Marco Cesario
Journaliste, Auteur
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

3 Éditions

Billet de blog 8 oct. 2018

"Nous sommes tous Mimmo Lucano", le maire insoumis, symbole de l'accueil des migrants

A Riace, sud de l'Italie, 5.000 personnes ont défilé sous les notes de Bella Ciao en solidarité avec le maire suspendu de ses fonctions pour avoir accueilli des migrants. Le modèle Riace, qui inclut migrants et réfugiés, est un exemple d'intégration

Marco Cesario
Journaliste, Auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au moins cinq mille personnes ont envahi Riace hier en signe de solidarité avec Mimmo Lucano, le maire du village calabrais qui est devenu un symbole de l'accueil des migrants pour avoir crée un système d'intégration dans un village qui était jusqu'a la en voie de désertification. Pour cela s'est retrouvé en résidence surveillée, accusé d'avoir soutenu l'immigration illégale.

Les charges

Le maire a été arrêté dans le cadre d'une opération appelée "Xenia". Les charges retenues à l'encontre de Lucano sont: complicité à l'immigration clandestine et mandat frauduleux au service de collecte des ordures, mais toutes les charges les plus graves initialement prévues par le ministère public de Locri ont été écartés, notamment les détournements de fonds, la fraude contre l'État et les extorsions.

Le modèle Riace

A Riace, les migrants sont logés dans des maisons inhabitées et bénéficient d'un prêt gratuit, et l'argent alloué par le ministère est remis à des coopératives, qui incluent des migrants et des rapatriés, qui donnent aux réfugiés et aux demandeurs d'asile la possibilité d'apprendre un métier grâce à des " bourses de travail ", qui leur fournissent un petit salaire.

Les bonus - une sorte de bons qui peuvent être utilisés dans les entreprises participantes - sont utilisés pour permettre aux clients du système Riace de faire des achats et de gérer leur propre ménage. Au fil du temps, ce système a souvent profité non seulement aux réfugiés et demandeurs d'asile inclus dans les projets Sprar, mais aussi à nombre d'entre eux qui, à la fin du programme, ont décidé de rester à Riace pour se construire une nouvelle vie.

"Nous sommes tous des clandestins, Mimmo libre"

A la manifestation en solidarité du maire ont défilé les réfugiés de Riace, des comités, des associations, des syndicats comme l'Usb, le Cobas,  CGIL, Potere al Popolo, Refondation communiste, comités et associations étudiants, les ONG locales et nationales, les environnementalistes, les féministes, les associations antimafia, mais surtout beaucoup de citoyens non organisés. "Mimmo ne s'arrête pas". A  Riace, ce n'est pas qu'un slogan. C'est une promesse, une bataille civile de toute la société. 

@marco_cesario

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie