Gad Elmaleh : plagiat ou inspiration ?

Né le 19 Avril 1971 à Casablanca, Gad Elmaleh est un humoriste, acteur et réalisateur de nationalité marocaine et canadienne. Il fait en ce moment la une des médias alors qu’il est accusé à nouveau de plagiat dans le monde du rire.

En 2017, l’humoriste était déjà au centre d’un scandale similaire pour s’être attribué les sketchs de plusieurs humoristes du stand up américain - une information publiée par CopyComic, un internaute anonyme connu pour sa chaîne YouTube dans laquelle il publie des vidéos montrant des ressemblances frappantes entre des sketchs d'autres humoristes célèbres, en laissant penser qu’il pourrait s’agir d’un plagiat.

images

Malheureusement notre humoriste, acteur et réalisateur est encore une fois de plus tombé dans ce panneau, avec une vidéo de CopyComic intitulée : coïncidence ou plagiat ? Dans cette vidéo, on peut en effet voir Gad Elmaleh reprendre, lors d’un de ses spectacles de 2018, une vanne de George Carlin datant de 1996 dans laquelle il parle du fait d’être heureux. Le texte de George Carlin dit ceci : « Plus qu’heureux, je suis sûr que vous dites ça parfois !? De temps en temps. Vous dites à quelqu’un : oh, je serai plus qu’heureux de faire ça ! Comment peut-on être plus qu’heureux ? Pour Momo ça sonne comme un problème psychologique ! On a dû mettre Dave dans une maison de repos...il était plus qu’heureux ! Mais j’aime aussi penser à toutes ces petites choses qu’on a en commun. Ces petites choses que nous partageons de manière universelle et qui font qu’on est tous les mêmes. Est-ce que vous avez déjà regardé votre montre et ensuite vous n’avez aucune idée de l’heure qu’il est ?! »

Ce texte ci-dessus cité souffre d’une ressemblance flagrante avec celui joué par l’humoriste Gad Elmaleh lors d’un de ses spectacles en 2018. Dans la suite de la vidéo, quelques séquences des prestations de célèbres humoristes et celles de Gad Elmaleh sont mises en parallèle. Les prestations concernées par le plagiat sont ceux des humoristes suivants : Martin Matte en 2000, Dany Boon en 1998, Dieudonné en 2005, Richard Pryor en 1979, Steven Wright en 1985, Donel Jacks’man en 2014, Dona Carvey en 1995, Patrick Huard en 1997, Titoff en 2001, Jerry Seinfeld en 1986.

La vidéo publiée par CopyComic fait une dizaine de minutes et compare au total 14 vannes de l’humoriste français à celles des auteurs cités ci-dessus.

Pour le comique Eric Fraticelli, tout cela n'a rien d’étonnant. Il se souvient notamment d'une de ses répliques que, en 2018, Gad Elmaleh lui aurait piqué : c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres. Comme en 2017, les retombées des accusations contre Gad Elmaleh ont suscité des réactions. Ainsi, Charles Deschamps, cofondateur du Bordel Comédie Club de Montréal, ne souhaite plus le voir se produire dans son cabaret. Alors qu'il se confiait à radio Canada, Charles Deschamps a exprimé son ressentiment face à cette situation dans ces termes : « Il [Gad Elmaleh] ne peut plus jouer au Bordel Comédie Club ».

Dans la même dynamique, Louise Richer, directrice fondatrice de l’école nationale de l’humour, située à Montréal, pense que toutes les accusations à l'encontre de l'humoriste marocain sont fondées, au vu de ces vidéos qu’elle trouve troublantes et accablantes : « On va jeter l’opprobre sur Gad Elmaleh au Québec. C’est quelques choses qu’on ne tolère pas, nous à l’école, nos pratiques, nos règlements, tout ce qui est plagiat ou récidive de plagiat entraine un renvoi », a-t-elle déclaré sèchement.

Mais comment dissocier l’inspiration du plagiat?  L'inspiration est une chose qui s’observe plus en début de carrière, lorsque l’artiste est dans une période exploratoire. Souvent, par réflexe, par souci de vouloir être efficace rapidement, un débutant imite ses idoles. Son ton leur ressemble. Il faut du temps pour que l'apprenti artiste trouve son style propre. Un plagiat se distingue de cette inspiration née de l'admiration en ce sens que l'imitation est plus évidente et plus consciente. Lorsque l'élève reprend inconsciemment le ton, la manière de faire du maître, il ne s’agit pas de plagiat, mais plutôt d’inspiration inconsciente. C’est quand les mots sont à peu près les mêmes, dans la prémisse et dans le punch, qu'il y a un problème. De plus, on soupçonne un artiste de plagiat quand les emprunts semblent répétés. Un seul gag, ce n’est pas de la contrefaçon. Mais quand c’est récurrent, qu’il y en a 15, 20 et 30, la démarche est plus systématique et avérée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.