Au casino de Monte-Carlo, un joueur perd trois millions d'euros en une heure

Jean-Luc Biamonti, président-délégué de la Société des Bains de Mer (SBM), a confié à Monaco-Matin quelques anecdotes sur les casinos de son entreprise, à la suite de l'assemblée générale ordinaire des actionnaires qui s'est tenue vendredi 21 septembre 2018.

Les jeux de hasard sont souvent des jeux à somme nulle, où la somme des gains de tous les joueurs est égale à 0. Dans ces jeux, le gain de l'un constitue obligatoirement une perte pour l'autre. Ainsi, dans les jeux de casino, quand les joueurs gagnent, l'établissement perd. Et, inversement, quand les joueurs perdent, le casino gagne. M. Biamonti a confié vendredi l'exemple d'un joueur qui a perdu trois millions d'euros en une heure, soit 50.000 euros par minute : un million en espèces et deux millions en crédit prêtés par la SBM. La société encourage en effet ses clients à jouer en leur proposant des prêts. « Le chiffre d'affaires des Jeux progresse de 16%, avec des effets positifs des nombreuses actions entreprises pour donner une nouvelle impulsion à tous les établissements de jeux et développer l'activité des jeux de table. Le directeur Pascal Camia a redynamisé l'offre », a déclaré le président-délégué.

Le résultat opérationnel du groupe, qui est propriété de l'Etat monégasque à 59,47%, mais aussi de Macao Galaxy Entertainment Group et du géant du luxe français LVMH, s'établit à -27,1 millions d'euros. Le groupe, qui gère les principaux hôtels et casinos de Monaco, mais aussi une société de jeux en ligne, a donc réduit ses pertes par rapport à l'an passé : -32,8 millions pour l'exercice précédent.

L'exercice 2017/18 a été marqué par une stabilité relative dans le secteur historique des jeux, où le chiffre d'affaires n'a baissé que de -0,5% pour s'élever à plus de 200 millions d'euros. La SBM précise que « le chiffre d'affaires des appareils automatiques progresse de 7 % et celui des jeux de table du Casino Monte-Carlo de 21 %, ces hausses compensant le recul observé pour les activités jeux de table du Casino Café de Paris et du Sun Casino ».

Dans l'hôtellerie, la SBM a affiché un chiffre d'affaires de 234,7 millions d'euros, soit une hausse de 7%, qui peut s'expliquer par la réouverture progressive après travaux du palace Belle Epoque de l'Hôtel de Paris. Dans l'immobilier, la SBM a continué à prospérer, avec un chiffre d'affaires de 40,9 millions d'euros, soit une hausse de 4%.

La société Betclic, dont le groupe SBM détient 50 %, a rapporté une quote-part positive de 12,5 millions d'euros, tandis que sa quote-part avait été négative de 4,2 millions d'euros l'an passé. La filiale a profité du succès rencontré en France auprès des joueurs par les nouvelles applications mobiles, mais aussi de la baisse de ses dépenses de marketing et de communication par rapport à 2016, année de l'Euro de football. Les bons résultats de Betclic s'inscrivent dans un contexte où les jeux d'argent sur Internet offrent une rude concurrence aux casinos, les joueurs préférant souvent rester chez eux devant leur ordinateur.

Face à La Française des jeux, au PMU et à des sites Internet (comme Bwin), les grands casinotiers n'ont pas la partie facile et doivent évoluer. La SBM inaugurera en février 2019 un vaste complexe immobilier, « One Monte Carlo », sur l’emplacement de l’ancien Sporting d’hiver. Ce seront 7 immeubles à l’architecture contemporaine sur la Place du Casino, 55 boutiques de luxe (Balenciaga, Alexander McQueen, Fendi, Berluti, Hublot, Chaumet…) et 37 appartements de luxe de 600 m2 avec piscine qui permettront à la SBM de diversifier son offre : « Un tiers [des appartements] sont déjà réservés pour la location pour un prix qui pourrait dépasser 200 K€ par mois ». La commercialisation du complexe devrait rapporter 50 M€ de revenus supplémentaires par an au chiffre d’affaires, selon les estimations. La réouverture complète de l’Hôtel de Paris est également prévue pour la fin de cette année. Si le nombre de chambres restera quasiment le même (195) que avant la fermeture, la superficie de l’établissement passera de 38.000 à 55.000 mètres carrés permettant d’offrir des chambres spacieuses, de 40 mètres carrés au minimum, et des suites (60% de l'offre).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.