  • Colette Kreder, ancienne directrice de l’École polytechnique féminine de 1979 à 1994,18 son nom a été cité sur la base d'écoutes téléphoniques. Son interlocuteur était le magistrat Étienne Madranges. Elle a été membre du conseil d'administration aux Tournelles.

 

  • Étienne Madranges, ancien substitut général au parquet de la cour d'appel de Paris, il est passionné par la photographie, fasciné par le mystique et collectionneur d'anges. La principale occupation d’Étienne Madranges est la photographie. Il a immortalisé sur papier glacé des églises, des vitraux, le palais de justice de Paris ou encore l'art oublié dessiné sur les murs des prisons françaises. Parmi tous ses ouvrages photographiques, le thème de l'un de ses portfolios semble se démarquer de celui des édifices historiques du patrimoine mondial, il s'agit du portfolio intitulé « Au pays des seigneurs, images du Nord de l'Inde » réalisé en 2007. Les clichés ont été principalement pris dans le Rajasthan, un état situé au nord-ouest de l'Inde, dans lequel s'est déroulée l'arrestation de Rameez en 2017. Cet enseignant aurait violé près de 200 enfants.19 L'Inde est devenu une sorte d'eldorado pour le tourisme sexuel, notamment sur la côte est, à Goa, comme en Thaïlande, en Birmanie ou au Sri Lanka. Cette digression n'est que du sensationnalisme comme sait produire l'usine médiatique et n'a aucun lien avec Étienne Madranges, l'information est cependant bien réelle. Étienne Madranges a été cité dans l'affaire des Tournelles par le biais d'écoutes téléphoniques avec Colette Kreder. Il lui évoquait des « soirées à l’Élysée Matignon où le whisky coulait à flots » ou encore des personnes complotant pour s'emparer des Tournelles20. Pas un mot sur la victime Jérôme. Étienne Madranges a été membre du conseil d'administration des Tournelles.

 

 

  • Nicolas Ovigny connaissait Robert Mégel depuis 20 ans et a contribué à sa formation professionnelle, il a été son adjoint aux Tournelles. Finalement cet incident de parcours ne l'empêcha pas de devenir directeur de trois établissements médico-sociaux situés à Coulommiers : la MAS des Oliviers, le SAMSAH du Grand Morin et le FAM résidence Siméon.21 L'ancien adjoint des Tournelles avait bénéficié d'une sacré promotion mais à quel prix ? Au moins celui du silence.

 

 

  • Philippe Sauzay a fait la rencontre de Robert Mégel en 1973, l'année où Mégel a été la cible d'une enquête par la brigade des stupéfiants et du proxénétisme (BSP), l'affaire fut classée sans suite. Il a été « membre de l'association Les Tournelles de longue date […] et administrateur plusieurs années, puis président du 28 février au 10 octobre 1998 ». Philippe Sauzay a été un fidèle soldat de Valéry Giscard d'Estaing en tant qu'ancien chef de cabinet du Président de la République 1974-1978.

 

 

  • Geneviève Moll, journaliste, ancienne rédactrice en chef sur France 2, elle s'est illustrée en apostrophant Jérôme la victime avec ces mots : « T'es qui toi ? Tu devrais avoir honte, petit merdeux ». Elle a été soupçonné d'avoir muselé la presse pour éviter que ce fait divers ne s'ébruite. Geneviève Moll a été membre du conseil d'administration des Tournelles.22 

 

 

  • Françoise Gaspard, formation énarque (ENA) de la promotion André-Malraux,23 sociologue et députée-maire de Dreux. Elle est réputée pour son féminisme engagée notamment aux cotés de Claude Servan-Schreiber, sa femme, ou de Colette Kreder. Elle est la première femme politique française à avoir reconnu publiquement son homosexualité. Elle a été cité comme témoin de la défense.

 

  • Hélène Dorlhac de Borne, ancienne secrétaire d’État sous les présidents Giscard et Mitterrand. Alors qu'elle était secrétaire d’État à la Famille, elle fut à l'origine de la première loi sur la prévention des mauvais traitements à l'égard des mineurs autrement la mise en place du « 119 enfance en danger ». Elle a aussi été inspectrice de l'IGAS de 1991 à 2000. Dans l'affaire des Tournelles elle a été cité comme témoin de la défense.

 

  • Simone Rozès, ex-directrice de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), système au sein duquel a fait carrière Robert Mégel à partir des années 1970. Simone Rozès s'est distinguée en étant la première et unique femme présidente de la Cour de cassation de 1984 à 1988. Elle a été cité comme témoin de la défense.

 

  • Jean-Marc Borello est à l'origine de la venue de Danièle Mitterrand aux Tournelles. Le nom Mitterrand est encore associée à la grande cause pédophile. Jean-Marc Borello, lui faire confiance eut égard à son passé est un comble, mais il affirmait effrontément que les viols et les agressions sexuelles étaient «  impossible de la part de Robert. J'ai la certitude absolue de son innocence. Avec cette affaire, on a déclenché sur les Tournelles une avalanche médiatique et développé un insupportable climat d'homophobie ». Une rhétorique qui sera reprise par Maître Florand, l'avocat de Mégel24.

 

 

Les témoignages sont sans appel

Christophe, 34 ans à la barre, a été élève aux Tournelles, après une absence il est retourné aux Tournelles « à 18 ans et quelques semaines » en tant qu'« amant attitré » de Robert Mégel. Le président de la Cour Dominique Coujard l'interrogea : «Il attendait votre majorité » ? le témoin répondit : « on peut le dire comme ça ». Cette relation aura duré deux ans. Son frère, Eric, était un « visiteur assidu » des Tournelles, devant la cour il a parlé d'un « trio gagnant » composé du patron Robert Mégel, et de deux anciens administrateurs, Jean Tremsal, psychiatre, et Jean-Marc Borello. Les faits évoqués par Eric ont eu lien en 1991. Un dernier témoin, Pascal, délivrait le même genre de récit scabreux, il était alors âgé de 14 ans et les faits remontaient aux années 70's, époque où Robert Mégel travaillait comme éducateur spécialisé dans un Institut médico-pédagogique (IMP) à Dammartin-sur-Tigeaux. A l'été 1973, après un séjour en Espagne, le jeune Pascal avait été hospitalisé pour « un chancre syphilitique à l'anus » indiquant un contact avec une personne infectée par la syphilis. La mère de Pascal avait même surpris sont fils dans son lit avec Robert Mégel25. Une procédure avait été lancé à son encontre mais Mégel avait été blanchi. Il aura donc fallu attendre la récidive et qu'une autre victime ait suffisamment de courage pour rompre le silence, et mettre en examen Robert Mégel. Il n'a été incarcéré que cinq jours puis a été libéré était resté grâce à l'intervention de la présidente de la chambre d'instruction de la cour d'appel de Paris, Francine Caron. Cette dernière est réputée pour avoir mis fin à 17 années de procédure dans l'affaire du sang contaminé en ordonnant un non lieu général pour les 30 médecins, spécialistes et conseillers impliqués en 2002. Une affaire qui avait éclaboussé Laurent Fabius et Georgina Dufoix. Cette même Francine Caron a autorisé la libération de Robert Mégel dans l'attente de son procès, lui permettant de couvrir ses arrières. Enfin nous retrouvons Francine Caron en tant que juge d'instruction à Paris, elle était en charge de l'inculpation de Jean-Claude Krief pour « vol, faux et usage de faux en écriture privées », en référence au faux procès-verbal rédigé dans l'affaire du Coral en 1982.

 

 

Le cas Borello

Jean-Marc Borello est un ancien éducateur spécialisé qui a occupé plusieurs fonctions ministérielles durant les années 1980, puis il est devenu gérant de la Compagnie financière du triangle, la holding du Groupe REGINE, comprenant boites de nuit, hôtels et restaurants, notamment les célèbres clubs parisiens du Palace et Regine's ou encore le restaurant Ledoyen. Des endroits fréquentés par les chouchou de Robert Mégel lors de ses virées nocturnes alors qu'il exerçait aux Tournelles.26 Jean-Marc Borello a été condamné à 6 mois de prison avec sursis alors qu'il était le gérant du Palace. En 2000 il recevait le titre de Chevalier de la légion d'honneur pour toute l’œuvre qui va suivre.27

 

 

 

En 1982 il est chargé de mission à la Mission interministérielle de lutte contre la toxicomanie (Milt) créée la même année.28 Son principal responsable sera le chef de la Milt, Franck Perriez, un énarque.29 La Milt était rattachée au ministère de Nicole Questiaux remplacée par Pierre Bérégovoy au mois de juin 1982 puis Georgina Dufoix à partir de 1984. Dans le cadre de cette fonction Jean-Marc Borello fit la connaissance de Régine Choukroun, de cette rencontre naquit l'association SOS Drogue International (SDI) créée en 1984 avec l'ambassadrice des nuits parisiennes.

 

 

 

Cette association fonctionnait sur le même principe qu'un radar flashant un véhicule pour excès de vitesse, elle ne luttait pas contre un phénomène mais elle réduisait simplement ses conséquences.30 Le concept de « Sleep-in » offrait le cadre idéal aux toxicomanes pour se droguer, de manière hygiénique dans un lieu sécurisant, offrant les principales commodités. Pour SDI il n'était pas question de sevrer les drogués mais de les accompagner dans leurs dérives en leur offrant un cadre plus serein pour se droguer sans dommages.

 

 

Cette association s'est aujourd'hui grandement diversifiée dans le secteur social, devenue une véritable machine associative comprenant plus de 300 établissements avec un chiffres d'affaires atteignant les 700 millions d'euros. Borello a été surnommé par certains « le Bernard TAPIE du social ». Rappelons que cet ancien administrateur des Tournelles appartenait au trio gagnant Jean Tremsal, Robert Mégel et lui-même. Il n'hésita pas à défendre Robert Mégel en affirmant que : « ces faits sont matériellement impossibles », surenchérissant en assurant que « dans cette institution, compte tenu de son mode de fonctionnement, ces histoires de pédophilie étaient impossibles »31. Après avoir nié son implication dans le trafic de drogue au Palace, ceci malgré les évidences, il a continué à nier encore et encore dans l'affaire des Tournelles. Robert Mégel et Jean-Marc Borello ont été formé par deux énarques, il n'est donc pas anormal de voir une évolution aussi perverse dans la manipulation.

 

 

De 1986 à 1995, Borello a fréquenté le monde festif de la nuit, ses excès et ses fréquentations hautes en couleurs. Son aventure au Palace s'est arrêtée presque dix plus tard, après le démantèlement d'un réseau de jeunes trafiquants d'ecstasy en 1996. L'établissement fut ensuite proposé à la vente aux enchères, marquant la fin d'une époque pour les nuits parisiennes. Dans cette affaire Jean-Marc Borello a écopé de 6 mois de prison avec sursis pour avoir « facilité à autrui l'usage de stupéfiants ». Le patron du Palace s'est contenté de nier les faits alors que le trafic de stupéfiants était de notoriété publique puisqu'il avait également lieu dans d'autres clubs comme Le Scorpio et Le Queen. Sans oublier que nombreux sont les membres du personnel de la boîte de nuit qui étaient au courant que cette clientèle « d'allumés » se droguaient au stupéfiants.

 

 

 

Voici comment sont décrits les faits dans l'arrêt de la cour de cassation :32

 

« Il est peu crédible qu’aucun de ces préposés n’ait jamais fait état de la situation à Jean-Marc ; qu’il est par ailleurs peu cohérent avec le passé d’éducateur et de spécialiste des questions de toxicomanie en sa qualité de membre de la Mission interministérielle de lutte contre la toxicomanie de Jean-Marc que celui-ci ait pu rester inconscient du phénomène de consommation de stupéfiants qui se déroulait dans les grands établissements de nuit parisiens ; que des coupures de presse, contemporaines des faits, produites par le Parquet, attestent du caractère public de la question de l’ecstasy ; qu’il est également peu compréhensible que Jean-Marc, ainsi qu’il l’a reconnu, ait relancé les “ afters “ dont l’artificialité était évidente aux yeux mêmes de certains patrons de boîtes de nuit comme Philippe,33 ainsi qu’il sera dit ci-après ; qu’enfin, il convient de relever qu’il a été retrouvé dans le secrétariat du prévenu un article du journal Libération qui fait état de consommation d’ecstasy en lien avec la fréquentation de son établissement article que Jean-Marc prétend ne pas avoir lu ; que les éléments matériels ainsi rassemblés permettent de considérer que Jean-Marc a eu connaissance des faits de trafic et de consommation qui se déroulaient dans son établissement ». Sans équivoque, ajoutons à cela une déclaration parmi d'autres en soutien au pédophile Robert Mégel : « Impossible de la part de Robert. J'ai la certitude absolue de son innocence. Avec cette affaire, on a déclenché sur les Tournelles une avalanche médiatique et développé un insupportable climat d'homophobie ».34 Voilà un homme dont les certitudes et les opinions semblent préférables à ignorer...

 

 

Enfin, la perle, Jean-Marc Borello a été l'un des enseignants d'Emmanuel Macron alors qu'il effectuait ses études à l'Institut d'études politiques de Paris (SciencesPo).35 il l'a notamment soutenu pour son concours d'entrée à l'ENA pour l'épreuve « Questions sociales ».36 Ils se connaissent depuis 15 ans et c'est ainsi qu'il est devenu l'un des neuf délégués nationaux du mouvement En Marche !37 Avec un homme tel que lui, les professionnels du secteur médico-social peuvent se sentir rassurés, Borello est un expert des stupéfiants condamnés pour facilitation de l'usage à autrui de stupéfiants, et ses valeurs morales ne font plus débat après avoir fait l'apologie des crimes de Robert Mégel lors du procès des Tournelles durant les années 2000.

 

 

 

Après la condamnation de Robert Mégel, son avocat, maître Jean-Marc Florand, s'était offusqué de cette « erreur judiciaire », ajoutant « aujourd'hui, on condamne un innocent, ce n'est pas bon d'être homosexuel dans ce pays ». Il estimait que son client était la victime d'un jugement homophobe, une bien étrange manière de respecter la souffrance des victimes de viols, d'agressions sexuelles, et les vraies victimes d'homophobie.

 

 

 

Au gouvernement du renouveau

Il a été l'un des soutiens d'Emmanuel Macron lors des présidentielles 2017 avec parmi eux Daniel Cohn-Bendit, Pierre Bergé, Frédéric Mitterrand qui déclara au sujet de Macron « un beau gosse brillant à la Kennedy » ou encore « la France va être amoureuse de Macron ».38 Le 5 septembre 2017, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud commandait un rapport suite à une décision gouvernementale de réduire le nombre de contrats aidés. Elle décida de faire appel à l'expertise de Jean-Marc Borello, Le 16 janvier 2018 il remettait son rapport sur les politiques d’inclusion à la ministre du Travail.

 

ministre_borello_marx.png

 

Au-delà des suggestions émises dans son rapport, la réelle question qui se pose est : peut-on confier l'avenir de l'emploi à des personnes comme Jean-Marc Borello ? Et que dire de Muriel Pénicaud, une femme qui a touché le pactole chez Danone suite à un plan de licenciement dont elle avait connaissance en tant que DRH ? Une femme à la tête de Business France qui a organisé le voyage de Macron à Las-Vegas sans appel d'offres,39 et bien sûr la loi travail contestée, affaiblissant les droits des salariés. Enfin une femme qui prend conseil auprès de Jean-Marc Borello à l'instar du président Emmanuel Macron.

 

 

Le monsieur social d'En Marche est aujourd'hui à la tête d'un véritable empire non lucratif mais tirant des bénéfices substantiels grâce aux activités annexes du Groupe SOS qui offrent ses propres services à l'association. Le Groupe SOS est devenue la première entreprise sociale d'Europe.

 

 

 

 

Tournelles> Mitterrand

 

(même système de protection qu'à l'époque Dugué/Amaniera/Coral/CRIES/CCL du pasteur Doucé)

 

 

Coral > Krief > juge Caron > Tournelles

 

 

Mitterrand> son neveu Frédéric > Hubert Védrine > Glencross n°1

 

 

Glencross n°1 > Caignet > Doucé > Spartacus > Glencross n°2

 

 

Caignet > Alapetite > Vuillaume > Toro Bravo/ADO71

 

 

Alapetite> Cyril Legann dit « Babar » > Jeremstargate

 

 

 

 

 

 

120minutes : De la ''rééducation par le beau'' au procès pour pédophilie, 23 novembre 2004.

Libération : L'éducateur nie les viols et campe en précurseur incompris, Jacqueline Coignard, 2 mai 2006.

Le Parisien : Les victimes des Tournelles réclament justice, François Vignolle et Mathieu Janin, 15 mars 2001.

 

2Libération : L'éducateur nie les viols et campe en précurseur incompris, Jacqueline Coignard, 2 mai 2006.

 

3Le Monde : Adepte du luxe, choyé par la chancellerie, l'ancien directeur des Tournelles comparaît pour viols, Pascale Robert-Diard, 24 novembre 2004.

Le Monde : Le procès Megel ou l'anti-Outreau, Pascale Robert-Diard, 16 mai 2006.

 

4Le Monde :L'ex directeur des Tournelles condamné à onze ans de prison pour viols, Pascale Robert-Diard, 10 décembre 2014.

 

5Libération : L'éducateur nie les viols et campe en précurseur incompris, Jacqueline Coignard, 2 mai 2016.

 

6Libération : L'éducateur de luxe nie les viols et plaide ''le merveilleux'', Jacqueline Coignard, 26 avril 2006.

 

7 Le Parisien : Affaire Mégel : déjà trois ans de procédure, Mathieu Janin, 12 septembre 2000.

 

820minutes : De la ''rééducation par le beau'' au procès pour pédophilie, 23 novembre 2004.

 

9Le Parisien : L'éducateur de luxe jugé pour pédophilie, Guénaèle Calant, 23 novembre 2004.

 

10Libération : Défilé chic pour défendre l'ex éducateur des Tournelles, Jacqueline Coignard, 6 mai 2006.

 

11Le Monde : L'ex-directeur des Tournelles condamné à onze ans de prison pour viols, Pascal Robert-Diard, 10 décembre 2004.

 

12Le Monde : Robert Mégel condamné à 12 ans de réclusion, 12 mai 2006.

 

13Le Monde : Les dérives d'un centre de rééducation ''par le luxe'', Alexandre Garcia, 13 novembre 1998.

 

14Le Monde : Les dérives d'un centre de rééducation ''par le luxe'', Alexandre Garcia, 13 novembre 1998.

 

15Libération : Douze ans de prison en appel pour l'ex éducateur Robert Mégel, Jacqueline Coignard, 13 mai 2006.

 

16Le Monde : L'ancien juge Voirain condamné pour trafic d'influence et corruption, 13 décembre 2008.

 

17Le Monde : Jean-Louis Voirain : un si bon magistrat, Pascale Robert-Diard, 15 avril 2008.

Libération : Voirain soupçonné de pédophilie, Dominique Simmonot et Fabrice Tassel, 13 février 2003.

 

18Fonds d'archives Colette Kreder au Centre des archives du féminisme stocké à l'Université d'Angers.

 

19India Times : Rajasthan police arrest 'monster' paedophile teacher who raped 200 children in last 10 years, 11 février 2017.

 

20Libération : Défilé chic pour défendre l'ex éducateur des Tournelles, Jacqueline Coignard, 6 mai 2006.

 

21Dépend de l'Association des Établissements du Domaine Emmanuel (AEDE) réunissant 27 établissements, répartis entre l’Île-de-France et l'Alsace. Nicolas est responsable des 3 structures de l'AEDE basés sur le territoire de Coulommiers, la MAS, le FAM et le SAMSAH.

 

22Le Parisien : Le directeur des Tournelles défendu par ses amis, Denis Carreaux, 8 décembre 2004.

 

23Promotion André-Malraux (1975-1977) : Gilles Johanet, Jean-Marc Sauvé, Frédéric Thiriez ou Olivier Schrameck

 

24Le Monde : Robert Mégel condamné à 12 ans de réclusion, avec AFP, 12 mai 2006.

 

25Libération : La méthode Mégel par ses élèves, Jacqueline Coignard, 11 mai 2006.

 

26Le Monde : Les dérives d'un centre de rééducation ''par le luxe'', Alexandre Garcia, 13 novembre 1998.

 

27Le Monde : Légion d'honneur, 16 juillet 2000.

 

28MILT : Décret n°82-10 du 8 janvier 1982 portant création du comité interministériel de lutte contre la toxicomanie et de la mission permanente de lutte contre la toxicomanie.

MILDT : Décret n°96-350 du 24 avril 1996 relatif au comité interministériel de lutte contre la drogue et la toxicomanie et à la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie.

 

29Promotion Guernica, Cyrille Schott préfet de Seine et Marne entre 1998 et 2001, Serge Weinberg relation d'affaires d'Emmanuel Macron.

 

30Le Monde : Jean-Marc Borello : un patron sans but lucratif, Annie Khan, 11 juin 2009.

 

31Libération : Défilé chic pour défendre l'ex éducateur des Tournelles, Jacqueline Coignard, 6 mai 2006.

 

32Cour de Cassation, Chambre criminelle, du 13 décembre 2000, 99-86.322.

 

33Philippe Fatien boss du Queen à Paris.

 

34Le Parisien : Le directeur des Tournelles défendu par ses amis, Denis Carreaux, 8 décembre 2004.

 

35Sciences Politiques, Emmanuel Macron promotion 2001.

 

36Le Point : Jean-Marc Borello, le vrai patron de Macron, Marc Vignaud, 7 mars 2017.

 

37Le Monde : Emmanuel Macron nomme ses ''ambassadeurs'', 26 octobre 2016.

Stéphane Travert (1969) devenu ministre de l'Agriculture du président Macron, Bariza Khiari (1946), Caroline Saudemont (1949) petite-fille du fondateur de l'entreprise Arc International sauvée par des capitaux américains grâce au ministre de l'Economie Macron, Françoise Holder (1943) entreprise Paul, Catherine Barbaroux (1949), Patrick Toulmet (1955) prothésiste dentaire, Sacha Houlié (1988), Axelle Tessandier (1981) et Jean-Marc Borello (1957).

 

38Gala : Frédéric Mitterrand : ''La France va tomber amoureux de Macron comme je le suis'', Mathieu Bonis, 11 mai 2017.

''C’est un beau gosse brillant à la Kennedy. Tout le monde l’a rencontré, sauf moi. Il doit me trouver trop sulfureux pour m’approcher. Je suis certain que Macron n’est pas gay, contrairement aux bruits qui ont couru. Mais Mathieu Gallet, qui a été mon directeur de cabinet à la Culture, doit être fier qu’on lui ait prêté une liaison avec lui''.

 

39Le Figaro : L'inspection du travail épingle Business France au temps de Muriel Pénicaud, AFP, 19 décembre 2016.

 

 

Frank D.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.