Manon Aubry
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2020

Haine anti-musulmans et procès en «islamo-gauchisme»: ça suffit!

Devoir répondre à Darmanin qui sous-entend que le hallal amène au fondamentalisme. À Blanquer qui considère que la fac est un repaire de profs islamistes. À Le Pen qui veut sortir de la CEDH. Aux attaques en "islamo-gauchisme". L’assassinat de S. Paty par un terroriste islamiste nous a tous intimement bouleversés. Et n’en déplaise à tous ceux qui veulent profiter de l’occasion pour mettre à mal notre démocratie et diviser notre pays, nous resterons clairs sur nos valeurs.

Manon Aubry
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’assassinat de Samuel Paty par un terroriste islamiste nous a tous bouleversés, profondément, intimemement, dans notre chair. Parce que c’est un prof passionné par son métier qui a été ciblé, parce que c’est l’école républicaine qui a été visée, parce que c’est la cohésion même de notre société qui a été une nouvelle fois attaquée. 

La réponse se devait d’être collective : refuser de rentrer dans le piège tendu en revendiquant au contraire fièrement l’unité du peuple français face aux fanatiques. Mais les charognards sont immédiatement sortis de leur tanière en piétinant le temps de deuil et d’hommage de la Nation. Pour se lancer dans un concours de récupération raciste et calomnieux entretenu en chœur par LREM, LR et le RN. 

La lutte contre le terrorisme est une chose sérieuse : elle appelle à des débats sur les moyens humains et techniques du renseignement, la capacité de la police et de la Justice à remplir effectivement leurs missions, la politique étrangère et les alliances militaires de la France, etc. Elle demande aussi à une réflexion plus globale sur les manquements de notre République et le terreau qui permet aux fondamentalistes de “recruter” : la misère, la relégation, les inégalités, les discriminations, exacerbées par des décennies de politiques néolibérales . 

Mais rien de tout ça n’a été discuté la semaine dernière. A la place, nous avons eu droit  à des débats nauséabonds imposés par les droites et appuyés par les médias : 

Devoir répondre à Darmanin qui sous-entend que le hallal amène au fondamentalisme. Devoir répondre à Blanquer qui considère que la fac est un repaire de profs islamistes. 

Devoir répondre à Schiappa qui a trouvé son prétexte pour réintroduire la loi Avia.

Devoir répondre à Le Pen qui veut sortir de la Convention européenne des droits de l’homme.

Devoir répondre à Pécresse qui considère que toutes les associations musulmanes doivent se justifier publiquement par rapport aux attentats.

Devoir surtout répondre aux attaques en “islamo-gauchisme”, coordonnées directement par l’Elysée et relayées par une extrême-droite qui n’en demandait pas tant. Que veut dire ce terme ? Personne ne le saura. Que nous reproche-t-on ? Personne ne nous le dira. Le but est de salir, d’insinuer un doute, pour intimider et empêcher toute critique des discours et des politiques du gouvernement. Et même le 1er secrétaire du Parti Socialiste, Olivier Faure, s’est adonné à ce petit jeu dangereux en parlant d’”ambiguïtés” des insoumis. 

Tout refus d’assimiler Islam et Islamisme, tout refus de considérer qu’un musulman est par principe suspect, tout rappel du cadre de l’Etat de droit, est devenu pendant cette semaine de la honte une complicité terroriste. Jamais la parole raciste et les préjugés de comptoir haineux n’ont été autant légitimités par les médias et les droites. Jamais un tel déchaînement de violence verbale n’avait été atteint, culminant avec les tags indignes contre le PCF traité de “collabo” alors que des dizaines de milliers de résistants communistes ont été victimes de la barbarie nazie.

Il est temps de dire une bonne fois pour toutes : stop.

Stop aux grands discours de dirigeants qui ont vendu des armes et signé des gros contrats avec des dictateurs qui financent l’islamisme politique. 

Stop aux mensonges du Rassemblement national dont un ancien membre du service d’ordre était impliqué dans un réseau de trafiquants qui  a fourni des armes à l’assassin de l’Hyper Casher. 

Stop aux leçons de communautarisme de Darmanin qui marchait avec la manif pour tous contre le mariage gay.

Stop aux conseils en laïcité de Blanquer qui s’est engagé pour le développement d’écoles catholiques traditionalistes. 

Stop à cette séquence détestable qui a une fois de plus jeté l’anathème sur nos compatriotes musulmans qui servent de bouc-émissaire à la crise. 

Et n’en déplaise à tous ceux qui veulent attiser les braises et profiter de l’occasion pour mettre à mal notre démocratie et diviser notre pays, nous resterons clairs sur nos valeurs. La lutte contre l’islamisme politique doit être menée avec les moyens, la rigueur et l’intransigeance qui s’imposent. Elle ne doit jamais être menée en reniant la République, l’égalité en droit de tous les français, la liberté de conscience, d’association, de pensée, et l’état de droit. 

La liberté de croire ou ne pas croire est une liberté fondamentale qui doit être protégée. La laïcité n’est pas un prétexte pour déverser sa haine matin, midi et soir sur les musulmans. La police n’est pas là pour faire pression sur des personnes qui déplaisent à un gouvernement mais pour faire respecter la loi. La dissolution d’associations ne doit pas être un caprice de monarque qui veut donner des gages à l’extrême-droite en s’attaquant uniquement à un groupe religieux mais une procédure encadrée qui doit s’appuyer sur des faits établis précis et non des rumeurs. La lutte contre le terrorisme ne peut s’affranchir de règles de droit que nous avons mis des siècles à construire et à maintenir. Le combat contre toutes les formes d’obscurantisme et de haine ne sera remporté qu’en réunissant la population toute entière autour d’une promesse républicaine traduite réellement dans les faits.

Malgré les menaces, les procès d’intention, les chasses aux sorcières, nous ne céderons sur aucun de ces principes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin