Pandémie, carentiologie

Le confinement, un stage pour se rappeler qu'on est là pour créer de la valeur , non pour se perdre dans les tâches

Pandémie, carentiologie 

 

Il est naturel  d’accuser les  actions et passivités du passé dont nous payons les cruelles conséquences. La bêtise de certaines de nos façons de vivre nous sidèrent, maintenant.  Des moments de confinement activent la perplexité sur les failles et les impasses de nos systèmes et aussi le souffle pour dire «Non à un retour à la normal » , encouragé par Vaclav Havel « L' espoir …n'est pas la conviction qu'une chose aura une issue favorable, mais la certitude que cette chose a un sens, quoi qu'il advienne. » Bruno Latour, suggère une invitation à se questionner sur les  finalités de nos activités  pour cerner quels sont les besoins essentiels à satisfaire et les activités vraiment utiles. Il propose un outil de discernement.

Puissent, également, nos institutions publiques tirer parti de cet exercice prophylactique pour sortir des ornières le statut qui donne un pouvoir de prédateur et voue à  la broutille le sens commun. Elles recherchent agitations, périls,  peines, querelles, disputes , combat d’opinions , comme un « divertissement » pour se distraire de « considérer et faire réflexion » sur ce qu’elles sont en réalité,  dirait Pascal. « Leurs gens » laissent faire, sidérés ou secrètement  séduits, non par les personnes mais par l’illusion qu’il puisse se trouver des cénacles au-dessus des règles. Ils obéissent. Des sillons tracent leur conduite. Ils gagnent à éviter les errances et de l’estime d’eux-mêmes à se conformer, sans les risques d’une initiative. Ils participent à un « divertissement », le jeu de celui qui a le dirigeant le plus arbitraire dans l’injonction de règles, le plus égocentré dans les règles domestiques, le plus inconséquent dans la prescription de la  marche des activités. 

Puisse être levée l’ auto-immunité des dirigeants contre l’audace et l’imagination en sorte qu’ils se consacrent à leurs missions. Puissent les « gens » trouver du sens et du crédit aux motifs de leurs remâchements et ruminations.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.