M Nolly
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2022

Comment penaliser les partis non paritaires et réduire l'abstention

Les partis politiques ne respectent pas la parité H/F. La loi les punis par des amendes, ce qui a peu d'effet. Comment les forcer à respecter ces équilibres.

M Nolly
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La loi sur la parité H/F imposent des amendes quand les partis ne respectent pas cette parité. Ceci à peu d'effets puisque certains d’entre eux sont tout sauf exemplaires (LR).

Plusieurs possibilités s'offrent au législateur pour corriger ce problème structurel et culturel. En premier lieu cet article n'aurait pas lieu d’être si la proportionnelle était appliqué aux élections législatives.

Sans aller jusqu'à une mesure qui semble trop radicale pour la plupart des gouvernements successifs depuis 20 ans, d'autres  mesures pourraient permettre de résorber ces différence. La première pourrait consister à imposer l.e.a suppléant.e. Si par exemple un parti dispose de 15 elus hommes et 9 élues femmes. Il suffirait alors d'investir 3 suppléantes parmi les 15 élus. Le choix pourrait se faire par l'age, par l'ordre d'arrivé des résultats ou par tirage au sort. Ce raisonnement peut aussi s'appliquer en cas de surnombre  d'élues. La parité nous protégera, nous, les hommes, un jour.

Ainsi plus rien n'inciterait les partis les plus conservateurs à tordre l'esprit de la loi.

On pourrait aller plus loin sur les pénalités en considérant comme responsable de l'abstention le parti au  pouvoir. D'abord il serait essentiel d'imposer au gouvernement et aux pouvoirs publics un plan de communication et d'information sur les élections à venir. Ensuite et toujours en considérant le parti au pouvoir responsable de cette abstention en retirant un ou plusieurs député de cette majorité. Leur nombre dépendrait du taux abstention  on pourrait par exemple considérer 1 député jusqu'à 20% d'abstention, puis un député par tranche de 5%. exemple 26% d'abstention = moins 3 députés. Pour le taux enregistré lors de dernières législatives cela ferait 7 députés en moins mais surtout 7 députés en plus à l'opposition.

Comment choisir les députés ? En disqualifiant les députés de la majorité élu.e.s avec le taux de participation le plus faible. Évidemment ce barème peut être revu mais le fameux discours sur "l'abstention qui nous oblige" par M Macron aurait au moins une conséquence concrète (et négative) pour son camp, alors que, comme le dit le député  de la Somme, F Ruffin (LFI), le pouvoir en place à deux manières  pour appliquer sa politique libérale dont personne ne veut, notamment  par la résignation (l'abstention) et la violence policière lors des  manifs.

Car oui le pouvoir en place se fiche de cette abstention.

MNo

cf https://www.mediapart.fr/journal/france/030722/les-macronistes-et-lr-preferent-les-amendes-la-parite

 Surtout, le scrutin de dimanche l’a à nouveau traduit, le projet de Macron est en fait minoritaire dans le pays, et depuis longtemps. D’ailleurs, il a parlé de « traumatisme » pour évoquer le vote contre le traité constitutionnel pour l’Europe en 2005. Depuis lors, la classe dominante sait qu’elle doit imposer son projet dans la démocratie, mais sans le dèmos, contre le dèmos. La première méthode, c’est la force de la résignation : plus il y a d’abstention, plus ils sont contents. L’autre méthode, c’est la force de coercition : le 49-3 à l’Assemblée, les LBD dans la rue. Francois Ruffin mediapart 29/04/2022

https://www.mediapart.fr/journal/france/290422/francois-ruffin-ca-va-etre-un-quinquennat-de-tensions

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr