Les EHPAD du groupe ORPEA ont trop de résidents

 

Une famille alerte l’ARS et le Conseil Généralsur la mise en danger de leur parent, placé depuis 2016 à l’EHPAD « Les jardins du lac » de Bretigny-sur-Orge en Essonne. L’établissement demande à la famille le départ de ce patient.

Le patient atteint d’Alzheimer entre en unité protégé en novembre 2016. Hormis les vols de vêtements et de bijoux la situation n’a rien d’inquiétante.

2018, la situation se complique. Le résident présente des problèmes de santé. La famille alerte très régulièrement durant 6 mois mais, sans actions, le patient devra être conduit à l’hôpital pour y subir une intervention chirurgicale en urgence. Les conséquences de l’intervention vont être lourdes : perte de la marche, le patient posé dans un siège et livré à lui-même, sans surveillance fera une dizaine de chutes en deux semaines. Retour aux urgences pour une radio de la hanche.
La famille insiste pour que des précautions et des dispositions soient prises pour sécuriser leur proche (contorsion avec ceinture ventrale), en vain.

Trois semaines plus tard, lors d’une visite postopératoire, le personnel soignant constatera l’absence de retrait des fils !La famille, choquée, demande des explications. Le médecin coordinateur de l’EHPAD traitera ces derniers de « menteurs ».
La liste des faits est longue. L’absence de dialogue et la non observance thérapeutique mette en danger le patient. La situation se dégradeet s’aggrave fortement et rapidement.

En juin 2018, un signalement à l’ARS et Conseil Général a été réalisé. Ces organismes sont alertés de la situation très préoccupante du résident. A ce jour, à l’exception d’un accusé réception, aucune nouvelle. Le groupe ORPEA ferait-il peur à nos structures administratives ?

 

 

 

Contact : marcdeblacquer@free.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.