11 septembre 2001 : les Etats-Unis n'étaient pas prêts

Nous nous rappelons tous des images prises du président américain George W. Bush au moment où on l'informe de l'attaque terroriste qui est en train de frapper les Etats-Unis. Sur son visage on peut lire la stupeur. L'Amérique n'était pas prête à un séisme d'une telle magnitude. Pourtant, les services de renseignements américains sont sans doute parmi les plus sophistiqués du monde. Comment les terroristes ont-il pu surprendre à ce point la CIA et l'exécutif américain ?

Plusieurs raisons l'expliquent. D'abord, à son arrivée à la Maison blanche, George W. Bush remplace un certain nombre de hauts fonctionnaires, y compris au sein des départements chargés du renseignement. Cette discontinuité a sans doute obligé les équipes concernées à reprendre un certain nombre d'enquêtes à zéro ou à chercher à maîtriser des dossiers qu'ils connaissaient mal. Par ailleurs, au début du mandat, le terrorisme islamiste n'est pas la priorité de l'administration Bush en matières d'affaires extérieures : la rivalité avec la Chine, par exemple, est un dossier beaucoup plus brûlant, tant l'Amérique a peur de perdre sa suprématie dans le Pacifique.

Résultat, en septembre 2001, aucun dispositif préventif n'a été mis en place pour empêcher une attaque terroriste de grande envergure, alors qu'on savait depuis le mandat de Bill Clinton que Ben Laden voulait frapper l’Amérique. Le 11 septembre, lorsque le premier avion s'écrase sur les Twin Towers de Manhattan, c'est l'effroi...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.