Emplois en suspens chez BFMTV

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a récemment autorisé l’arrivée de LCI sur la Télévision Numérique Terrestre (TNT). L’idée d’une troisième chaine d’information en continue gratuite n’est pas vraiment nouvelle mais continue d’interroger sur son intérêt, surtout quand on sait que les conséquences en terme d’emplois sur le secteur seraient catastrophiques.

1863aa9adca812d0214e8c865ff4c2c8-large 1863aa9adca812d0214e8c865ff4c2c8-large
Le cadeau de Noel parait tout de même bien empoisonné. Tenus de rendre une décision avant la fin de l’année, les membres du CSA ont décidé d’autoriser la chaine LCI, appartenant au groupe TF1, de devenir gratuite en rejoignant la TNT. S’il est évident que « le paysage audiovisuel français a changé » comme le fait remarquer Olivier Schrameck, président du CSA, l’intérêt d’une troisième chaine d’information gratuite pose question et surtout n’a rien d’une priorité.

Un équilibre budgétaire menacé, des licenciements annoncés

Le CSA déjà répondu à la question l’année dernière en refusant de faire passer LCI en gratuit. Un vice de procédure avait conduit le Conseil d’Etat a annulé cette décision. Depuis, si une nouvelle étude sur l’impact de ce passage a de nouveau été réalisée, son caractère prioritaire reste indéfini pour le secteur de l’information en continue.

Car le secteur est sur la brèche. Alain Weill, président de NextRadioTV, maison mère de BFMTV, l’a d’ailleurs rappelé fin novembre. Le lancement d’une troisième chaine d’information gratuite aura des conséquences sur les deux autres chaines, notamment en termes d’emplois. Si dans un premier temps, BFMTV estimait que le passage de LCI en gratuit l’empêcherait de recruter de nouveaux collaborateurs, il semble que la donne soit aujourd’hui plus grave que cela, au point d’évoquer le licenciement d’une centaine de salariés, soit un quart de ses effectifs.

Le calcul pour arriver à ce chiffre est simple et reprend le mètre étalon de l’audiovisuel : l’audience. Ainsi, chaque perte de 0.1 point d’audience au profit de nouveaux concurrents équivaut à 4 millions d’euros de revenus en moins. Alors que le groupe a réalisé 17 millions d’euros de résultat en 2014, il suffirait d’une baisse de 0.3 point d’audience pour conduire la chaine dans le rouge. L’équilibre budgétaire serait donc clairement menacé et conduirait inévitablement à ces licenciements.

Une troisième chaine d’info en continue gratuite, pour quoi faire ?

Au-delà de la menace économique qui pèse sur l’arrivée de LCI sur la TNT, c’est bien son utilité qui pose problème. Qu’est-ce que va apporter LCI dans le champ télévisuel français ? Rien d’innovant vis à vis des acteurs déjà en place. Pire, en laissant LCI devenir une chaine gratuite, le CSA risque ni plus ni moins de renforcer TF1, pourtant acteur historique dominant. C’est donc des questions d’indépendance et de transparence qui vont se jouer dans les prochains mois.

En tout cas, LCI n’a pas attendu son passage sur la TNT pour prendre les « codes » des chaines d’informations gratuites et notamment les erreurs de transcription. C’est ainsi que le candidat François Sauvadet, tête de liste Les Républicains-UDI pour la région Bourgogne Franche Comté, s’est fait renommer « machin chose » lors de l’annonce des résultats…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.