Marcellins
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 août 2018

Un taux de suicide élevé chez les agriculteurs français

Un agriculteur se suicide tous les deux jours en France. Une tendance inquiétante qui reflète un vrai mal être et qui doit être prise au sérieux, alors que nos campagnes se vident. Mais ces issues dramatiques ne sont pas une spécificité hexagonale.

Marcellins
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les agriculteurs sont en détresse. En France, tous les deux jours, un agriculteur se suicide, soit 20 à 30 % de plus que le reste de la population. Depuis les années 1960, plusieurs analyses sociologiques indiquent que leurs conditions de vie se sont dégradées. Si bien qu’au fil des années, le suicide est ainsi devenu la deuxième cause de décès chez les agriculteurs.

D’après une étude publiée par Santé publique France, plus de huit cas de suicides sur dix concernent des hommes. En outre, en 2016, le nombre d'appels à l'aide a sur le numéro vert Agri’Ecoute de prévention du suicide mis en place en 2014 par la Mutualité sociale agricole (MSA) a été multiplié par deux : 2.664 contre 1.219 en 2015.

Manque de reconnaissance sociale

La production laitière et l'élevage bovin sont les secteurs les plus touchés, la Bretagne et les Pays de la Loire sont deux régions particulièrement affectées. « Les choses ne s’améliorent pas donc les gens perdent le moral, n’ont plus de perspective », résume Dominique Bossong, directeur de la MSA Bourgogne.

Si l’épuisement physique et l’isolement social jouent un rôle central, le surendettement reste l’un des principaux facteurs de cette « crise de la santé mentale » des agriculteurs. Mais la vraie cause de ce fléau est la déconsidération de leur rôle social. Dès lors, ce déficit de reconnaissance, au-delà des problèmes économiques reste déterminant du mal-être des agriculteurs.

« On a progressivement délaissé les campagnes et avec elles notre considération pour l'agriculteur, qui a pourtant un rôle fondamental » souligne Éric de la Chesnais, agriculteur, journaliste spécialisé dans les sujets agricoles, et auteur du livre Agriculteurs, les raisons d'un désespoir. « Notre société préfère accorder plus d'importance à des considérations futiles dont on peut se passer pour vivre, ce qui n'est pas le cas de notre nourriture », regrette-t-il.

La loi du marché impitoyable

Il faut inverser la tendance et faire en sorte que les agriculteurs puissent se rémunérer du fruit de la vente de leur production. Les Etats généraux de l’alimentation avait pour but de faire en sorte que les grands gagnants ne soient pas systématiquement la grande distribution. Car les agriculteurs ont été les principales victimes de l’hyper-concurrence de la grande distribution. « Grands producteurs, industriels et supermarchés ont profité de cette situation. La loi du marché s'est appliquée, mais au détriment des agriculteurs » confirme Éric de la Chesnais. D’après lui, l’agriculture est devenue « la variable d'ajustement des accords mondiaux de libre-échange ».

Nombreux sont ceux qui, comme lui, montrent du doigt la mondialisation pour expliquer la réduction des marges dans nos campagnes, mais le problème est loin d’être franco-français. Aux États-Unis, par exemple, les suicides d’agriculteurs sont cinq fois plus élevés que la moyenne des autres professions d’après l’ONG Farm Aid.

Le problème est encore plus marqué en Inde, où 300 000 fermiers qui se sont tués entre 1995 et 2005. Un paysan y meurt toutes les 41 minutes – et ce depuis 25 ans ! Les agriculteurs du monde entier vivent en funambules, au-dessus du gouffre : en Chine les paysans doivent faire face au risque de saisie de leurs terres, en Irlande les suicides se sont multipliés après un hiver particulièrement sec, en Australie après deux années de sécheresse… Et ce dans la plus grande indifférence.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire