Bernard Tapie - Franz-Olivier Giesbert, même objectif !

Bernard Tapie refuse de payer ses impôts et la dette monumentale qu’il doit à l’Etat. Pourtant la publication numérique « LA LETTRE A » (www.lalettrea.fr) nous livre une information ahurissante :

« Face à la chute de ses revenus publicitaires et de sa diffusion, La Provence va emprunter via le mécanisme mis en place par le gouvernement pour surmonter la crise sanitaire. Le quotidien marseillais, propriété de Bernard Tapie, utilise déjà le chômage partiel qui touche jusqu’à son directeur éditorial, Franz-Olivier Giesbert… ». Celui-ci ne manque pourtant pas de moyens. Il prêche avec cynisme la solidarité en donnant un exemple pitoyable.

Bernard Tapie va certainement nous expliquer qu’il a agi ainsi pour le bien de ses journalistes, alors qu’il déclarait à leur sujet, dans une interview accordée au quotidien Le Monde, le 21 juillet 2017 : « Mais quels connards ! Comment tu veux que je les aime ! »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.