dialogue aux paradis entre Rika Zaraï et Friedrich Nietzsche

 

En chacun de nous sommeille un être que nous ne connaissons pas ou pas assez. Nous devons tout entreprendre pour mieux le comprendre, car il détient l'intelligence de notre subconscient. Il possède toutes les forces que nous avons en nous, mais dont nous ignorons jusqu'à l'existence

Fus-je malade ? Suis-je guéri ?  Et qui fut mon médecin ? Comme j'ai oublié tout cela ! Maintenant seulement je te crois guéri :  car est guéri celui qui a oublié

C'est dans des conditions exceptionnelles que nous voyons les individus accomplir des exploits dont parle le monde entier. Pourquoi attendre une guerre, une avalanche ou une inondation pour découvrir que nous sommes capables de faire plus que nous le croyons, que nous sommes mieux que nous ne l'imaginons

Ne reste pas au ras du sol ! Ne t'élève pas trop haut ! C'est à mi-hauteur que le monde apparait le plus beau

Utilisons dès à présent une parcelle de cette force afin de nous débarrasser des mauvaises habitudes qui encombrent notre vie, nous apportant maladies, mal à dire et malheurs

Où que tu te tiennes, creuse profondément ! La source est au-dessous ! Laisse les sombres crier : " ce qu'il y a toujours au dessous – c'est l'enfer ! "

Il suffit de se convaincre que l'on peut vivre autrement pour que cette certitude devienne... la seule manière de vivre !

Depuis que je me suis fatigué de chercher, j'ai appris à trouver. Depuis qu'un vent m'a tenu tête, je fais voile avec tous les vents

Nous sommes ce que nous mangeons. Celui qui est malade, c'est qu'il mange mal

Osez donc goûter à mon plat, mangeurs ! Demain, vous le trouverez déjà meilleur et dès après demain, il vous paraitra bon ! Si vous en redemandez, alors mes sept vieilles recettes me donneront le courage d'en faire sept nouvelles

Tandis que j'expliquais à ma famille les bienfaits de la médecine naturelle, je voyais les visages se fermer, les yeux s'écarquiller

Ma manière et mon langage te séduisent, tu me suis, tu marches sur mes pas ? Ne suis fidèlement que toi-même et alors tu me suivras – doucement ! doucement ! 

J'écrivais des heures durant semblable à une damné.e, à un.e noyé.e s'agrippant à une boué.e de sauvetage miraculeuse. Cet enfer m'apporta l'allegro et l'andante d'une symphonie dont j'achèverai certainement un jour le dernier mouvement

Je laisse bien des choses tomber et échapper. C'est pourquoi vous me dites méprisant. Mais qui boit à des verres trop pleins, en laisse beaucoup tomber et échapper, mais pour autant ne pense pas de mal du vin

Ne vous laissez pas abattre par aucun examen médical négatif, aucune formule sanguine défaillante, aucune radio inquiétante ne doivent avoir raison de vous. Seule compte votre volonté

Comment escaladerai-je le mieux cette montagne ? Continue de monter et n'y pense pas !

Le formidable indice de la santé ? Lorsque je siffle spontanément ou que je vocalise sous ma douche, c'est que je me porte comme un charme. Mes cellules ne sont pas agressées par les toxines; les déchets n'encombrent pas mon foie et le sang circule librement

Qui est profondément occupé est au delà de tout embarras

Ma pharmacie ? ma cuisine, tout simplement : elle recèle de remèdes miraculeux qui s'appellent plantes, légumes et fruits naturels

Les animaux sacrifiés ont un avis différent des spectateurs sur le sacrifice et l'immolation, mais on ne les a jamais laissés s'exprimer    

Bien sûr je ne nie pas la rapidité d'intervention de certains médicaments chimiques. Ils nous apportent parfois une aide urgente que l'on ne saurait refuser, sous prétexte qu'elle est chimique. Lorsque la maison brûle, il faut bien appeler les pompiers et tant pis pour les dégâts causés aux meubles. Il est préférable de subir une intoxication médicamenteuse que de perdre la vie. Mais vous ne devez pas oublié que cet intoxication existe bel et bien et qu'aussitôt le danger écarté, il faut mettre à profit le répit obtenu pour consolider la maison sainement tout en reconstituant les meubles

Tu te plains de n'avoir plus goût à rien ? Encore et toujours mon ami tes vieilles lubies ? Je t'entends jurer, brailler, cracher. Cela épuise ma patience et mon coeur. Crois-m'en mon ami, décide toi librement à avaler un crapaud gras promptement et sans regarder ! Voilà qui te guérira de ta dyspepsie ! 

En vérité lorsqu'un médicament soulage, c'est qu'il plagie un procédé naturel

Seul invente une amélioration celui qui sait ressentir : " ceci n'est pas bon "

Le jus de navet ajouté à ceux de la betterave et du chou vous minéralisent et vous fortifient. Carottes, melons, cerises ou abricots vous rajeunissent sans artifice et prolongent votre vie. Un cataplasme d'oignons crus appliqué sous la plante des pieds abaisse immédiatement la tension. Une macération d'oeuf citron fait fuir la dépression. Une pomme chaque matin éloigne le médecin

Oui parfois je fais de la glace. La glace est utile pour digérer ! Si vous aviez beaucoup à digérer : oh comme vous aimeriez ma glace !

Seule la vie entretient la vie

Il est tout à fait dépourvu d'envie, mais il n'y a là aucun mérite, car il veut conquérir un pays que personne n'a encore possédé et dont c'est même à peine si quelqu'un l'a vu

Imaginez que vous ayez confié l'édification de votre maison à une excellente équipe de maçons. Sur le terrain, ils attendent les camions de livraison, qui leur apportent les matériaux nécessaires à leur travail. Si ces produits sont inadéquats ou de mauvaise qualité, ne vous attendez pas à voir surgir de terre la maison de vos rêves. L'habitant, vous y passerez des instants désagréables. Vous y aurez chaud l'été et froid l'hiver. Vous y subirez l'assaut des décibels et assisterez à la fissuration des murs ainsi qu'à celle de vos espoirs. Remplacez l'image de la maison par celle de votre corps et vous comprendrez combien, faute d'y prendre garde, vous creuserez vous même votre tombe avec vos dents. A vous de décider d'ériger une citadelle indestructible au lieu et place de votre bâtisse lézardée

Ne t'enfles pas : sans quoi une petite piqûre suffira à te faire éclater

Ni Mozart ni Beethoven n'ont écrit de symphonies célébrant la gloire des fruits et des légumes et c'est bien dommage

A : il s'arrête et écoute. Qu'est-ce qui a pu l'égarer ? Qu'entend-il bourdonner à mon oreille ? Qu'est-ce qui l'a ainsi abattu ?

B : comme tout homme qui porta jadis une chaine, il entend partout cliquetis de chaine

Et si la potion magique d'Astérix le Gaulois n'était pas tout simplement à base de blé germé ? Il faudrait demander au druide...

A la sueur de notre front, nous devrions manger notre pain ? Mais à la sueur mieux vaut ne rien manger. D'après les calculs des sages médecins, la canicule nous fait signe : que manque-t-il ? Que signifie son signe de feu ? A la sueur de notre front, nous devons boire notre vin !

Recevez à travers elle, le soleil que l'univers vous envoie

Le soleil, tous les épuisés le maudissent, la valeur de l'arbre, c'est pour eux, son ombre !

Nous sommes les ouvriers de notre corps. Si nous n'offrons pas à notre corps un fuel de bonne qualité, soit des lipides de premier ordre, notre organisme aurait tôt fait de rejoindre l'assemblée des vieilles carcasses

" il décline, il tombe à présent" raillez-vous sans cesse. La vérité c'est qu'il descend vers vous ! Son excès de bonheur lui est devenu fardeau, son excès de lumière suit vos ténèbres

Ne faisons pas de notre corps une boutique d'apothicaire

Les rues du paradis sont gardées par une bonne évacuation intestinale

 

 

vitamine D + calcium + 10 minutes de soleil : le soleil nous permet d'assimiler tout ce que nous prenons le temps de mâcher avec notre salive, nécessaire à la digestion.

le cas échéant être supplémenté en vitamine D

Manger une dizaine d'amandes, quelques noix, des sardines, du saumon frais en quantité raisonnable

Marcher au moins une demi heure par jour, pratiquer une activité physique régulière.

1 ou 2 pruneaux, de temps en temps. Le bonheur est là, où on veut bien le voir...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.