MAJD ALDIK
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 août 2015

Notre identité meurtrière - هويتنا القاتلة

Activiste syrien de 28 ans, originaire de Douma en banlieue de Damas, Majd Aldik a fui la Syrie fin 2014. Réfugié politique, il publie une chronique cet été sur Mediapart dans le cadre de l'opération OpenEurope.

MAJD ALDIK
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Activiste syrien de 28 ans, originaire de Douma en banlieue de Damas, Majd Aldik a fui la Syrie fin 2014. Réfugié politique, il publie une chronique cet été sur Mediapart dans le cadre de l'opération OpenEurope.

© 

Au policier qui m’a frappé, à la frontière entre la Macédoine et la Grèce…

Donne-moi ta matraque et ton bouclier anti-émeutes. Enlève ton uniforme militaire, il ne te sera d’aucun secours face à la mort. Donne-moi la main, celle avec laquelle tu m’as frappé. Je vais t’emmener faire un tour.

On va retourner vers les plages grecques, afin de rejoindre la Turquie. C’est une marche longue et épuisante. J’espère que tu ne crains pas trop la douleur…Il faut que tu saches d’emblée que tes plaies vont te faire de plus en plus mal, t’entailler profondément la chair. Sur la route, je chercherai une pharmacie, pour t’acheter des compresses. Je t’enlèverai tes bottes militaires et te panserai les pieds. Ne t’en fais pas, on finira bien par atteindre la côte.

Ça nous prendra un peu de temps, avant de trouver un passeur. Il va te prendre tout ce que tu possèdes, contre la promesse qu’il ne surchargera pas le bateau. Ne le crois pas. Tu verras, on sera trois fois plus nombreux que prévu. Mais ne crains rien, je suis avec toi.

On devra nager un peu pour rejoindre le bateau. Le passeur n’osera pas s’approcher du rivage. Une fois là-bas, je te hisserai à l’intérieur de l’embarcation. Ce n’est pas la peine que tu me tendes la main en retour, j’ai l’habitude de faire ça.

Tu vas sentir la mer se répandre à tes pieds. Tu vas avoir l’impression de te noyer. Le passeur va brandir son couteau et menacer de couler la barque si jamais des garde-côtes se manifestent. Il est possible aussi qu’il te dépouille de tes derniers biens.

Au milieu de la mer, tu vas connaître le summum de la peur et te mettre à prier, même si tu n’es pas croyant. Mais garde ton calme. Je serai à tes côtés.

Une fois arrivés, tu vas me serrer dans tes bras comme si j’étais ton père… Le sang aura transpercé les bandages que tu as aux pieds, et tu seras incapable de marcher. Je te porterai sur mon dos, à travers les forêts de Turquie.

Puis je trouverai une voiture pour t’emmener à la frontière syrienne. Sur le chemin, je te parlerai du pays. Tu me trouveras un peu niais.

Au moment où nous entrerons en Syrie, tu me demanderas quels sont ces bruits assourdissants… Je ne te répondrai pas, pour que tu ne prennes pas peur. Les bruits s’intensifieront. Tu vas me demander ce que sont tous ces amas de pierre. Je te dirai alors que ça a été une ville, mais qu’une bête féroce, nommée Bachar al Assad, l’a ravagée. Qu’on a versé notre sang jusqu’à ce qu’on comprenne qu’ici, il n’y a pas de loi humaine. Que c’est le règne de la jungle. En regardant le ciel, tu vas apercevoir un avion. Surtout, ne lui fais pas signe. Pas comme quand on était petits. Et ne souris pas au pilote. Il n’est pas de la race humaine.

Dans les minutes qui suivent, tu vas voir un baril tomber de l’avion. C’est une pratique militaire que tu n’auras jamais vue, dans ton pays. Je te dirai immédiatement de te mettre à plat ventre, de te boucher les oreilles et de respirer par la bouche. Ce que tu entendras, c’est ce qu’on appelle une explosion. Nous, nous appelons ça la haine. Tu vas sentir ta poitrine se serrer et ton cœur accélérer. C’est l’effet de la peur. Ne t’en fais pas, au bout du dixième baril, tu t’y seras habitué.

Des haut-parleurs appelleront à venir donner du sang, tous groupes confondus. C’est ce qu’on fera, pour aider ceux qui nous donneront le leur, quand on sera touchés. On devra descendre dans des soubassements obscurs. N’aies pas peur, là non plus. On ne se rend pas à l’abattoir. C’est juste un dispensaire de terrain. Et ces lambeaux au sol ? Juste des morceaux de foies.

Tu vas pleurer de peur. Tu vas me demander de te ramener chez toi. Je vais te rappeler que la traversée de la mer t’as terrorisé, au point de t’en remettre à Dieu. A toi de voir… Tu as le choix entre une mort par noyade, mais en un seul morceau. Ou une mort sous un baril, avec tes membres récoltés dans un drap avant d’être jetés dans une fosse commune, avec le risque qu’ils se mélangent à ceux du pilote qui a balancé le baril. Après une courte réflexion, tu opteras pour la noyade. Le froid est préférable à la fournaise.

Je vais te ramener sain et sauf chez toi, calme-toi. Je m’en fais un devoir… Je vais te porter jusqu’à la frontière où je t’ai rencontré.

Mais, juste avant de passer en Macédoine, me rendrais-tu un petit service ?

Prends ma carte d’identité et donne-moi la tienne en échange. Je vais te ramener derrière la barrière, là où je me trouvais quand tu étais de l’autre côté. Tu vas te précipiter vers la zone de contrôle, convaincu qu’ils te reconnaîtront. Ils vont te demander tes papiers. Tes papiers syriens.

Un coup va s’abattre sur ton pied, juste à l’endroit rongé par la marche. On va t’ordonner de retourner d’où tu viens, et t’interdire, par la force, le passage. Tu vas oublier tes pieds en sang. Tu vas oublier toutes les morts que tu as côtoyées. Tu vas te sentir plus vulnérable qu’une fourmi. Allez, ce n’est pas très grave… C’est juste quelqu’un d’incapable de voir que tu es humain, au moment où il regarde ce bout de plastique censé te donner une identité.

Tu sauras alors qui tu as frappé.

انت يا ايها الشرطي ... يا من  ضربتني على الحدود المقدونية اليونانية 

اعطني هراوتك ودرعك الواقي واشلح بزتك العسكرية فلن تحميك من الموت ... سأمسك يدك التي ضربتني بها  , وساصطحبك في رحلة 

سأرجع بك الى الشواطئ اليونانية عائدين الى تركيا , ستتعب من المشي لا تخشى  من الوجع فطريقنا طويل ... عليك ان تعرف أنه سيزداد وسيخترق جرحك الدرجة الثالثة من جلدك , سابحث لك في الطريق عن صيدلية لأشتري لك الشاش منها   , وانزع بوطك العسكري لاطبب لك قدميك ... لاتقلق سنصل البحر أخيرا  

سنبحث طويلا عن مهرب لنحظى به .. لكنه سياخذ منك كل مالديك وسيعدك انه لن يحمل القارب فوق طاقته , لكنه يكذب عليك ...  ستجد ثلاثة أضعاف الرقم الذي اخبرك عنه , لكن لا تخف فانا معك 

سنسبح قليلا لنصل الى القارب فالمهرب لا يجرؤ على ركن القارب على الشاطئ ..  سوف احملك لتصعد على متنه, لا تمد يدك لتساعدني فانا اعتدت على اعتلائه 

ستشعر عندما يمشي القارب بماء البحر يتدفق  تحت قدميك وستشعر أنك تغرق و سيشهر لك المهرب سكينه ليخبرك انه سيغرق القارب اذا واجهنا احد خفر السواحل , وربما سيسرق ما بقي معك  

في منتصف البحر سيبلغ بك الخوف ذروته وستصلي ولو كنت غير مؤمن ... لا تخف كثيرا ساكون بجانبك 

عندما نصل ستعانقني كثيرا وكانني أباك ... سيكون الدم اخترق الشاش الذي لففته لك ولن تكون قادرا على المشي  ساحملك على ظهري لنمشي في غابات تركيا 

وسأستقل لك سيارة توصلك الى الحدود السورية ... سأحدثك طيلة الطريق عن الوطن وستصفني بالرومانسي 

ستسالني عن تلك الأصوات العالية عندما ندخل سوريا .... لن اخبرك كي لا تخاف  , سيعلو الصوت اكثر , ستسالني عن كوم الحجارة هذا وساخبرك انها كانت مدينة في السابق وان هناك وحشا هدمها يدعى بشار الأسد , نزفت دمائنا حتى تعلمنا أنه ليس هناك قانون انسان وأن قانون الغاب حل مكانه ... ستنظر الى السماء وسترى طائرة ... لا تلوح لها كما كنا نلوح لها في صغرنا ... ولا تبتسم لها فقائدها لا ينتمي  لفصيلة الانسان 

سترى بعدها  برميلا نازلا يسقط منها , انه اختبار عملي عسكري لم تره في بلادك  ... ساخبرك على الفور ان تنبطح وتسد اذنيك وتفتح فمك , ستسمع صوتا عاليا يسمى انفجار ونسميه حقد  ... ستنقبض رئتيك وتشعر أن قلبك ينبض بسرعة , انه الخوف بعينه , لا تخشى يا بني ستعتاد عليه مع البرميل العاشر 

ستسمع بعدها اصوات المكبرات تتادي للتبرع بالدم من كل الزمر  ..  سنلبي الدعوة لنجد من يلبي دعوتنا عندما تنزف دمائنا ... سانزلك الى قبو مظلم , أيضا لا تخف فهذا ليس مسلخ انه مشفى ميداني , وهذه الاشلاء المرمية على الأرض انها فلذات اكبادنا 

ستبكي من الخوف وستطلب مني ان اعيدك الى مكانك , ساخبرك أنه علينا ان نسلك طريق البحر الذي أبكاك وجعلك مؤمنا ... ستقارن بين الموت غرقا  قطعة واحدة أو ان تموت تحت البرميل وتجمع أعضاؤك على بطانية لتدفن بمقبرة جماعية ... وربما تختلط اعضاؤك مع اعضاء من نزل عليكم البرميل معا , ستفكر لوهلة  وستختار الموت غرقا فهو أبرد واقل حرارة .

ساعيدك الى حيث كنت ....  لا تخف فمهمتي ان اعيدك سالما .. ساحملك عندما تصل وسامشي بك الى الحدود التي أخذتك منها 

قبل ان نصل الى الحدود اليونانية المقدونية اسمح لي بطلب صغير 

أعطني هويتك وخذ هويتي  , سأوصلك الى نفس السياج الذي كنت خلفه ... انت هنا أمامه ,   ستسرع الى العبور وستعتقد انهم يعرفونك , سيطلبون هويتك ويرونها سورية 

ستاتيك ضربة على نفس القدم التي حفرت من المشي , وسيطلب منك العودة من حيث جثت  , وستمنع من المرور بالقوة ... ستنسى نزيف قدميك وكل الموت الذي صادفك وستشعر أن روحك  أضعف من نملة ... لا لشيئ بل لان هناك شخصا وصل به الحد  لان يعمى قلبه عن انسانيتك ويفتح عيناه على  قطعة بلاستيكية تحملها في يدك اسمها هوية  

عندها ... انت وحدك ستعرف من ضربت 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Gauche(s)
Éric Coquerel : « Je veux travailler davantage sur l’évasion fiscale »
Élu au terme d’un scrutin à suspense, le nouveau président insoumis de la commission des finances revient sur la manière dont il envisage son mandat. Il promet un changement de pratique profond.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
Des élus veulent continuer de bétonner en paix
Des élus locaux, qui ont le pouvoir de rendre constructibles des parcelles de terre, mènent la fronde contre de nouvelles dispositions les empêchant de bâtir à tour de bras. Mais la protection des terres et du vivant ne devrait-elle pas constituer une priorité plutôt que de construire un nouveau centre logistique ou un énième hypermarché ? 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra