Le rappeur MHD mis en examen pour homicide volontaire

Les nouvelles ne sont pas du tout bonnes du côté du monde de l’Afro trap, genre musical mêlant le trap, l’afrobeat et le rap français. Le rappeur MHD, de son vrai nom Mohamed Sylla, précurseur de ce genre musical a été mis en examen pour « homicide volontaire » et risque à ce titre 30 ans de réclusion.

jan-strecha-685050-unsplash
Ouverture d’une enquête

Les faits se déroulent dans la nuit du 5 au 6 juillet 2018. Loïc, âgé de 23 ans, est grièvement agressé et poignardé. Le jeune homme encore vivant après son agression ne tardera pas à succomber à ses blessures, malgré l’intervention des pompiers qui lui ont pratiqué un massage cardiaque. Cet acte, selon les premières hypothèses de l’enquête ouverte par les agents du 2e DPJ (District de police judiciaire) est le résultat du comportement d’une bande de jeunes vivant dans des cités rivales des Xe et XIXe arrondissements. Manque de pot pour ce gang, lors des investigations, la police judiciaire a exploité des vidéos de la scène du crime qui lui a ainsi permis d’identifier la voiture des agresseurs. Une Berline Mercedes de location, qui aurait été louée par le rappeur MHD.

Ce véhicule était stationné dans le parking de la cité rue Armand-Carrel, non loin du lieu où le meurtre a été commis, cassé et incendié comme par enchantement.

Détention provisoire

Le 17 janvier 2019, MHD a été mis en examen suite à l’ouverture de l’enquête menée pour le meurtre du jeune Loïc. Bien qu’il nie les faits, la police judiciaire reste persuadée au vu des résultats des investigations que l’artiste est impliqué dans cette affaire. Elle pense également qu’il était présent ce soir-là sur les lieux, lorsque le jeune Loïc se faisait sauvagement tabasser.

Il a été mis en examen et placé en détention pour homicide volontaire. Son avocate Me Élise Arfi a précisé dans un communiqué qu’elle compte faire appel de la décision de mise en examen : « Les enquêteurs n’ont aucun élément pour affirmer qu’il était sur place et ce d’autant que mon client possède un alibi. Cette décision est incompréhensible. Il n’est absolument pas concerné par la guerre des bandes, ne connaît pas la victime et n’avait donc aucun mobile. » La défense du rappeur conteste également son placement en détention provisoire : « Il possède toutes les garanties de représentation » et de l’« absence d’antécédent judiciaire », selon l'avocate.

A la demande du juge d’instruction en charge de l’enquête le rappeur a été placé en garde à vue avec trois autres présumés complices. Deux ont été incarcérés et un placé sous contrôle judiciaire pour les mêmes faits.

Réaction de l’équipe artistique

A l’instar de ses confrères artistes, tels Naza et Black M, l’équipe managériale de MHD n’est pas resté en marge des réactions face à cette affaire. Elle a publié un communiqué, que l’on peut lire sur l’instagram @lemondedurap, dans l’optique du lui témoigner leur soutien : « Toute l’équipe de ARTSIDE apporte son soutien sans failles à Mohamed Sylla dit MHD ainsi qu’à toute sa famille. Nous continuerons avec son avocate les démarches nécessaires et envisageons en ce moment même tous les recours pour le libérer au plus vite. MHD est actuellement en détention provisoire et le soutien de tous va être plus que nécessaire... »

Dans son communiqué, l’équipe est revenue sur les faits qui accablent l’artiste et a mentionné une adresse à laquelle les fans de MHD peuvent envoyer leurs lettres de soutien, mais aussi condamné fermement la violence orchestrée par les jeunes, en exprimant au passage une pensée pieuse pour la victime.

Promotion de son deuxième album « 19 »

Mohamed Sylla, s’apprêtait à faire une tournée artistique afin de promouvoir son deuxième album sorti en septembre dernier. Un programme de concerts prévus à travers l’Europe avait été fixé, à l’affiche une date à l'AccorHotels Arena le 29 mars prochain, avant d’autres aventures prévues aux États Unis où il s’était déjà produit en 2017.

Malheureusement le prolongement de sa garde à vue devrait avoir un impact négatif sur la série des concerts qui était prévue à court terme, notamment ceux qui devaient avoir lieu à Amsterdam et au Luxembourg, qui ont été reportés par son équipe dans l’attente des suites judiciaires de l’affaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.