L'emploi : enjeu principal de la présidentielle

La campagne présidentielle est entrée dans sa dernière ligne droite à moins d'un mois du premier tour. Les candidats déroulent leur programme sur fond de polémique et, sans surprise, les questions économiques et d'emploi occupent une place centrale pour les futurs électeurs.

Pourtant peu de candidats ont réussi à imprimer leur programme économique et une majorité de Français ne croit pas à une mise en œuvre du programme du futur vainqueur selon un sondage OpinionWay.

Pouvoir d'achat, protection sociale et emploi. Tel est le triptyque qui ressort du sondage OpinionWay intitulé « Les Français et les programmes des candidats à l'élection présidentielle ». Les Français attendent toujours que les élus apportent des solutions aux problèmes économiques et, en premier lieu, le chômage. Incapable de redresser la fameuse courbe du chômage, François Hollande a dû renoncer à se représenter. C'est dire l'importance de la question de l'emploi dans cette campagne quelque peu parasitée par les affaires.

Une notoriété pour une minorité de candidats

Il ressort du sondage que seuls les programmes de François Fillon (58 %), de Marine Le Pen (56 %) et de Benoît Hamon (51 %) sont connus d'une majorité de Français. Après plusieurs mois de campagne, trois candidats uniquement se détachent et il est curieux de constater que le programme du très médiatique Emmanuel Macron n'est connu que d'une minorité d'électeurs. Autre constat, 72 % des sondés qui se déclarent proches d'Emmanuel Macron déclarent que l'emploi est une préoccupation pour eux. A titre de comparaison, l'immigration est considérée comme très importante pour les seuls sympathisants du Front national (83 %).

Ainsi, l'emploi reste et demeure une question essentielle tout comme en 2012 ou encore en 1995. Il est intéressant de voir également que le plafonnement des salaires les plus élevés est attendu par une majorité de Français. C'est le seul thème, avec le rétablissement des frontières nationales, qui obtient l'adhésion de plus de 50 % de sondés. Le plus convaincant sur l'emploi aura donc des chances très sérieuses de pouvoir concourir au second tour. Le duel final sera, malheureusement, plus une course à l'élimination qu'une adhésion à un programme (économique).

Convaincre sera certainement le plus compliqué, car à moins de trente jours du premier tour et le handicap d'années de désillusion, les Français ne croient plus en la parole politique. Aucun candidat n'est crédité de 50 % ou plus à la question de savoir si leur programme sera appliqué. François Fillon arrive en tête avec 47 % suivi de près par Emmanuel Macron (45 %). Enfin Marine Le Pen complète le podium avec 42 % de sondés qui estiment que son programme sera appliqué. Le temps presse pour tous les candidats, mais quel que soit l'élu, un échec dans la politique de l'emploi signifierait une implosion sociétale et du système politique au cours du prochain quinquennat. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.