M Nolly
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2022

M Nolly
Abonné·e de Mediapart

Comment penaliser les partis non paritaires et réduire l'abstention

Les partis politiques ne respectent pas la parité H/F. La loi les punis par des amendes, ce qui a peu d'effet. Comment les forcer à respecter ces équilibres.

M Nolly
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La loi sur la parité H/F imposent des amendes quand les partis ne respectent pas cette parité. Ceci à peu d'effets puisque certains d’entre eux sont tout sauf exemplaires (LR).

Plusieurs possibilités s'offrent au législateur pour corriger ce problème structurel et culturel. En premier lieu cet article n'aurait pas lieu d’être si la proportionnelle était appliqué aux élections législatives.

Sans aller jusqu'à une mesure qui semble trop radicale pour la plupart des gouvernements successifs depuis 20 ans, d'autres  mesures pourraient permettre de résorber ces différence. La première pourrait consister à imposer l.e.a suppléant.e. Si par exemple un parti dispose de 15 elus hommes et 9 élues femmes. Il suffirait alors d'investir 3 suppléantes parmi les 15 élus. Le choix pourrait se faire par l'age, par l'ordre d'arrivé des résultats ou par tirage au sort. Ce raisonnement peut aussi s'appliquer en cas de surnombre  d'élues. La parité nous protégera, nous, les hommes, un jour.

Ainsi plus rien n'inciterait les partis les plus conservateurs à tordre l'esprit de la loi.

On pourrait aller plus loin sur les pénalités en considérant comme responsable de l'abstention le parti au  pouvoir. D'abord il serait essentiel d'imposer au gouvernement et aux pouvoirs publics un plan de communication et d'information sur les élections à venir. Ensuite et toujours en considérant le parti au pouvoir responsable de cette abstention en retirant un ou plusieurs député de cette majorité. Leur nombre dépendrait du taux abstention  on pourrait par exemple considérer 1 député jusqu'à 20% d'abstention, puis un député par tranche de 5%. exemple 26% d'abstention = moins 3 députés. Pour le taux enregistré lors de dernières législatives cela ferait 7 députés en moins mais surtout 7 députés en plus à l'opposition.

Comment choisir les députés ? En disqualifiant les députés de la majorité élu.e.s avec le taux de participation le plus faible. Évidemment ce barème peut être revu mais le fameux discours sur "l'abstention qui nous oblige" par M Macron aurait au moins une conséquence concrète (et négative) pour son camp, alors que, comme le dit le député  de la Somme, F Ruffin (LFI), le pouvoir en place à deux manières  pour appliquer sa politique libérale dont personne ne veut, notamment  par la résignation (l'abstention) et la violence policière lors des  manifs.

Car oui le pouvoir en place se fiche de cette abstention.

MNo

cf https://www.mediapart.fr/journal/france/030722/les-macronistes-et-lr-preferent-les-amendes-la-parite

 Surtout, le scrutin de dimanche l’a à nouveau traduit, le projet de Macron est en fait minoritaire dans le pays, et depuis longtemps. D’ailleurs, il a parlé de « traumatisme » pour évoquer le vote contre le traité constitutionnel pour l’Europe en 2005. Depuis lors, la classe dominante sait qu’elle doit imposer son projet dans la démocratie, mais sans le dèmos, contre le dèmos. La première méthode, c’est la force de la résignation : plus il y a d’abstention, plus ils sont contents. L’autre méthode, c’est la force de coercition : le 49-3 à l’Assemblée, les LBD dans la rue. Francois Ruffin mediapart 29/04/2022

https://www.mediapart.fr/journal/france/290422/francois-ruffin-ca-va-etre-un-quinquennat-de-tensions

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica