Hulot, Help ! ?

Beaucoup ici vont rigoler, même parmi mes amis.. Mais il y a évidemment une urgence au-delà des crispations sectaires.

Car vous gardez une autorité et une popularité à même de pouvoir servir peut-être l'intérêt général: nous avons besoin de celles-ci pour établir un premier diagnostic global mais surtout en termes de politique de prévention, sur la situation ouverte avec l'incendie à Lubrizol, mais aussi pour aider les citoyens à y voir clair dans le maquis des instances administratives, Commissions ad hoc, Hautes Autorités, Comités et juridictions qui pourraient avoir à connaître dans l'urgence et surtout à se prononcer TOUT DE SUITE, sur la façon dont la population de la métropole rouennaise au premier rang mais au-delà, tous, ont été et sont traités jusqu'à maintenant par les pouvoirs publics, dans ce que nous n'avons pas besoin d'expertise pour évaluer nous-même comme une crise majeure en terme de risques pour la Santé publique et l'Environnement : il faut que des autorités indépendantes ( si elles existent encore..) prennent maintenant position haut et fort pour mettre en oeuvre ce qui peut encore l'être et saisir à défaut ou même en parallèle peut-être, les instances Européennes compétentes qui pourraient aider ou à défaut intervenir fermement ( mes amis, ne riez pas, la trouille peut être une bonne inspiratrice "subsidiaire".. ) pour mettre en demeure les pouvoirs récalcitrants.

L'Europe est concernée parce que nous sommes, français, peut-être face à un péril dont le gouvernement vient d'oser dire qu'il ne sait pas grand chose - ce qui ne l'a pas dissuadé  de NE PAS prendre des mesures de précaution immédiate d'ampleur; parce que aussi, bien évidemment, les saloperies charriées par la Seine ou les nuages n'ont pas observé le respect des frontières pourtant redevenues assez infranchissables par les réfugiés...

Alors oui, parlez! conseillez-nous, et pas seulement le gouvernement, confidentiellement sans doute, comme vous l'avez peut-être fait..  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.