Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2021

« C'est important de sensibiliser les juges aux problématiques des lanceurs d'alerte »

Le 8 décembre 2021, le parquet national financier (PNF) et la Maison des Lanceurs d’Alerte (MLA) ont signé un protocole d’accord qui a pour objectif de définir les modalités pratiques de leur coopération. Juliette Alibert, avocate auprès de la Maison des Lanceurs d’Alerte, revient sur les enjeux de cette collaboration.

Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Juliette Alibert, avocate auprès de la Maison des Lanceurs d'Alerte

Pourquoi ce partenariat avec le parquet national financier (PNF) ?

Juliette Alibert : Ce partenariat [ndlr : voir le communiqué officiel] fait suite à une pratique qui s’est développée au regard des dossiers reçus par la MLA. Plus d’un tiers des alertes que nous recevons portent sur des faits de corruption, malversations ou fraudes financières. On souhaitait créer un canal particulier d’échange avec le PNF pour pouvoir relayer des alertes sensibles et travailler de concert avec eux. Eux voulaient pouvoir nous envoyer des lanceurs d’alerte en difficulté pour qu’on puisse trouver des solutions et les accompagner dans leur démarche et leurs autres procédures, par exemple aux prud’hommes.

Quel intérêt pour les lanceurs d’alerte ?

JA : Cette collaboration donne aux lanceurs d’alerte la capacité d’utiliser l’association « Maison des Lanceurs d’Alerte » comme pare-feu entre leur alerte et les personnes qu’elles mettent en cause. L’association peut, le cas échéant, porter l’alerte au nom des lanceurs d’alerte en garantissant la confidentialité de leur identité. Savoir qu’on est en lien avec les juridictions montre qu’on peut être un appui pour que leurs dossiers avancent efficacement.

Et pour le traitement des alertes ?

JA : Ce canal d’échange que nous avons avec le PNF permet de le mobiliser sur les alertes les plus sensibles, les alertes étayées et sérieuses qui ont déjà fait l’objet d’une instruction par la MLA.
Le PNF conserve pleinement sa marge d’appréciation sur les dossiers, bien sûr, mais dès lors qu’il est saisi par la MLA, il sait qu’il y a des éléments qui ont déjà été vérifiés. Ça donne des garanties pour que l’alerte soit prise au sérieux et c’est une reconnaissance de la qualité du travail de fond que réalise la MLA.

Qu’est-ce que cette collaboration dit des relations entre la justice et les lanceurs d’alerte ?

JA : Aujourd’hui, il n’y a pas de culture de l’alerte dans les entreprises et les administrations. Souvent, les alertes ne sont pas traitées en interne. Les dossiers que l’on reçoit le montrent bien. Cette collaboration dit que, pour qu’une suite soit donnée aux alertes, on ne peut malheureusement pas se passer d’un traitement judiciaire, de juges qui font des investigations qui peuvent aller jusqu’aux poursuites pénales.
La transposition de la directive européenne va donner aux lanceurs d’alerte la possibilité de saisir directement les autorités judiciaires, sans passer d’abord par le filtre interne de leur hiérarchie. Le PNF, comme toutes les autorités judiciaires, vont donc recevoir davantage de dossiers. C’est très important que les professionnels du droit, en premier lieu les juges, soient sensibilisés à la question de l’alerte et aux problématiques des lanceurs d’alerte. Donc un partenariat avec une association spécialisée est un signe fort.


La Maison des Lanceurs d'Alerte a besoin de vos dons pour agir en toute indépendance. Pour nous soutenir, c'est > ici <. Merci !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA