Le Pen condamné pour homophobie : quel lien entre homophobie et xénophobie ?

Le verdict est tombé le mercredi 28 Novembre à Paris. Jean-Marie Le Pen accusé pour des propos injurieux visant la communauté homosexuelle, a finalement été condamné. A 90 ans, l’homme hospitalisé qui n’avait pas pu se rendre à l’audience s’est fait représenter par son avocat.

Connu pour ses sorties cinglantes, Jean-Marie Le Pen a déjà fait l’objet de plusieurs condamnations en justice. En 1987, Il a été forcé de payer 1,2 millions d’euros à onze associations pour ses propos sur les chambres à gaz pendant la guerre. Serein et sans regrets, il a ensuite continué d’enflammer les débats sur l’immigration, Pétain, et sur bien d’autres sujets. Il a récemment fait la une des journaux à nouveau pour des propos visant la communauté homosexuelle.

En mars 2016, alors que le cardinal Barbarin était accusé pour non dénonciation d’abus et agressions pédophiles dans son église à Lyon, Jean-Marie Le Pen affirmait clairement dans une vidéo sur son « Journal de bord »  : « L’abaissement des règles morales est une constante d’une société décadente, et je crois que la pédophilie, qui a trouvé ses lettres de noblesse… interdites, mais tout de même, dans l’exaltation de l’homosexualité, met en cause toutes les professions qui approchent l’enfance et la jeunesse » Ce rapprochement entre pédophilie et homosexualité a été qualifié par la procureure d’incendiaire et d’exhortation à la haine et la mise au ban des homosexuels.

Le 21 décembre 2016, Le Figaro interrogeait Jean-Marie Le Pen via un direct sur Facebook, à propos de la représentation des homosexuels au sein de son parti le Front National. Egal à lui-même, Jean-Marie Le Pen répondait : « les homosexuels, c’est comme le sel dans la soupe  : s’il n’y en a pas assez c’est un peu fade, s’il y en a trop c’est imbuvable ». Deux jours plus tard, l’association Mousse portait plainte contre Jean-Marie Le Pen pour incitation à la haine à raison de l’orientation sexuelle.

En avril 2017, réagissant aux obsèques du policier Xavier Jugélé tué dans un attentat djihadiste sur les champs Elysées, et à l’intervention de son époux éploré, Jean-Marie Lepen a encore fait parler de lui à cause d'une sortie sur son journal de bord diffusé sur youtube : « Il m'a semblé qu'il y avait dans cette cérémonie une équivoque et qu'on rendait plutôt hommage à l'homosexuel qu'au policier…Je pense que cette particularité familiale doit être tenue à l’écart de ce genre de cérémonie, qui gagnerait d’ailleurs à plus de discrétion ». De nouveaux mots forts envers une victime en raison de son orientation sexuelle. Benjamin Grievaux, alors porte parole du Mouvement « ‘En marche ! » s’en est indigné dans un communiqué cité dans le Figaro : « Je demande à la candidate du parti Front National de condamner publiquement les propos de son père et de mettre fin immédiatement aux fonctions encore occupées par Jean-Marie Le Pen au sein du Front National dont il est toujours Président d'Honneur ».

Ces sorties estimées comme des injures publiques contre les homosexuels ont couté plusieurs milliers d’euros de dommages et intérêts au co-fondateur du Front national. Il a été condamné à verser 800 euros d’amende pouvant se transformer en emprisonnement en cas de non-paiement, 11 000 euros dus aux parties civiles, 7000 euros d’indemnités à l’époux du défunt Xavier Jugelé et 4000 euros à l’association Mousse.

L’accusé avait annulé sa venue au procès une troisième fois pour cause d’hospitalisation. Mais il s’est bien sûr fait représenter par son avocat.. L’avocat de Jean-Marie Le Pen a notamment clamé devant la cour que son client n’avait rien contre les homosexuels, qu’il avait son droit d’opinion, surtout en tant que parlementaire. Au mois d’octobre, Me Joachim avait même déploré dans le Figaro « que ces procès aient pour seul et unique but d’attaquer Jean-marie Le Pen pour récupérer de l’argent facile ».

Alors, quel rapport entre homophobie et xénophobie ?  De même que la xénophobie, le racisme ou l'antisémitisme, l'homophobie paraît être une désignation de l'autre comme le mauvais contraire, inférieur ou anormal2. » L'homophobie peut aller jusqu'au meurtre, ou à la condamnation à mort institutionnalisée, notamment dans certains pays africains et du Moyen-Orient. L'homophobie peut être de différentes origines. Mais si elle est issue de positions politico-religieuses, elle peut se combiner à la xénophobie. Il ne s'agit pas de dire que les religions sont homophobes. Mais les textes sacrés des grands monothéismes tiennent parfois des propos très durs sur les relations homosexuelles et peuvent donner lieu à des interprétations radicales et simplistes.

juliette-f-1298070-unsplash-1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.