La grâce de Pete Seeger, 90 ans

Pour chanter « Amazing grace », Pete Seeger qui célébrait ses 90 ans était accompagné d’Arlo Guthrie, fils de Woody Guthrie, pionnier du « protest song » américain. Cet infatigable militant de la cause ouvrière a donc choisi de chanter l'un des chants (protestants) les plus bouleversants au monde. 
Pete Seeger, "Amazing Grace," on his 90th Birthday at Madison Square Garden © Saint Annie
Pete Seeger, "Amazing Grace," on his 90th Birthday at Madison Square Garden © Saint Annie

Pour chanter « Amazing grace », Pete Seeger qui célébrait ses 90 ans était accompagné d’Arlo Guthrie, fils de Woody Guthrie, pionnier du « protest song » américain. Cet infatigable militant de la cause ouvrière a donc choisi de chanter l'un des chants (protestants) les plus bouleversants au monde.

 

Et si les paroles ont été écrites vers 1760 par John Newton, capitaine d'un navire négrier, qui après avoir survécu à une tempête renonça au trafic d'esclaves et devint militant de la cause abolitionniste, la mélodie a probablement été empruntée aux esclaves eux-mêmes.

 

Parmi les 40 artistes présents à ce concert-anniversaire dimanche 3 mai sur la scène du Madison Square Garden de New York, figuraient Bruce Springsteen, Dave Matthews, ou Emmylou Harris. « Il va ressembler à un grand-père portant des chemises de flanelle et de drôles de chapeaux. Il va ressembler à votre grand-père si votre grand-père est encore là pour vous botter le cul », a lancé Bruce Springsteen en présentant son vieil ami au public. « A 90 ans, il demeure ce poignard enfoncé dans le coeur des illusions que ce pays a de lui-même », a ajouté le Boss, premier fan de Pete Seeger.

 

Springsteen a également raconté à la foule sa jeunesse dans une ville en proie aux manifestations racistes : « Pete, tu as survécu aux salauds, mec ».

 

Le « boss » a expliqué comment Pete Seeger a fait de la chanson syndicale « This land is your land », un hymne lors du mouvements pour les droits civiques. Il a raconté comment Pete Seeger a tenu lors de l’inauguration d’Obama a chanter l’intégralité de la chanson. Y compris les deux vers habituellement laissés de côté: « There was a big high wall there that tried to stop me; Sign was painted, it said private property; But on the back side it didn't say nothing; That side was made for you and me. »

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.