Professeur Nimbus Jésus-Christ, mais que fait la police ?

On ne trouve pourtant pas de case à cocher sur la feuille d'autorisation à se remplir avant chaque sortie, où on pourrait choisir : je traverse la France et attends des heures sur le trottoir pour l'imposition des mains par le Pr Raoult.

Alors que les gens sont confinés chez eux sous peine d'amende - elle est désormais passée à 200€ - d'autres gens se massent en nombre à Marseille devant l'hôpital de la Timone, où exerce le professeur Nimbus Jésus-Christ. Dans le journal du soir de France 2, on voit des foules qui « sur plusieurs centaines de mètres, attendent pour se faire dépister et le cas échéant, bénéficier du traitement du Pr Raoult » à base de la fameuse molécule miracle, la chloroquine.

Une immense banderole est déployée, affichant « Marseille et le monde avec le Pr Raoult ». Ce n'est pas encore la maladie du charbon mais bien la foi du charbonnier.

Une patiente sur le trottoir, portant son masque médical : « C'est notre espoir, c'est l'espoir qu'on a », « c'est notre dernière chance ».

Et plus surprenant, une autre jeune femme, hilare au téléphone, elle sans masque sans crainte ni honte, avoue qu'elle « vient de Paris, 7 h de route pour avoir l'espoir d'être soignée si elle se révélait positive ».

Marseille, le 28 mars 2020 © France 2 Marseille, le 28 mars 2020 © France 2

Alors, devant ces entorses manifestes à l'obligation de rester confiné chez soi, on se demande : « mais que fait la police » ? A Marseille par contre, on ne se demande plus ce que fait le Conseil de l'ordre des médecins puisqu'on sait qu'il détourne l'argent des cotisations obligatoires desdits médecins pour investir dans une villa avec piscine. (1)

Mais que fait la police ? On ne trouve pourtant pas de case à cocher sur la feuille d'autorisation à se remplir avant chaque sortie, où on pourrait choisir : je traverse la France et attends des heures sur le trottoir pour l'imposition des mains par le Pr Raoult.

En région parisienne, on a cependant une petite idée de ce que fait la Police : par exemple le 24 mars aux Ulis, elle tabassait Sofiane, 21 ans, livreur pour Amazon et imprudemment sorti sans son autorisation. Suite à sa malencontreuse rencontre, filmée par des voisins depuis les immeubles, avec des agents de la Bac (brigade anti-criminalité) il a été tabassé et se retrouve avec 4 jours d’interruption de travail pour de « nombreuses ecchymoses sur les avants-bras et le dos, un gros hématome à la tempe » (Le Parisien, samedi 28 mars. Voir également les articles du dossier Mediapart).

Pour en revenir au Pr Raoult, l'épisode actuel est loin d'être sa première tentative de percée médiatique. Le personnage s'était déjà illustré sur le front de la tuberculose multi-résistante. Il s'agit d'une forme de la maladie particulièrement dangereuse quand le bacille de Koch, l'agent pathogène, est devenu résistant aux traitements antibiotiques classiques de la tuberculose. Les malades atteints de ces formes de tuberculeuse doivent rester à l'isolement sous peine de transmettre directement aux gens une maladie très difficile à soigner. Or que disait le Pr Raoult à ce propos ?

«Non, la résistance aux antibiotiques n'est pas une menace pour la population.» (2)

Ciel ! Les vrais spécialistes, comme par exemple ceux du sanatorium de l'hopital de Bligny dans l'Essonne et qui traitent régulièrement plusieurs cas de multi-résistance aux antibiotiques auront sans doute une autre version à donner. Il est vrai cependant que surveiller et traiter les malades est un autre métier que la recherche d'une gloire médiatique à bon compte.
Pour cela, il est plus efficace de se prendre pour Jésus-Christ.

(1) https://www.laprovence.com/article/edition-marseille/5799486/le-mauvais-comptes-du-conseil-de-lordre-des-medecins.html

(2) https://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/10/07/24198-marseille-succes-contre-bacteries-resistantes

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.