maloac
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juin 2013

Pour la création d’un métier qualifié d’accompagnant scolaire et social des élèves en situation de handicap

maloac
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite à la non parution, à ce jour, du rapport Komitès, l'UNAISSE a décidé d'alerter à nouveau les députés et sénateurs de ce gâchis en devenir pour les accompagnants scolaires en fin de contrat.

Nous avons fait un premier envoi et nous mettons ce courrier à disposition. N'hésitez pas a l'envoyer à votre tour.


Vous trouverez en piece jointe le document à télécharger et envoyer !


Citation

U.N.A.I.S.S.E
Union Nationale pour l'Avenir de l'Inclusion, Scolaire, Social et Educative

Le Parc du Belvédère
Bat I 1 apt 548
81 rue Marius Carrieu
34080 MONTPELLIER

http://www.unaisse.fr/
contact@unaisse.fr

"Pour la création d’un métier qualifié d’accompagnant scolaire et social des élèves en situation de handicap"


Le 10 juin 2013


Dans l'attente de la mise au chômage programmée
des Auxiliaires de Vie Scolaire





Mesdames, Messieurs les députés et sénateurs,

Nous nous adressons à vous, après un énième report de la publication du rapport de Mme Komitès concernant la professionnalisation et la reconnaissance du métier d'AVScolaire, rapport faisant suite à la mission Montchamp, au rapport Copé, au rapport Blanc .... qui ont tous été un fiasco et laissé aux oubliettes.

Combien de temps allons nous encore reléguer au dernier plan l'avenir des élèves en situation de handicap ?
Combien de temps encore la république va t elle fausser l'avenir de ses citoyens différents, relégués au rang de citoyens de dernière zone ?
Combien de temps encore des milliers d'AVS vont passer au rouleau compresseur d'un système inique qui se gargarise de faux progrès en faisant des économies sur le dos des personnes les plus vulnérables ?
Comment ne pas penser que les beaux principes de la loi de 2005 ne cachent que trop peu l'énorme économie financière faite sur l'accompagnement des enfants, adolescents et jeunes adultes en situation de handicap ?

Le coût d'un AVS est bien moindre que le coût d'un accompagnant formé et diplômé du médico-social.

A chaque rentrée c'est la même rengaine : c'est insupportable !

Les Auxiliaires de Vie Scolaire exercent leurs missions du mieux qu'ils peuvent dans les conditions de maltraitance qui sont les leurs : maltraitance statutaire, salariale, manque cruel de reconnaissance de leurs compétences, absence de formation et pourtant ils font preuve d'une grande motivation et d'un investissement qui va bien au-delà de ce qu'on attend d'eux.
Les contrats qui leur sont proposés sont encore et toujours plus précaires : ils ne leur permettent pas de vivre décemment et les envoient inévitablement à Pôle Emploi.

C'est une honte et une gabegie qui a déjà été dénoncée haut et fort et à plusieurs reprises !

Et pourtant ! Les besoins existent ! La création d'un vrai métier s'appuie sur du concret (voir proposition FNASEPH ET UNAISSE disponibles sur leurs sites www.unaisse.fr ; www.fnaseph.fr).
Il est urgent d'agir ! De nombreux AVS arrivent en fin de contrat et vont malheureusement encore grossir les rangs des chômeurs comme à chaque fin d'année scolaire depuis plus de 15 ans !

Ne laissez pas ce gâchis se reproduire sans réagir !

Un vrai métier doit être créer impérativement !

Il vous appartient de réactiver les débats afin que les choses avancent concrètement. L'actualité récente montre bien à quel point une décision peut être rapide !

Il faut que cesse cette honte de la République : voila 30 ans que les AVS existent (depuis 1982) et sont maintenus dans une telle précarité alors qu'ils représentent des milliers de salariés en France.

Aidez nous concrètement : arrêtez de créer des groupes de travail sur la professionnalisation, groupes vains et tout juste bon à calmer les esprits échauffés et à bout, à jeter des miettes d'espoir à ceux qui en sont affamés et à laminer l'avenir bien sombre des élèves handicapés, traités comme une sous catégorie d'élèves, tout juste bons à n'être accompagnés que par des personnes non formées, pressurisées et précarisées à vie.

Nous disons STOP au bricolage et à la langue de bois.


Les membres du Conseil d'Administration de l'UNAÏSSE :

Mireille JENNEQUIN (40) - Mona BORDEAU (34) - Justine POULAIN (35) - Dominique RIMOND (50) - Cécile LAMBERT (81) - Annie-Christine COLLEAUX (13) - Sophie LUCAS (35) - Cyril BAUDET (02) - Renée MICHEL-BRAZIL (31) - Anne BESSON-XAVIER (69)

UNAISSE

www.unaisse.fr

POUR UN MÉTIER DE L'ACCOMPAGNEMENT DANS LES ESPACES SOCIAUX DE DROITS COMMUNS DES ENFANTS A BESOINS ÉDUCATIFS PARTICULIERS

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse