malakief
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2020

malakief
Abonné·e de Mediapart

Montpellier - On a braqué le Milliardaire Altrad !

Le Triangle des Bermudes, formé de Rémi Gaillard, Alenka Doulain et Clotilde Ollier, s'est confronté à des tractations venues d'un autre temps, celui de la magouille, du carriérisme, et de la supercherie. Voici un compte rendu des coulisses des tractations entre le trio et Michaël Delafosse du PS, ainsi qu'avec Mohed Altrad, le milliardaire.

malakief
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Clothilde Ollier, Mohed Altrad et Alenka Doulain © Barbet / FTVI


A la surprise générale, le triangle des Bermudes (Rémi Gaillard, Clotilde Ollier et Alenka Doulain) s'est lancé au second tour des élections municipales de Montpellier avec le milliardaire Mohed Altrad.

Comment en est-on arrivé là ?

Je vais essayer d'être le plus objectif possible, le jeu de la chaise musicale est un classique en politique, personne ou presque ne peut y échapper pour peu qu'on se présente à une élection. Pour comprendre les enjeux, il vous faut savoir qu'il y a au total 65 sièges à pourvoir au conseil municipal de Montpellier, donc il en faut 33 pour qu'un nouveau Maire obtienne la majorité. Un Maire élu reçoit automatiquement la moitié des sièges + 1, et le reste des sièges est attribué au prorata des voix exprimés, soit environ 45 sièges dans notre configuration.
Tout d'abord, je ne vous cache pas que cette alliance avec Altrad a été un choc pour tous, même pour les têtes de listes du triangle.
En sortant du premier tour, il ne restait que Saurel, Delafosse et Altrad, donc un ancien du PS proche de LREM, un autre actuellement du PS, et un dernier qui a tenté l'investiture de LREM...
Que ce soit chez N'importe qui, Nous Sommes ou L'Ecologie en Commun, nous avions, je pense, tous en tête une alliance avec Michaël Delafosse, et à aucun moment nous ne pensions à Mohed Altrad, sachant que nous avions sur nos listes des gens sans étiquette, globalement de gauche, et hostiles à l'idée de laisser un milliardaire bétonner la ville.

Petit rappel des résultats du premier tour :

  1. Saurel (19,13%)
  2. Delafosse (16,68%)
  3. Altrad (13,31%)
  4. Gaillard (9,61%)
  5. Doulain (9,20%)
  6. Mantion (7,41%)
  7. Ollier (7,27%)
  8. Vignal (6,10%)
  9. Rokvam (4,79%)
  10. Larue (3,83%)
  11. Roumégas (1,61%)
  12. Nazarian (0,52%)
  13. Chaynes (0,42%)
  14. Trousselier (0,12%)

Alors, que s'est-il passé ?


Nous avons eu l'occasion d'échanger avec le trio samedi soir pendant plus de quatre heures lors d'une rencontre. Les trois candidats nous ont restitués le déroulement chronologique des tractations avec Delafosse et Altrad et ont répondu à nos questions. 
Avec Delafosse:
Delafosse avait précédemment concédé 10 sièges à Coralie Mantion(EELV) et son équipe qui n'avaient fait que 7.41% au premier tour. Le triangle, qui représente 26%, donc plus d'un quart des électeurs du premier tour, a pris la décision d'en demander 15, ni plus, ni moins. Mais tout ne s'est pas déroulé comme prévu.
Durant ces discussions, Delafosse a montré son vrai visage, celui d'un carriériste hautain qui ne veut pas partager les sièges équitablement, ce qui aurait permit d'avoir une représentation fidèle des électeurs de Montpellier au conseil municipal.
Ces tractations se sont déroulées de manière intense, avec des coups de fil quasiment toute les heures, jusqu'à tard dans la nuit, accompagnées de moments de pressions, de flottement, et surtout d'agressivités verbales de la part de l'équipe Delafosse.
ils ont ignorés le mandat attribué à Rémi Gaillard par Doulain et Ollier pour poursuivre les tractations en leurs noms et ont tentés de négocier individuellement avec Doulain et Ollier, proposant 5 sièges à la première, et 3 à la seconde, mais rien pour Gaillard, qu'ils ne considèrent pas du tout. De leur côté, le Trio ne comprenait pas pourquoi Coralie Mantion, qui a fait 7.41% au premier tour, obtiendrait plus de sièges que les trois formations réunis. 
Ce qui est le plus hallucinant dans cette restitution, c'est que l'on apprend que Delafosse a proposé une chose indigne, que l'on n'aurait pas cru possible de la part d'un candidat qui se dit rassembleur de la gauche sachant qu'on lui apportait la Marie sur un plateau, la trahison.
En effet, il aurait proposé, à chaque candidat*, 8 sièges avec un poste rémunéré à 3 500€ pour celui ou celle qui accepte à la seule condition de trahir le Triangle des Bermudes ! Il pensait certainement que les têtes de listes de ce triangle étaient ici pour la même raison que lui, obtenir un poste rémunérateur.
Mon avis personnelle est que dès le départ, Delafosse était convaincu que même si les échanges ne concluaient pas, les électeurs du triangle se rallieraient par défaut derrière lui au second tour, car il ne voyait qu'une seule autre issue à ces échanges, celle que le triangle se retire. Il a donc déposé sa liste en toute discrétion (sans prévenir le triangle) le jour J à midi alors que les discussions se poursuivaient...
- Petite anecdote, Clotilde Ollier nous décrit un moment lunaire pendant les discussions, où, les poings sur la table, Julie Frêche leur gueule dessus : "MONTPELLIER ! C'EST NOUS !!"...
- Autre détail croustillant, toujours selon Clotilde Ollier, en Novembre 2019, un mois après son élection à la tête de la liste EELV, et quelques mois avant son éviction par les instances nationales d'EELV, Delafosse la contacte en lui demandant d'être à la seconde place sur sa liste(elle était favorite dans les sondages à ce moment). Ollier refuse, et ceci nous prouve une chose, c'est que Michaël Delafosse n'est là que pour sa propre personne, et non pour les habitants de Montpellier.
Mais il ne s'est pas rendu compte qu'il avait à faire à un vrai Clown Marionnettiste.
Avec Altrad :
Delafosse dépose donc sa liste, ignorant ainsi les convictions de 26% d'électeurs, et le triangle se retrouve avec deux choix possible: soit il se retire et laisse ainsi les électeurs faire ce que Delafosse a en tête, c'est-à-dire votent pour lui par défaut, soit on tente un braquage chez le milliardaire.
Une chose importante à noter ici, Altrad ne prends pas le triangle de haut, il communique avec respect, et laisse la porte ouverte aux négociations. La différence de traitement avec l'équipe de Delafosse est flagrante.
Altrad est en mauvaise posture, il est en troisième position, et n'a aucune perspective d'alliance concrète, Rémi Gaillard tente donc ce qu'il appelle un "braquage". Il se concerte donc avec le triangle et conclu que pour réussir ce braquage, il doit obtenir 22 sièges sur 45 le jour même. Le temps manque cruellement car c'est le dernier jour. Il doit aussi avoir la garantie qu'un certain nombre de projets de chaque formations doivent être mis en œuvre, ainsi que l'instauration d'une gouvernance alternée de la ville avec Doulain et Ollier, ce qui est inédit.
Pourquoi 22 sièges?
Parce que ça enlève à Altrad toute chance d'obtenir la majorité au conseil municipal dans l'hypothèse où il deviendrait Maire et ainsi, on mettrait fin aux règnes unilatéraux successifs des Maires de Montpellier depuis des décennies.
Ce qui résulte de ces négociations avec Altrad, c'est 14 sièges pour l'équipe de Doulain, 7 places pour l'équipe d'Ollier, et une seule pour les Sans Voix** avec Delphine Simon (Présidente de l’association Anymal). À noter que Rémi Gaillard a dû négocier pour n'avoir qu'une place...
Donc en résumé:

  • Altrad: 23 sièges
  • Doulain: 14 sièges
  • Ollier: 7 sièges
  • Gaillard: 1 siège

Quels conséquences pour le second tour ? 

Difficile à dire, pendant nos échanges avec le trio, on a eu des retours de quelques colistiers qui se sentait perdus ou sceptiques, ce qui est compréhensible par le caractère inédit de cette alliance, est-ce qu'une poule irait s'allier à un renard pour lutter contre une vipère ? D'autres encore comprenne la décision du trio. Il reste à expliquer à ceux qui ont suivi ces trois formations pourquoi le triangle ne donne pas les pleins pouvoir à Altrad, et qu'au contraire, il lui met des bâtons dans les roues.
Il faut aussi leur faire comprendre qu'au final, suite aux échanges avec Delafosse, le trio a découvert que Delafosse n’était qu'une version jeune de Saurel, avec les mêmes ambitions personnelles.

Quel crédibilité pour les électeurs ?

Cette question d'un de nos colistiers est légitime, quelle crédibilité gardons-nous après cette alliance incompatible idéologiquement, que ce soit pour N'importe Qui, Nous Sommes ou L'écologie en Commun ? Que se passera-t-il si ces formations se représentent aux prochaines élections ?
Là encore, c'est difficile à répondre, on n'est pas dans la tête des habitants de Montpellier, mais je reste convaincu qu'il faudra faire preuve de pédagogie, afin de bien expliquer pourquoi et comment on en est arrivé là, et pourquoi cette alliance permettra de mettre en œuvre les projets élaborés par les colistiers du triangle pendant des mois. Pouvions-nous tout jeter à la poubelle et laisser la version miniature de Saurel tenir la barre pendant 6 autres années ?

Prenez soin de vous, et des autres.

En espérant vous avoir éclairé sur la situation,
Un Clown.

  * Sans Voix : Les animaux qui ne peuvent voter.
** A l'exception de Rémi Gaillard, à qui Delafosse à proposé un poste d'adjoint en plus.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi