Hommage à la vie

Une autre façon de se rappeler par le biais de la poésie…

augusta-camp-site-sunrise-002

Chauffeur fou. Malade de haine. Camion meurtrier. Carnage. Tuer ! Tuer.

Promenade des endeuillés. Promenade ensanglantée. Tuer ! Tuer. Même des enfants, lui qui fut père.

Sans discernement, sans distinction, avec rage, une rage sanguinaire.

Faucher. Écraser. Assassiner la vie, la liberté, la différence, un certain bonheur, un certain regard, une autre pensée. Assassiner. Écraser. Faucher. Tuer ! Et encore tuer. Massacrer.

Et mourir, satisfait et repu.

Horreur. Que la vie peut être une horreur innommable ! Un enfer destructeur en quelques secondes. Par la volonté de fous. De fanatiques embringués par des schizophrènes assoiffés de vengeance.

Vengeance insane perpétrée par des lâches. Derrière leurs bureaux. Au volant d’un camion sans âme.

Et le racisme et la haine et la xénophobie la peur de l’autre la peur de tout qui s’enflamment.

Quelle manne pour tous les anti ! Anti-arabes, anti-vie, anti-amour, anti-liberté, anti-tout, anti-tous.

Tant de lumières se sont éteintes sous un feu d’artifice. Tant d’artifices factices ont volé en éclats sous le choc d’un pare-choc dément.

Qu’il faut être mal heureux, mal dans sa peau, mal dans sa tête pour tuer froidement et bêtement ! Qu’il faut être handicapé, amputé d’amour universel.

Radicalité aveugle, sourde, insensible, pas bestiale, car l’animal tue pour manger donc pour vivre, mais inhumaine. Tellement dépourvu d’humanité et d’amour. Et d’amour. D’un amour véritable.

Vivre, il faut vivre. Vivre malgré tout. Vivre par-dessus tout. Et aimer malgré tout. Aimer avant tout et par-dessus tout. Il y a tant de vies sans amour. Il y a tant d’amours sans vie. Il y a tant de nuits en plein jour. Il y a tant de jours pleins d’amour. Vivre, il faut vivre.

Avant de mourir, le coeur léger d'avoir vécu d'amour et de liberté.

P.S. : En complément, je conseille vivement de lire cet article

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.