Le cahier spécial "Législatives 2017 – second tour" du Monde daté du mardi 20 juin est riche de données intéressantes à éplucher. Mais sa page 13 affiche des pourcentages n'ayant guère de sens, sous le titre : "Les rapports de forces du second tour". Sur France-inter ce soir, T. Pech s'est appuyé sur ces chiffres pour minimiser encore davantage certains résultats, en les rapportant aux inscrits, cela dans le but de critiquer les positions de ceux qui estiment que, vu le taux de participation, l'assemblée élue souffre d'une faiblesse congénitale.

Voici les pourcentages affichés par "Le Monde" :

 

La République en marche et Modem : 49,2 % des suffrages exprimés.

Les Républicains et UDI : 25, 27 % des suffrages exprimés.

PS-PRG-EELV : 6,17 % ....................................

La France insoumise et Pcf soutenu par Lfi : 4,86 % ..................................

Front national : 8,75 % ..................................

 

Or, ces pourcentages, à la différence de leurs homologues du premier tour (où les formations se présentaient quasiment partout), n'ont rigoureusement aucun sens : la FI, par exemple, n'avait pu maintenir de candidat que dans quelques dizaines de circonscriptions. Globaliser les voix de cette façon pour les diviser par le total des suffrages exprimés nationalement au second tour, c'est un peu calculer une moyenne de baccalauréat en faisant intervenir des matières que le candidat (ou la candidate) n'a pas passées.

Mais quel plaisir de publier que la FI n'a recueilli que 4,86 % des suffrages exprimés ! Et donc (T. Pech) environ 2 % des inscrits...

Tout ceci s'apparente aux fameuses "Fake news" ou plutôt, comme on dit désormais – avec bonheur — sur France-culture, à de l'infox.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.