Finance and the good society

Ai lu ce livre de Robert Shiller qui soutient que la finance est un outil pour atteindre la "good society", la société idéale.

J'ai été déçu de la position tenu, mais c'est une vraie introduction à la finance à ses acteurs et à ses mécanismes par quelqu'un d'expérience.

Pour Shiller les bulles spéculatives ne sont pas liées au capitalisme mais à la psychologie et c'est au régulateur de trouvé les bons paravents. C'est un livre très centré sur les problèmes et l'histoire des Etats-Unis, mais qui ne manque jamais de se remettre dans un point de vue global.

Il ne faut pas réduire ce livre à cela, mais je trouve qu'il fait preuve d'angélisme lorsque décrivant les causes psycho-économiques de la première guerre mondiale il affirme que l'idée du gain économique d'une invasion militaire est une illusion dépassée. S'il avait trouvé des arguments comparables pour l'invasion de l'Irak il aurait été plus convaincant. Le problème est peut-être que si les Etats-Unis y ont perdu dans leur ensemble il n'est pas interdit de penser que certaines sociétés pétrolières y ont gagné...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.