"L’Union Populaire Républicaine (UPR)" :

Confrontés à l'UPR de F. Asselineau, nous avons décidé de prendre la bête par les cornes, afin d'expliquer les différents rouages de ce parti. 

 

  

 

1- Un Parti ancré à l'extrême-droite

 

► Les axes principaux de l'UPR sont les suivants :

  •  Sortie de l'Euro/Union Européenne
  •  Anti OTAN
  •  le reste est clairement utopique et sans fondements réels ( économie, santé, emploi ect.)

 

En parcourant le site internet de l’UPR, on comprend que le programme de François Asselineau porte uniquement sur deux phobies : l’Union Européenne et les États-Unis.

Asselineau a pour seul objectif la sortie de l'Union Européenne, de l'euro et de l'OTAN.

 

 

Dans la charte de l'UPR on peut lire notamment ceci:   

 

 

"A quoi sert-il, par exemple, de débattre sans fin, voire de se déchirer, sur la fiscalité, la lutte contre les délocalisations, le financement des retraites, l’immigration, l’environnement, etc., puisque les grandes décisions stratégiques en la matière, qui ont été dérobées au peuple français, sont déjà prises par les dirigeants non élus de la BCE et les Commissaires européens, également non élus ?

L’UPR insiste d’ailleurs sur le fait que la prolifération des sujets subalternes est, avec la thématique de « l’Autre Europe », l’un des leurres essentiels mis en avant par les partisans de la construction européenne pour empêcher les Français de s’intéresser au seul sujet qui compte : qui a le pouvoir de décider de quoi ?

 

L'UPR nous dit que sa politique en matière d'immigration ne peut se discuter qu'à travers la sortie de l'UE. Il est intéressant de constater que l'UPR ne se contente pas de regretter des transferts de compétences vers l'UE de la politique de l'immigration. Il lui reproche aussi la nature de cette politique: la charte 1 reproche d'avoir "transformé notre pays en une passoire où entrent sans contrôle les hommes et les marchandises". Un autre article sur leur site 3 parle lui "des millions de personnes, quelle que soit leur nationalité, [qui] peuvent entrer sans vérification sur le sol français venant de Belgique, du Luxembourg, d’Allemagne, d’Italie ou d’Espagne". C'est ce que l'on appelle l'espace Schengen. 

http://www.upr.fr/charte-fondatrice

 

Asselineau affiche une homophobie décomplexée lors des questions sur le Mariage pour tous. Il affiche également son mépris pour les questions économiques, sociales, ou d’immigration.

http://www.upr.fr/programme-politique

 

Contrairement à ce qu'affirment régulièrement les membres de l'UPR, ce parti de droite réactionnaire a bien des liens avec l'extrême-droite la plus crasse, notamment via le bras droit de F. Asselineau, Eric Mary dit Bozz, qui passe son temps sur Facebook à faire de la propagande nationaliste : promotion de la Légion étrangère, des paras et des guerres coloniales françaises ; diffusion des chansons du chanteur d'extrême-droite Jean Pax Méfret et de vidéos et textes de divers groupes ultranationalistes ; apologie de Serge Ayoub, le chef des skinheads néo-nazis parisiens et le leader du mouvement Troisième Voie ; propagande en faveur des dictatures syrienne ou iranienne, etc. On le voit au centre de cette photo avec d'autres membres de l'UPR (dont le rappeur Tepa à droite) faire le salut dieudonniste dit de la "quenelle", qui n'est rien d'autre qu'un salut fasciste détourné :

 

 

https://nantes.indymedia.org/system/photo/2013/04/16/12704/queneliers.jpg

 

Depuis Bozz a été évincé dans un souci de dédiabolisation du parti. 

 

 

 

2- Francois Asselinau, l'énarque Nationaliste, culte du chef. 

 

 

F. Asselineau, président du mouvement souverainiste Union Populaire Républicaine (UPR) est né le 14/09/1957 à Paris.

 

Il a été reçu au concours d’entrée à l’ENA à l’issue de son service national en 1982. En juin 1995, il devient directeur du cabinet de Françoise de Panafieu, ministre du Tourisme, dans le gouvernement Juppé – I, puis en janvier 1996 chargé de mission au cabinet d’Hervé de Charette, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Juppé – II

Il est également présent à la fondation du RPF (Rassemblement Pour la France) en 1999 aux cotés de Charles Pasqua et de Philippe de Villiers.

 

 http://www.youtube.com/watch?v=SgCFDqkJmko

 

Le 25 mars 2007, jour du 50ème anniversaire du Traité de Rome, il a décidé de créer un nouveau mouvement politique, l’Union Populaire Républicaine (UPR), dont le but essentiel est de faire sortir la France des traités européens

 

F. Asselineau court après sa propre gloire. Arriviste, il n'agit pas en homme désintéressé. N'est pas Charles de Gaulle qui veut ! En réalité, Asselineau ne cherche pas spécialement à libérer notre pays et lui redonner sa vraie personnalité, mais il prétend vouloir rétablir la "souveraineté" nationale. Il s'agit donc d'un autocrate qui ne prêche que pour sa paroisse.

Sa conduite et ses positionnements dans son mouvement donnent l'image désastreuse d'une secte avec son gourou, ce qui explique  qu'il n'occupe aucune place médiatique et que sa pêche aux parrainages est un échec. C'est aussi pour cela que son micro-parti ne fait quasiment jamais les grands titres. 

 

 L’UPR est un mou­ve­ment sou­ve­rai­niste (de droite) qui ratisse large, notam­ment chez les sora­liens, les larou­chis­tes http://www.conspiracywatch.info/Une-breve-presentation-du-mouvement-larouchiste_a533.html ) mais aussi chez quelques groupes dont le MRC et le PRCF.

 

 

 

Dans un com­mu­ni­qué publié sur Facebook, des cadres de son parti expli­quaient déjà, tout en se dédoua­nant d’avoir quoi­que ce soit à voir idéo­lo­gi­que­ment avec ces gens-là : 

 

« il est tout sim­ple­ment faux d’affir­mer que François Asselineau refuse tout dia­lo­gue avec les adhé­rents de E&R, comme avec les adhé­rents de S&P, et comme avec les adhé­rents du Comité Valmy. » En conclu­sion, ils réaf­fir­maient :« L’adhé­sion à l’UPR reste grande ouverte à tous les mem­bres de E&R, de S&P, du Comité Valmy, comme de ceux du RIF, du MPEP, du POI, du MDC, de DLR, du MPF, du Front de Gauche, et de tous les autres mou­ve­ments poli­ti­ques fran­çais, qui auront com­pris la légi­ti­mité de notre cause, la jus­tesse de notre Charte, la clarté de nos ana­ly­ses, la rec­ti­tude de notre com­por­te­ment et l’effi­ca­cité de notre posi­tion­ne­ment".

 

 http://www.rebellyon.info/Attention-l-ultra-droite.html

 

3- La convergence des membres entre les groupes conspirationnistes

 

► Les liens entre l’UPR et les sites complotistes et/ou d’extrême-droite conspirationnistes sont multiples. Ses articles relatant le plus souvent l’idée de la "France éternelle" sont repris sur des sites internet tels qu’Égalité & Réconciliation d’Alain Soral, Croah, ou Agoravox. 

Il est également l’invité de chaînes de propagande russe telle que Russia today, ou ProRussia TV, et n’hésite pas à vanter les mérites de pays tels que l’Iran dans sa résistance à l’"euro-atlantisme".

 

 http://www.prorussia.tv/Francois-Asselineau-president-de-l-Union-Populaire-Republicaine_v784.html

 

http://www.youtube.com/watch?v=5h3_fXXwPxs

 

  L'UPR se comporte assez souvent en "allié objectif" des tenants de ces thèses-là et porte lui aussi en affection Thierry Meyssan du Réseau Voltaire, de ce cher Serge Uleski, soralien, dieudonniste, nabien etc., et Kémi Seba tout récemment... 

 

 

Les inter­ven­tions média­ti­ques d’Asselineau, ainsi que le choix de cer­tains lieux pour­tant répu­tés d’extrême-droite pour donner des confé­ren­ces, achè­vent de le clas­ser dans le champ poli­ti­que : notre énarque a ainsi donné le 7 jan­vier 2010 une confé­rence chez les sora­liens mar­seillais de la Cobema mais aussi chez Serge Ayoub (dit « Batskin », le leader des bone­heads pari­siens) le 8 avril sui­vant, soi-disant « à l’insu de son plein gré » (bien que la confé­rence ait duré quatre heures et se soit dérou­lée dans une ambiance très cor­diale sinon sym­pa­thi­que, aux dires de plu­sieurs témoins). 

 

 http://www.brasiersetcerisiers.antifa-net.fr/les-amis-d-ayoub/

 

Il est aussi inter­venu sur la radio cons­pi­ra­tion­niste pari­sienne Ici et Maintenant à l’invi­ta­tion de l’ani­ma­teur d’extrême-droite Pierre Jovanovic, ou encore sur Radio Courtoisie et Radio Notre-Dame.

 

 https://www.upr.fr/emissions-radio-tv/francois-asselineau-invite-sur-radio-ici-et-maintenant

 

 http://www.francoisasselineau.fr/2013/10/francois-asselineau-etait-le-grand.html

 

La dernière université d'automne de l'UPR a accueilli des invités eux aussi clairement marqués à droite voire à l'extrême-droite, ou bien largement liés à la sphère conspirationniste ou rouge-brune : 

 

 

  • Robert Ménard ( journaliste apologiste du FN, de l'Algérie française, de la torture et de la peine de mort )
  • le complotiste Etienne Chouard 
  • Alain Benajam du Réseau Voltaire France qui au nom de l'opposition à l'Union européenne semble aujourd'hui de moins en moins dérangé par ce type d'alliances et dont on se rappelle qu'il avait appelé à voter pour :
  • Nicolas Dupont-Aignan aux dernières législatives, qui a également répondu à l' invitation d'Asselineau.

 

 

http://www.m-pep.org/spip.php?article3118

 

https://www.upr.fr/actualite/upr-parti-politique/le-point-de-vue-detienne-chouard-sur-la-1ere-universite-de-lupr

 

http://www.debout-la-republique.fr/communique/nicolas-dupont-aignan-apporte-son-soutien-francois-asselineau-pour-la-legislative

 

 4- Les Petits Hoax de l'UPR

 

► L’UPR victime de la CIA à Besançon?

 

 

En surfant sur les conférences données par Asselineau, on comprend mieux ce rejet du FN, qui est définitivement plus populaire : le FN serait "payé par la CIA pour lui faire de l’ombre" ! Le complot va même plus loin, je cite :

 

 

"Le Front national a été créé par François Mitterrand et Jacques Attali et financé par la CIA via le demi-frère de Nicolas Sarkozy qui travaille au Fonds Carlyle, le bras financier de la Secte Moon contrôlé par la famille Bush qui soutient aussi l'hebdomadaire frontiste 'Marianne' chargé de la promotion de Marine Le Pen afin de pourrir le discours de l'UPR et ce dans le but de faire élire à coup sûr Dominique Strauss-Kahn à la présidentielle de 2012 et ainsi maintenir la main-mise euro-atlantiste sur la France."

 

Asselineau avait donc bien raison, l’UPR est bel et bien traqué et persécuté par la CIA. Le document suivant est un rapport que des agents de la CIA de Besançon ont envoyé à leur direction le soir du sabotage de la venue de ce dangereux dissident au nouvel ordre mondial.

Selon un militant de l’UPR sur twitter, la police aurait confirmé l’intervention de militants proches des milieux fascistes (Asselineau a déjà expliqué les rapports étroits entre front national et CIA et ceux entre CIA et antifa) dans le vol du matériel de propagande.

Parce que oui, hein, il s’est bien passé un truc à cette conférence de l’UPR, ils se sont fait piquer leurs affiches et leur chevalet de propagande, pas grand chose donc, un militant antifa s’est pointé seul, son témoignage est assez précis et drôle pour que je vous le livre tel quel:

 

 

  « J’ai vu l’appel passer sur internet, je suis passé devant vers 18 heures ce vendredi, j’ai vu trois membres de l’UPR devant la salle, un chevalet pour aguicher le client et trois affiches similaires à celles placardées dans la ville par ces néo-fafs. Je me suis pointé « au culot » détacher les affiches et j’ai embarqué leur chevalet et me suis tranquillement barré les planquer dans un passage vers le parking des remparts un peu plus haut dans la rue Battant, juste au niveau de la fontaine Bacchus (pour ceux qui connaissent).  Je suis ensuite redescendu et les jeunes qui squattent souvent vers la fontaine m’avertissent que les bouffons de l’UPR me cherchent, je les vois, vais à leur rencontre, ils m’interpellent, me demandent la raison de mon geste, que j’explique. Ils s’énervent, me réclament « au moins le chevalet »  paye tes blaireaux, je rigole, lui répond qu’il n’a qu’à chercher « dans son cul » Un type de l’UPR en manteau noir, un peu style gestapo, me menace et m’avertit qu’il peut devenir méchant, ils appellent la police, je me barre dans une cour intérieure à proximité, puis redescend discrètement sur les quais, les flics zonaient dans le quartier pour me retrouver. »

 

Oui, ça déjà cela nous paraît plus crédible, bon il n’y a pas d’agent de la CIA, ni d’hydroglisseur téléporté, les militants de l’UPR passent plus pour des tocards que pour des victimes de l’impérialisme américain, mais ne leur en déplaise c’est bel et bien plus crédible que la précédente version, et que la version présentée comme « de la police » selon laquelle ils auraient été victimes de militants d’extrême-droite. Mais c’est là la stratégie de l’UPR, se présenter en victime du front national pour tenter de prouver l’ancrage «à gauche» ou «républicain» dont ils s’habillent pour justifier leur vomi nationaliste.

 

Merci donc à l’UPR, merci de nous avoir montré à quel point vous vous opposiez au système en appelant au secours la police pour un type qui vous a piqué trois affiches, un chevalet, merci de nous avoir rappelé votre positionnement politique à la droite de la droite en transformant des déclarations de la police en hoax. 

 http://www.parasite.antifa-net.fr/lupr-victime-de-la-cia-a-besancon/

 

 

 

La particularité des militants UPR- toutes pages antifascistes confondues- lorsqu'on leur met  des sources de critiques de fond sur leur parti ou leur leader est de se réunir sur leur groupe "Amis de l'UPR" afin d'appeler au trollage et évoquer nos sources qui seraient "gauchistes", quand ils ne deviennent pas insultants à notre égard, nous traitant de "saloperies d'antifa".  Ils ne parviennent à justifier leur existence en tant que parti que par la video d'Asselineau contre Marine le Pen et le FN mais l'UPR n'est pas contre le FN, il est son concurrent direct.

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.