mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart sam. 30 juil. 2016 30/7/2016 Dernière édition

La menace F. Bayrou ? ( Suite)

Les choses se précisent, en même temps que les sondages se font de plus en plus mauvais pour le candidat-président et que l'appui sur l'extrême -droite avec P. Buisson semble faire long feu. Tous les médias relèvent les propos d'A. Juppé au "Figaro Magazine" d'aujourd'hui (ici, copié-collé du Monde.fr , il y a deux jours ) :

 

il y a 2 joursPour Juppé, Bayrou pourrait "sûrement" être premier ministre de Sarkozy

 

A la question : "François Bayrou pourrait-il être le premier ministre de Nicolas Sarkozy ?", Alain Juppé répond: "Sûrement" dans un entretien a'enfermeru Figaro Magazine rendu public mercredi 11 avril. "Il n'est pas socialiste, et ce qu'il propose est aux antipodes de ce que propose François Hollande", argumente Alain Juppé, lui-même souvent cité comme un candidat sérieux pour Matignon si Nicolas Sarkozy est réélu. François Bayrou "est aujourd'hui critique vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, mais c'est le jeu de la campagne électorale. J'espère qu'au second tour, il retrouvera sa famille", ajoute le ministre des affaires étrangères. Nicolas Sarkozy a laissé entendre qu'il pourrait reprendre sa politique d'ouverture s'il était reconduit à l'Elysée. "Est-ce que le président et le premier ministre doivent être forcément de la même couleur politique ? Ce n'est inscrit nulle part", a déclaré le chef de l'Etat le 5 avril, lors d'une conférence de presse.

 

Hier soir, après " Des paroles et des actes", N.Sarkozy déclare aux journalistes , après être revenu sur ses pas, se ravisant, en sortant:

Je proposerai un grand rassemblement d'unité nationale. C'est ce que j'ai fait en 2007: le devoir du président, c'est de ne pas s' enfermer. 

Dans un précédent billet lisible sur mon blog ( La menace Bayrou ? ), je faisais l'hypothèse que pour ne pas tout perdre, N.Sarkozy proposerait peut-être ou accepterait contraint et forcé sous ce masque d'unité nationale, protégeant (mal) sa dignité de battu, une cohabitation inédite avec un F.Bayrou qui pourrait tout à fait se laisser tenter sans se soumettre, avec les réels pouvoirs conférés par la constitution à un premier ministre qui veut bien s'en servir... 

Bien sûr  avec un engagement formel devant les français de N.Sarkozy entre les deux tours à le nommer premier ministre, contre son appel aux électeurs à voter pour lui au second tour...  

On peut craindre que la formule aurait quelque succès auprès de l'électorat, et malheureusement pas seulement à droite...

Ne faut-il pas entreprendre plus précisément, et dans l'urgence, de parer à cette menace de réélection de N. Sarkozy d'un nouveau genre ?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

François Bayrou à 10% ne présente guère d'intérêt comme soutien ! Par ailleurs, un premier ministre sous la V ème république doit disposer d'une majorité parlementaire et non simplement relever de la désignation régalienne du président. Et de ce point de vue, François Bayrou avec son Modem ne peut espérer que former un groupe charnière, ce qui augure un retour à la 4 ème où gouverne dans l'instabilité le marginal capable "d'arranger les bidons" entre les "partis" sous l'enseigne de la fameuse "union nationale"... Avec le président toujours en embuscade pour reprendre la main qu'il a perdu aujourd'hui !