Bernard Tapie : un "acteur" devant la justice

Lors de la première audience au tribunal, Bernard Tapie se défend comme sur une scène.

Dans le cadre de l'affaire Adidas/Crédit lyonnais, Bernard Tapie comparaît au tribunal jusqu’au 5 avril, en compagnie de cinq co-prévenus. Ils se seraient rendus coupables d'une escroquerie en encourageant un arbitrage frauduleux favorable à l’ancien président de l’Olympique de Marseille. Lors de la première audience, Bernard Tapie ne tient pas en place. Selon les rapports écrits concernant l'audience, à chaque tournant de l'audience, à chaque prise de parole, il se fend d'un commentaire adressé à l’un de ses coprévenus.

Lorsque la présidente du tribunal l'interroge sur sa profession, l’homme d’affaires confirme qu'il est « acteur » d'une mine goguenarde. Le public s'amuse du comportement en joué du prévenu Tapie, à tel point que la même présidente doit lui demander de se calmer : « Ici, on n’est pas au spectacle ! », aurait-elle lancé. S'il ne peut pas complètement faire son show dans la salle d’audience, Bernard Tapie peut en revanche donner une conférence de presse à l'extérieur de celle-ci. Devant les journalistes, Bernard Tapie réitère les arguments de sa défense.

Cependant, le procès devrait encore durer quelque temps. Bernard Tapie risque sept ans de prison et 375.000 euros d’amende.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.