Fabrique de vérités : la confiance aux abonnés absents

Je ne suis pas venu pour me livrer à des rapines, mais pour soustraire les biens des pauvres à la rapacité des grands. Il est revenu le temps de l'imposture.

 

La vérité des huns, la vérité des autres. Selon le clan auquel vous appartiendrez.

La vérité est du côté de l'élégance. Beaucoup de contenance et très peu de justesse. Beaucoup de corruptions et très peu de justice. Absence de vie intérieure recouverte de beaucoup de discutailleries.

Confiance envers le chef qui protège. Formater une race d'hommes qui suivent le chef. Hostilité aveugle envers l'ennemi. Le chef de la mafia fait la Une de Pourri Match, donne un entretien au Point de non interrogation. Chapeau bas. Les mensonges deviennent vérité, colportés en régions.

Les gens comprennent qu'ils préfèrent être du côté des collabos de la finance, que des résistants. D'ailleurs les résistants, ils disent, les résistants ce sont des terroristes qui n'ont pas réussi. Ils disent. Ou l'inverse. Parce que à ce niveau la la loi. Dailleurs, ce sont les collabos entre eux qui se décernent des brevêts de résistance. Ce sont les financiers truands qui se décernent des brevêts de vérité.

Repousser les procédures ad vitam.

La Société est Anonyme. il n'y aura jamais de coupable. Juste quelques réprimendes d'usage et une amende inversement proportionnelle aux truanderies opérées. Truanderies gigantesques, petite amende. Petite truanderie, amendes disproportionnées. Il faut faire des exemples, en bas. 

Laissez les truands du haut entre eux. D'ailleurs, dès que ça dépasse le milliard, les gens du "commun" perdent leurs repères.

Inquisition contre celui qui cherche la vérité. Un centre infini dont l'épicentre est nulle part, alors avec des dialéctiques pareilles...

Prendre le contre sens de ce qui est dit, couper la parole pour réduire le discours en bouillie. Faire perdre le fil de la pensée. Déconstruire le langage. Il ne faut pas remonter aux sources. Grandiloquence théâtrale, logorrhée verbale, brasser de l'air, usine de ventilation qui devient incompréhensible. La boue, la haine , la calomnie, les manigances, les cons signes dont ils sont faits.

La Vérité c'est la vérité que vous voulez ? Quelle idée, ce n'est pas ce que veulent les faussaires. On ne va quand même pas respecter le vote des gens du "commun". Regardez comme ils sont habillés !

Il est permis d'écrire et de penser, si votre pensée n'a pas déjà été réduite à phrases prémâchées. Il est permis d'écrire, oui, des écrits noyés dans la marchandisation. 

Donner un blanc seing à des groupes sociaux ? Comme si le monde était parfaitement manichéen ? De fait, les "croyants" vivent dans un monde manichéen. 

La dialectique comme art du mensonge.

Il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien. Il y a tellement de gens intére$$ants, on va pas perdre notre temps avec des emmerdeurs : comprendre des gens qui réclament leurs droits dans un système de truanderie. Ils veulent les billes pour se goberger dans les 5 étoiles + qui ont été aménagés dans les hospices.

Il ne reste plus au système de surveillance qu'à supprimer la capacité de lire et écrire et l'on sait que ce programme est en bonne voie. Le grand ordonnateur central dira les phrases autorisées. Le prêt à penser est délivré par le parti, le syndicat, le lobbyiste du groupe de luxe ou agroalimentaire. Il nous restera plus qu'à avaler la pilule du bonheur. 

Si vous n'êtes ni d'extrême droite , ni d'extrême gauche, ni d'une communauté avouable ou inavouable, vous êtes un citoyen fantôme, un humanoïde frictif.

On le voyait parfois s'arrêter au milieu de la foule pour laisser s'approcher les gens du commun. Il savait alors se montrer affable et accueillant, il faisait de chacun un semblable.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.