mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mer. 4 mai 2016 4/5/2016 Dernière édition

La menace F. Bayrou?

Alors que l'on croit probablement écartée la menace Le Pen pour la Gauche ( un peu vite, car un score pour F. Hollande au premier tour de 20-23% , possible avec la montée en "vases communiquants" de J.L. Melenchon, rouvrirait à notre avis la question), on n'accorde pas d'attention à la situation qui risque de s'ouvrir au soir du premier tour avec la qualification vraisemblable de N.Sarkozy et d'un candidat de Gauche:

Pense-t-on que quoi que ce soit retiendrait N.Sarkozy, menacé de tout perdre, de s'engager explicitement, formellement, devant les Français à nommer F. Bayrou premier Ministre s'il était réélu et contre l'appel de celui-ci à voter pour lui au second tour ?

Pense-t-on que F. Bayrou, une nouvelle fois éliminé de la course à l' Elysée et connaissant les pouvoirs réels du premier Ministre selon la Constitution s'il consent à s'en servir ( cf. Chirac et Balladur sous Mitterrand et Jospin sous Chirac ), pense-t-on qu'il n'irait pas, voire ne le proposerait pas le premier?

F. Bayrou serait ensuite en mesure d'appeler pour les Législatives à la formation de cette "majorité centrale" qu'il appelle de ses voeux , faisant élire des députés sur cette perspective et d'abord sous les étiquettes d'un Centre probablement plus facile à autonomiser vis à vis de Sarkozy et à largement unifier cette fois sous sa direction.

Et, malheureusement, c'est encore probable dans cette hypothèse où la Gauche aurait été défaite une nouvelle fois à la Présidentielle, en situation de trouver assez rapidement un groupe plus ou moins important de députés  socialistes pour marcher avec lui, le P.S. lui même étant menacé de scission... ( ce qui pourrait à terme favoriser aussi la formation d'un nouveau parti unfiant les formations du Front de Gauche et les socialistes refusant les sirènes Bayrouistes, devinez sous la direction probable de qui...?)

F. Bayrou est l'une des personnalités politiques préférées des français, et on ne peut guère douter que cette formule, dès avant le second tour, serait assez attractive sur une large partie de l'électorat, ayant l'avantage de limiter le Pouvoir de N.S. sans les "risques", pour les craintifs, de la Gauche ,qui plus est largement divisée...

Une cohabitation inédite se profilerait, peut-être même camouflée en "Union Nationale" pour ménager la dignité d'un Président quand-même partiellement défait?

Partisans de F.Hollande, de J.L. Melenchon, d' E. Joly, on prend vite conscience du risque ? 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Pour Bayrou, et d'ailleurs par seulement pour lui ! le problème ce n'est plus la présidentielle, ce sont les législatives... Un premier ministre de cohabitation doit avoir une majorité parlementaire, c'est bien le moindre ! Le Modem peut constituer un groupe charnière, mais un socle gouvernement  ? L'Union nationale, à défaut d'une 6 ème république largement imaginaire, nous vaudrait un retour à la 4 ème ? Commencer dans la posture de De Gaule et  finir en président du conseil MRP, tel serait le destin grandiose de François Bayrou ?