Au sein de la Free Software Foundation. Richard Stallman ne s'en va poindre.

Les personnes qui ont essentiellement évincé Stallman (ou l'ont convaincu qu'il était essentiel pour lui de démissionner) ne réussissent pas. Certains ne sont même plus dans la FSF. Ils ont fait leurs dégâts et se sont enfuis.

traduit de google trad : http://techrights.org/2020/03/05/rms-is-not-going-away/

trouver sur le blog wordpress de Dr. Roy Schestowitz (罗伊)

 

La prochaine étape vers le succès de la FSF serait de réparer sa relation avec Richard Stallman à travers le projet GNU La prochaine étape vers le succès de la FSF serait de réparer sa relation avec Richard Stallman à travers le projet GNU

 

Résumé : La prochaine étape vers le succès de la FSF serait de réparer sa relation avec Richard Stallman à travers le projet GNU

Les personnes qui ont essentiellement évincé Stallman (ou l'ont convaincu qu'il était essentiel pour lui de démissionner) ne réussissent pas. Certains ne sont même plus dans la FSF. Ils ont fait leurs dégâts et se sont enfuis.

"Ce n'est en fait pas aussi mauvais que certaines personnes ont été amenées à le croire ou à le supposer."Beaucoup de gens sont pessimistes quant à la relation entre le projet GNU (toujours dirigé par Stallman) et la FSF. Soyez assurés si vous faites partie de ces personnes - Stallman (RMS) et la FSF s'entendront bien. Ils travaillent déjà sur un document à cet effet, avec une première sorte de projet qui est accessible au public.

Qu'en est-il de la direction et du conseil d'administration de la FSF? Ce n'est en fait pas aussi mauvais que certaines personnes ont été amenées à le croire ou simplement à le supposer.

"Une grande partie du conseil d'administration, cependant, est toujours" effrayé ", nous avons appris, et ne résiste pas aux évictions de RMS, ou même contre le faux récit présenté au personnel."«Ce n'est pas que le conseil d'administration est compromis», nous a expliqué un parti. "Je pense que [les gens pro-RMS] ont encore une majorité."

Une grande partie du conseil d'administration, cependant, est toujours «effrayée», avons-nous appris, et ne résiste pas aux évictions de RMS, ni même au faux récit présenté au personnel. Il y a un effort pour faire croire aux gens autour de la FSF que RMS est une responsabilité majeure, un danger, et le laisser à nouveau près de la FSF aurait des effets dévastateurs.

Au fond, nous l'avons appris, la majorité de la carte est toujours du côté de RMS.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.