Le diable s’habille en « Pravda »

À quand le ménage et le tri ?

Décidément, « l’arroseur arrosé » des frères Lumière est un classique indémodable.

 

Toutefois, quand c’est un monsieur moralisateur, donneur de leçons, catho plus intégriste qu’intègre – bien qu’il prétende le contraire –, un monsieur « plus propre que moi tu meurs », qui veut dilapider nos acquis sociaux et prendre encore un peu plus à la gorge les plus précaires et fragiles et qui, de surcroît, à la prétention de se présenter à l’investiture suprême, cela prend une tournure différente.

Ce mec, sa meuf et ses lardons, ce sont faits au minimum 1 million d’euros en quelques années de façon apparemment très discutable, et c’est un euphémisme, sur le dos des contribuables – la justice le dira –, selon les dernières révélations du Canard enchaîné et de ses concurrents. 1 million d’euros à ne rien foutre ou presque ! Pendant que des auxiliaires de vie gagnent péniblement le SMIC en travaillant très fréquemment comme des esclaves, sans compter tous ceux qui sont dans la même galère.

En plus, ces cathos bon teint mentent (très mal) tels des arracheurs de dents – qu’on se rassure, ce n’est pas exceptionnel dans le milieu, je peux en témoigner – et s’enfoncent chaque jour un peu plus, tels des gamins pris en faute, montrant ainsi tout le mépris hautain qu’ils ont à l’égard des Français.

Ils veulent s’attaquer à l’IVG, « ces gens-là », en se faisant passer pour plus soucieux du bien-être d’autrui qu’ils ne le sont en réalité derrière la façade de leur manoir acheté pour une bouchée de pain… Ils ont l'outrecuidance de s’en prendre à nos libertés individuelles les plus intimes et privées si chèrement acquises, afin de satisfaire la morale d’une frange dogmatique et intolérante de concitoyens perclus de principes antédiluviens, qui est aussi la leur évidemment. Quant à la sécu, avec ce qu’ils gagnent, ce n’est pas sa disparition qui les empêchera de vivre confortablement.

En fait, je ne peux m’empêcher de me demander quel degré d’amoralisme pollue le milieu politique ? Car depuis quelque temps, nous sommes confrontés à une épidémie. La liste semble interminable et inépuisable.

N’est-ce pas compréhensible et légitime dans ces conditions que les Français s’interrogent et doutent de la probité de leurs élus ?

Pour autant, il ne faudrait pas tomber dans le piège des « tous pourris ». Bien sûr, ce sont les « arroseurs » eux-mêmes qui ne cessent de se noyer dans leur propre champagne, donc de creuser leur propre tombe, celle de l’image qu’ils renvoient avec, pour une fois, une constance aussi stupéfiante que consternante. En effet, les politiques – locaux et nationaux – font-ils vraiment tout ce qui est en leur pouvoir pour éradiquer, ou a minima endiguer, ce fléau abject, ce virus tellement contagieux, inoculé par la griserie d’un pouvoir qui distille un sentiment de puissance telle que d’aucuns et d’aucunes en arrivent à se sentir intouchables, au-dessus des lois, de la justice et du Peuple. Non, évidemment non, lorsqu’on voit la mauvaise volonté et la mauvaise foi d’une majorité plus soucieuse de préserver ses privilèges que de moralisation et d’éthique, freinant des quatre fers pour se décider à voter des décrets les encadrant davantage afin d’éviter les débordements qu’on ne cesse de dénoncer de toutes parts – les affaires s’accumulent dans une indifférence quasi totale au Sénat et à l’Assemblée nationale.

Ici-bas, comme en toute chose, on a les valeurs chrétiennes qu’on peut. Mais, n’en doutons pas, Dieu reconnaîtra les siens. À moins qu’Il ait également perdu la boussole…

En attendant, que le Peuple fasse son travail, c’est-à-dire le ménage puisque, apparemment, il n’est bon qu’à ça, même chez certains chrétiens bourges et bobos…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.