Paris vaut bien une veste

 

A Paris sur la scène, Villani et Griveaux,

pour bouter la belle Anne sont désormais rivaux.

L'un se veut insultant et joue les matamores ;

l'autre, pour le moment, délaisse les maths à mort.

 

      Pour sa part, en cas de défaite, l'Hidalgo envisagerait  de briguer le poste de premier ministre en Espagne.

 

(annonce hier de la candidature de Cédric Villani à la Mairie de Paris) 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.