UN MEDECIN PEUT-IL RESISTER?

bien sûr! Résister c'est la santé. La santé du médecin dépend de sa capacité à résister et à mettre en adéquation ses actes avec sa nature. La santé c'est avant tout ne pas accepter de se faire du mal. Quelques pistes:

Résister c'est ne rien faire qui va à l'encontre de son éthique personnelle. C'est faire uniquement les choses qui correspondent à son éthique, et qui respectent son rythme de vie, de travail et qui ne remettent pas en cause son propre intérêt et sa propre santé.

 

Je vous propose:

- ne pas accepter les carte bleue

- ne pas avoir de secrétaire, de secrétariat téléphonique

- ne pas faire de télémédecine

ce sont des pratiques qui augmentent les frais et donc la charge de travail. Le médecin est le seul productif même s'il a une secrétaire, il n'y a que lui qui fait rentrer l'argent.

Ces différentes pratiques augmentent les revenus de l'URSAAF, des sociétés de prises de rendez vous, des logiciels, et des assurances. Mon assurance professionnelle m'a demandée si j'étais intéressée par Doctolib, et la télémédecine… La télémédecine présente le danger de déconnecter le médecin de son patient. Le contact avec le patient est l'intérêt du métier. cette pratique risque d'augmenter le nombre de médecins dépressifs et frustrés.

 

Je vous propose:

- ne plus recevoir les délégués médicaux

- ne plus recevoir les délégués de la sécu (ce n'est pas obligatoire, un médecin a le droit de refuser la visite du délégué de la sécu)

- refuser de travailler avec les HAD

- ne plus remplir les certificats APA du conseil général, puisque c'est à lui à faire ce travail. ( voir "certificats médicaux et ministère de la santé" sur le web)

Cela est valable pour moi. Mais peut être pas pour tous. Il y a peut-être d'autres moyens en fonction de la nature, de la préférence, du mode d'exercice de chacun.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.