Les bonnes œuvres de M Macron

M Macron fait une petite aumône de 100€, via la CAF, aux smicards......non pris en compte pour les retraites puisque c'est une prime de charité.

Je ne suis pas un politique (non encarté), ni un économiste (plutôt un naturaliste retraité), je n'ai plus l'âge de courir pourchassé par la police, mon militantisme se résume donc aux tirades enflammées lors de repas entre amis tant mon pessimisme social et écologique est profond, conséquence d'un capitalisme cupide et sans aucune régulation, nous menant, à court terme, sciemment, dans le mur.

De l'acteur Macron, père Fouettard puis noyeur de poisson de lundi soir, il y aurait beaucoup à dire.

J'en resterai à un point : il répondait aux doléances d'un mouvement social populaire, les « gilets jaunes ».

Il m'avait semblé, entre-autre, en avoir entendu un grand nombre parler de dignité, de désir pour chacun de vouloir vivre de la valeur de son travail.

Or M Macron  propose que les smicards reçoivent 100 € de plus, non par leur employeur, ce qui serait reconnaître la valeur de leur travail mais par l'aide sociale, par aumône, par compassion, et ceci sans impact sur la retraite

Les entreprises pourraient aussi, par bonté, si elles le peuvent, verser une prime de Noël, elles qui s'étonnent de ne pas trouver de personnel aux salaires indigents qu'elles proposent.

Quel mépris ! Ceux qui veulent vivre dignement de leur travail, peuvent se sentir humiliés par le procédé. C'est au patron de payer celui qui travaille pour lui, pas à la bienfaisance publique, pour être, ensuite, traité d'assisté !    Les aides sociales : "On met un pognon de dingue dans les minima sociaux..."

M Macron, n'aurait-il encore rien compris, ou simplement pratique-t-il une manœuvre retorse d'enfumage, pensant que "ces pauvres gens" ne verraient pas l'entourloupe ?

Je suis profondément outré de ce manque de considération pour ceux qu'il considère probablement comme de seconde zone, alors que le patronat, lui, profite de toutes les largesses.

 

Liberté (de manifester?...)

Egalité (de considération ?, équité fiscale, sociale?),

Fraternité (les Gilets Jaunes ont su la retrouver sur les ronds-points et bien plus encore ….)

 

Liberté-Egalité-Fraternité

Devise formelle vidée de substance par le cupide libéralisme économique

 

Pour les grandes fortunes, on verra plus tard... c'est à dire jamais. On ne mord pas la main qui nourrit.

 

Marc

 

 

 

 

.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.