«Logements de la honte» dans un quartier populaire de Nice: contre-enquête

Nice-matin, ce 14 avril, a consacré sa une à des « logements de la honte », 855 m2 de logements illégaux situés dans la banlieue de l’Ariane, dans une rue « où règne l’anarchie ». Intrigué par cet article à charge, qui stigmatise les "quartiers" et donne la part belle au point de vue de la municipalité, le DAL06 a mené sa propre contre-enquête. Elle est accablante -pour le quotidien, et la mairie.

Miquel Barcelo - Cama - 1987 Miquel Barcelo - Cama - 1987

Mercredi 9 mai. Il est onze heures quand Zohra, Siware et moi-même, du DAL06, et Maîtresse Rose M’ba, notre avocate, remontons l’avenue du général Saramito, l’une des principales artères du quartier populaire de l’Ariane. L’une des « banlieues chaudes », comme l’on dit parfois, que compte la ville de Nice. On y accède, grâce à une ligne de bus unique, le 16, le tram refusant toujours obstinément de s’y rendre, après avoir dépassé l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie, une zone industrielle, et une gigantesque usine de retraitement des déchets, qui projette continument ses émanations au-dessus des collines couvertes de maquis brûlé.

L’Ariane est là, avec ses îlots de barres d’immeubles décaties s’étendant le long du Paillon et de son maigre filet d’eau. 30% de foyers à très bas revenu. Une part de jeunes adultes sans diplôme égal ou supérieur au baccalauréat de 77%. 20% de ménages concernés par l’allocation chômage[i]. 80% d’ouvriers et d’employés dans la population active. Et une politique de la ville qui fait tout, depuis des décennies, pour que rien ne change, laissant une population, et des associations débordées et sans moyens, se charger de tout ce que l’État local ne souhaite plus faire, préférant se consacrer à une politique répressive inefficace, à la chasse aux « fraudeurs », et à une économie entièrement tournée vers le tourisme et le bien-être des classes supérieures.   

Nous nous rendons à la rue des Coteaux, au nord du quartier. Ici ou là, sur notre chemin, comme dans n’importe quel coin de la ville, nous croisons des mères promenant leur bébé en poussette, des gamins jouant au football, de vieux bonhommes sirotant leur café, cigarette aux lèvres, à la terrasse d’un bar, aux côtés d’amies qui, volubiles, "ficanassent", comme on dit ici (c'est-à-dire, échangent les ragots du quartier). La vie quotidienne populaire. Tournant sur notre gauche après l’école primaire Jacques-Prévert, nous montons une petite pente, et nous y sommes : la rue des Coteaux.

Une rue comme une autre, ici. Au bitume fatigué, entouré d’immeubles disgracieux. Quelques voitures déglinguées végètent sur un parking abandonné. On peut entendre des enfants jouer. Les gens vont et viennent, paisibles. Rien de particulier en apparence, pour quiconque connait les quartiers populaires.

C’est du moins ainsi que je la vois. Car j’aurais aussi pu écrire, comme S. Gasiglia, journaliste à Nice Matin, qu’il s’agit d’une rue « encombrée et défoncée […], où règne l’anarchie »

C’est en effet pour cette raison que le DAL de Nice s’est rendu, ce mercredi matin, à l’Ariane. A cause d’un article, paru le 14 avril, portant sur ce qui, en Une, a été appelé : « Les logements de la honte ». A savoir, 855 m2 de constructions illégales, situées au bout de l’impasse, au numéro 4, et hébergeant une « cinquantaine de personnes ». Avec une prose que n’aurait pas reniée Bernard de la Villardière, la journaliste déroule son « enquête » : « pas âme qui vive », « des paraboles accrochées à la va-vite », « des camions sont garés et du matériel de construction entreposé : danger ! ». un locataire, le seul avec lequel les enquêteurs auront pris la peine de parler, « entre-baille [sic] sa porte […] regardant furtivement à droite à gauche, [et] s’éclipse rapidement », après avoir « avoué » [sic] qu’il habitait effectivement là, qu’il payait 400 euros pour un petit logement, et que le propriétaire, Ferid, lui aussi, logeait là aussi, au premier étage.  La suite est consacrée à ce bailleur, contacté par téléphone, mais qui « n’a pas souhaité s’exprimer ».  

La deuxième page de l’article s’intéresse à des « suspicions d’abattage clandestin », cinq moutons ayant été retrouvés dans un enclos, plus haut, aux réceptions qui avaient lieu dans un autre endroit de la propriété, le propriétaire organisant également des mariages et, bien sûr, à un entretien avec l’inévitable maire de la ville, Christian Estrosi. Morceaux choisis : « Il se passait des activités bizarres de marchand de sommeil et des allers et venues suspectes qui faisaient penser à des trafics, des mouvements de dealers » ; « Il y a [là] des comportements indignes de l’ordre de la traite des êtres humains. Des comportements inqualifiables qui touchent des femmes et des enfants ». Et de promettre, évidemment : « Je mettrai tout en œuvre pour que les mesures prises et les sanctions soient extrêmement sévères » (sachant que, dans un monde normal, le maire d’une ville ne peut pas influencer la justice, qui demeure indépendante, mais passons).

Intrigué par cet article à charge, volontairement alarmiste, et qui donnait la part belle au point de vue de la municipalité, le DAL06 a souhaité mener sa propre contre-enquête. Elle est accablante.

Il est donc un peu plus de 11 heures du matin quand nous nous avançons vers le 4, rue des Coteaux. Un peu plus haut, nous voyons des enfants courir, souriants, sur une terrasse. Rapidement, nous apercevons une jeune femme, et l’abordons. Après une légère réticence initiale, la confiance se noue, et le dialogue commence. Nina[ii], timide, nous dit avoir emménagé ici hier – et c’est sans doute vrai. Elle vit avec son mari, et elle est enceinte de deux mois. Elle nous explique qu’après avoir très longuement galéré à trouver un logement, elle a fini par accepter la proposition de Ferid, le bailleur donc. Elle dit, hésitante, qu’elle ne savait pas que les logements étaient illégaux, et juge ceci malhonnête de la part du propriétaire. Nous lui signalons, avocate à l’appui, que, malgré toutes les pressions que pourrons lui faire, éventuellement, et le bailleur, et la mairie, elle ne doit pas quitter son habitation (qui est vaste et salubre, excepté un problème de douche, dit-elle), en tous les cas pas sans relogement. C’est d’ailleurs pour ceci que nous sommes venus : pour signifier à tous les locataires leurs droits. Ce que personne, du côté de la mairie, n’a depuis un mois jugé bon de faire.

La deuxième famille que nous rencontrons est celle de René. C’est tout d’abord l’une de ses filles, la charmante et rieuse Milena, qui nous accueille, avant d’aller chercher son père. Elle nous servira également de traductrice, René parlant mal le français, étant d’origine Kosovare, en attente de visa. Toute la famille se trouve en France depuis désormais plus de trois ans. Milena, qui doit avoir entre huit et dix ans et va à l’école Jacques-Prévert, à deux pas de là, n’a aucun accent, et semble épanouie. Un peu plus tard, nous allons cependant réaliser qu’il s’agit de la famille la plus mal lotie du « lotissement » : six personnes, deux adultes et quatre enfants, dormant sur des lits superposés, dans un petit studio de 10 m2. René qui, en plus de divers boulots, travaille comme bénévole pour le Secours Populaire, s’est blessé à la main il y a peu, dans un accident de vélo, et il a dû payer lui-même tous les frais médicaux. Sa femme va mal, et voit régulièrement un psychiatre.  

Tandis que les autres s’éloignent pour se rendre aux étages, j’aperçois le fameux Ferid, qui vient de pénétrer sur la terrasse du rez-de-chaussée. Je l’approche, le salue, lui parle de l’article, puis lui dis qui nous sommes, et ce que nous sommes venus faire. « Vous venez bien tard, trois semaines après qu’on se soit fait traîner dans la boue ! », dit-il. Il embraye aussitôt : « Mais oui, tout ça est illégal. C’est comme ça. Qu’est-ce que vous voulez ». Après que la conversation se soit nouée, il nous invite à monter chez lui, dans la partie légale du terrain. Là, autour d’un café, il nous explique son point de vue, commençant par nous dire, je cite : « je suis dans la merde », fin de citation. Inutile sans doute, de notre part, de trop nous attarder sur sa rhétorique, ou même sur sa personne. Ferid, 61 ans, arrivé en France, dans les années 80 « avec deux babouches », selon ses termes, et qui gère son business avec ses enfants, n’est pas antipathique [ajout : des faits ultérieurs ont montré que si, il était foncièrement antipathique], mais c’est un escroc, et il ne s’en cache pas. La justice décidera bientôt du destin, et éludera les motivations, de ce curieux personnage, tour à tour avouant ses magouilles et se posant en « bienfaiteur », faisant l’éloge de l’Abbé Pierre, puis de Jean-Marie le Pen, plaidant coupable puis jouant les victimes, se voulant rassurant pour ses locataires mais totalement aveugle aux problèmes que ses égarements ne vont pas manquer de leur attirer.

Une chose, cependant est sûre : Ferid n’est pas un bienfaiteur, certes non, et il doit être jugé. Ses logements, illégaux qui plus est, il ne les met pas à disposition gratuitement, et il n’hésite pas à se jouer de la précarité, indiscutable, de ses locataires. Mais il le fait sans demander de fiches de paye, de papiers, ni quoi que ce soit. Il remplit donc, malgré lui, les fonctions qu’un service public du logement serait en devoir de remplir, auprès d’une population épuisée par les démarches continuelles qui s’imposent à quiconque, doté de faibles revenus, cherche à trouver un logement décent –et, la plupart du temps, n’en trouve pas.       

A Nice, métropole où la politique de la ville, depuis les grandes heures de Jacques Médecin, n’a jamais été des plus égalitaires, 70% de la population locale serait éligible à un logement social. Pourtant, avec 22 800 logements HLM, la ville est très loin des 25% qui lui sont imposés à l’horizon 2025, ce qui impliquerait la construction de 2 000 logements par an, quand M. Estrosi, décidément toujours inspiré, en promet 800. Aujourd’hui, quelques 1 200 logements sont attribués chaque année, pour 10 000 demandes. Rappelons que c’est l’ex-femme du maire, Mme. Estrosi-Sassonne (mise en cause, à l’époque, avec son ancien époux, pour détournement de fonds publics, dans l’affaire dite du « golfe de Nice »), qui s’occupe ici de ces affaires. Avec un tel talent d’ailleurs, que la Cour des Comptes, dans un rapport de 2017, a pointé avec sévérité la pénurie de logements sociaux à Nice, avec un taux d’acceptation des demandes deux fois inférieur à celui de Strasbourg ou Toulouse, mettant en cause « des opérateurs […] qui ne semblent pas avoir mis en place des outils de gestion mutualisés », ce qui a pour résultat de concentrer les personnes défavorisées dans les mêmes quartiers, niant ainsi toute possibilité d’une mixité sociale pourtant plus que jamais nécessaire, en ces heures d’extrême fractionnement de la communauté nationale.

Toujours accompagnés par Ferid et par ses jérémiades, nous redescendons parler avec les autres occupants. Sur la terrasse du bas, sur des chaises en plastiques, prenant le soleil qui, timidement, commence à réapparaitre derrière les nuages, nous trouvons Juliane et Amparo. La première est une veille dame Arabe de 70 ans, sémillante, qui vit seule. N’ayant pas sa langue dans sa poche, elle n’hésite pas à taquiner Ferid. Amparo, quoique venant du Maghreb, est titulaire de papiers espagnols. Entre-deux âge, son visage paisible, un peu usé, traversé d’une fine moustache, il ne parle pas français, et Zohra doit nous traduire ses propos. Il vit ici depuis un an et demi, et n’a obtenu aucune quittance de loyer. En tant que citoyen de l’Union Européenne, il aurait droit aux allocations logement, mais il ne les a jamais demandées –rappelons, à toutes fin utiles, que, chaque année, la somme des allocations non-demandées est supérieure à celle qui sont perçues.  

Nous nous rendons ensuite à l’étage, où nous étions déjà passés une heure plus tôt, afin d’y parler à nouveau avec les locataires, mais cette-fois ci en l’absence de Ferid, qui demeure, affalé sur un banc, l’air manifestement fatigué, avec Juliane et Amparo.

Là, dans son salon, sobrement aménagé, Mariana, le verbe haut et aux manières énergiques, est occupée à faire la couleur d’une amie, sous les yeux d’une troisième, toutes ouvertes, rieuses et franches. Pendant que Zohra et Siware vont voir les voisins, Rose et moi discutons avec elles, allégrement, à cœur ouvert. Son joli visage encadré par un voile, Mariana vit ici avec son mari et ses six enfants. Il s’agit du plus grand des appartements, et le seul, manifestement, à être légal. Auxiliaire de vie, suite à la mort de son patient, elle suit désormais une formation d’esthéticienne. Hilare, elle se rappelle de la Une du Nice Matin, « Le logement de la honte », qui donnait à voir une photographie de l’entrée de sa maison… Nous blaguons, avant que son ton ne se fasse plus grave, sans qu’elle se départisse de son sourire : « Mais bon… dealers… traite d’être humains… C’est quoi ça ? Ils nous prennent pour des prostituées ? »

Beaucoup, ici, ont mal vécu ce reportage, et se sont sentis stigmatisés. On ne saurait leur donner tort. L’article laissait supposer un taudis insalubre et mal famé. Or, toutes les habitations que nous avons pu visiter sont propres et bien tenues. Et depuis deux heures maintenant que nous sommes ici, nous avons rencontré une communauté humaine, chaleureuse, avenante, faite en grande partie de travailleurs pauvres, précaires, arrivés ici faute de mieux, faute surtout de s’être vu attribuer un logement social, et personne –dans le cas de Ferid, la justice tranchera- qui mérite d’être ainsi donné en pâture aux yeux de toute la ville.

Comme nous l’avons fait pour les autres, nous rassurons Mariana, qui s’est vue retirées ses allocations logements de la CAF il y a un mois, comme la plupart ici, et craint que la mairie ne lui fasse des complications, sur son sort. Elle sait que les visites vont se succéder, services de la mairie, services sociaux, policiers, etc., et l’idée, on peut le comprendre, ne lui plait guère. D’autant que, dans cette histoire, le véritable responsable (au-delà d’une politique de la ville inefficace) est Ferid, pas les locataires. Mariana, cependant, ne lui jette pas la pierre : « On sait bien qu’il fait ça pour l’argent. Mais, de toute façon, les propriétaires… J’ai une sœur qui a un gros bailleur privé, une grosse agence, sa salle de bain est pleine de moisi, je suis mieux ici ».

Et c’est bien là le problème. Le même que pour son voisin, Diego, qui vit ici avec sa femme et leur nouveau-né. Il a fait plusieurs demandes de Droit Au Logement Opposable (DALO), toutes restées sans réponse. Son assistante sociale lui a conseillé de ne même pas faire de demande en HLM, car c’était, selon elle, sans espoir. Diego sait que Ferid tire profit de leur situation, mais que peuvent-ils y faire.

Ce qu’ils peuvent faire ? S’unir. Lutter ensemble, pour faire valoir leur droit. Leur droit à demeurer dans ces logements qui, quoiqu’illégaux, sont les leurs (car ils payent un loyer), ou à être relogés ailleurs. A ce que leurs enfants puissent vivre dans des conditions aptes à favoriser leur épanouissement, et à ne pas freiner leur scolarité. A ce qu’eux-mêmes puissent accéder à une habitation à loyer modéré, conforme à leur situation psychologique, physique, sociale, et à leurs revenus. Voilà ce que l’article de Nice-Matin aurait dû mettre en valeur, plutôt que de jouer les auxiliaires de basse police d’une municipalité incapable d’assumer ses propres manquements.

Car, il faut bien le dire, dès qu’il s’agit des quartiers populaires, le traitement journalistique est, hélas, presque invariablement le même : des personnes, des citoyens ordinaires, se trouvant souvent dans des situations de grande précarité et qui luttent face au mépris et à l’oubli, sont stigmatisées, et leurs vies, si diverses, irrémédiablement réduites au même cortège d’idées reçues, toujours les mêmes : drogue, violence et saleté. Cela aurait-il été trop demander à Nice-Matin, en parallèle du témoignage auto-complaisant de Christian Estrosi, de nous accorder un entretien similaire avec l’un des occupants du lotissement, dans la mesure où ceux-ci sont les premiers concernés dans cette histoire ? Ils ont permis à Bernard Tapie, il y a peu, de venir hurler au complot et clamer son innocence, deux pages durant, dans le cadre de l’affaire de Crédit Lyonnais, pour laquelle il est avéré qu’il est coupable, ayant été condamné en appel. Les résidents du 4, rue des Coteau, auraient eux aussi été ravis d’une telle faveur.

Avant de nous laisser partir, Juliane nous a soufflé, radieuse : « Merci d’être venus nous voir. Vous nous redonnez espoir ».

C’était aussi simple que ça. Les résidents du 4, rue des Coteau, ne voulaient qu’une oreille pour recueillir leurs mots et leurs maux. Nul doute que la mairie saura, à son tour, leur en tendre une, car la justice, ne l’oublions pas, consiste, et consistera toujours, à se faire la voix des sans-voix.

                                                                 ***

Annexe :

Le DAL06 et le RESF06 rappellent que le fait d’être logé dans des conditions dignes est, pour chaque citoyen, un droit inaliénable, et qu’il est, en conséquence, du devoir de l’État, et de ses extensions locales au sein des municipalités, de faire en sorte que ce droit soit respecté. Nous rappelons donc à cet égard que toute demande de DALO doit être prise en compte, et sérieusement étudiée.

Nous rappelons enfin que le droit de l’enfant stipule que tout enfant, quels que soient les revenus de ses parents, se doit, afin que son droit à l’éducation soit respecté, de vivre dans un contexte qui puisse favoriser sa scolarité et son épanouissement.

Nous demandons donc que les locataires du 4, rues des Coteaux n’aient pas à faire les frais des erreurs de leur bailleur, ni des carences de l’État de droit, et que tout soit fait pour qu’ils puissent, ou demeurer dans leur logement, ou, dans le cas où ça ne serait pas possible, être relogés sans délai et dans des conditions conformes à leur situation. La précarité qui leur a été imposée pendant trop longtemps, ainsi qu’aux nombreux enfants qui composent ce groupe de résidents, doit cesser.

[i]  Ces chiffres datent de 2009, la mairie de Nice n’en mettant visiblement pas d’autres à disposition.

[ii]  Tous les noms ont été changés, excepté celui de Ferid, qui a de toute façon déjà fait les gros titres…  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.