Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

365 Billets

4 Éditions

Billet de blog 18 août 2010

Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

Eva Joly : une icône médiatique pour un casting présidentiel ou une véritable présidentiable ?

Marie-Anne Kraft
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette semaine, nouveau bombardement médiatique sur Eva Joly, la nouvelle icône, l’égérie de Europe Ecologie, intéressée à la candidature aux élections présidentielles de 2012 comme elle vient de l’annoncer dans une interview au journal Sud-Ouest et encouragée par Daniel Cohn-Bendit : on parle d’elle comme d’une nouvelle star. Médiatisée par l’affaire Elf, connue pour son courage et son combat contre la corruption, puis débutante en politique (de même qu’en matière d’écologie) avec la percée des écologistes aux élections européennes, elle est accueillie en « guest star » dans les meetings d’Europe Ecologie. « Les militants ont été subjugués. Ça relève un peu de l'irrationnel », commente Patrick Farbiaz, membre du conseil national des Verts. C'est "l'effet Eva", s'amuse un militant Verts. « Ça ne tient pas la route mais elle cartonne. »Cela ressemble plus au lancement d’un marque, à une opération marketing, à un coup d’essai pour tester l’opinion : portrait panégyrique dans Le Monde, dépêche AFP, articles dans Le Figaro, Le Parisien, 20minutes.fr, …Cependant, une méfiance règne à son égard chez de nombreux militants et des représentants des Verts, qui lui reprochent son ego démesuré et un profil qui n’incarne pas le militantisme écologique, de même que son âge (66 ans, donc 68 en 2012 !). Or Les Verts sont la principale composante politique du « réseau » Europe Ecologie, qui rappelons-le n’est pas un parti ni une coopérative malgré l’image utilisée par Daniel Cohn-Bendit. Une méfiance également exprimée par le magistrat Philippe Bilger et par le faible retentissement de ces articles sur le Web.De mon côté, je me méfie à la fois de la starisation d’une personne et des manipulations politiques qui font feu de tout bois. L’UMP cherche à diviser la gauche et le centre, affaiblir le PS et le MoDem en renforçant une candidature écologiste, tout en divisant entre eux les écologistes …Je reconnais à Eva Joly son courage, son implication forte dans le combat contre la corruption, son charisme. Elle dénonce plus que quiconque les scandales d’Etat avec un fort retentissement. Elle prend son job de député européen au sérieux. Elle n’appartient pas à l’élite politique habituelle, sortie de l’ENA ou qui a fait carrière par le jeu électoral jusqu’à en dépendre financièrement. Sa motivation paraît authentique.Mais certains aspects me gênent. Les critiques des Verts sur son ego, son manque d’expérience politique, son âge, sont justifiées, d’autant plus que la candidate Cécile Duflot, qui a fait ses preuves et incarne vraiment le combat écologique, est compétente et représente très bien son courant, sait en défendre les idées. Mais au-delà de ces critiques, je trouve qu’elle a un côté « inquiétant ». J’ai assisté à certains de ses discours qui m’ont mise très mal à l’aise : j’ai vu un auditoire fasciné, quasi hypnotisé, dans un silence religieux. A chaque fois, Eva Joly est dans la dénonciation et utilise un langage plus affectif et manichéen que raisonné, où il y a d’un côté les riches et puissants et de l’autre les faibles et les pauvres, l’énumération de multiples scandales, touchant toujours à l’éthique politique, aux paradis fiscaux et à la corruption, sujets dont elle est spécialiste. Mais tout est très confus, pas très construit, plus dans l’incantation que dans les propositions politiques de solutions et toujours sur un thème finalement très réduit et plutôt éloigné de l’écologie. Comme le décrit l’article du Monde : « Avec ses diatribes sur les paradis fiscaux, sa dénonciation des "dégâts de la corruption qui sévit dans le Nord au détriment du Sud", Eva Joly fait toujours un tabac. Sans effet de tribune ni de discours enflammé, elle fait régner une écoute quasi religieuse dans les salles. "Ma petite musique à moi peut faire que nos idées passent", remarque-t-elle. » Mais il faut rappeler qu’une candidature à une élection présidentielle n’est pas un simple casting, ni un lancement marketing de produit sur un marché. S’il est bon et même recommandable que le candidat ait une image irréprochable, une éthique, surtout en référence aux affaires dévoilées récemment qui touchent le gouvernement, il doit aussi avoir suffisamment d’expérience, de recul, ainsi qu’une vision globale pour la société, sur tous les aspects touchant à la conduite d’une nation. Il doit construire et rassembler.Or un autre point qui me chiffonne, rapporté aussi par cet article du Monde : « Les anciens l'avaient vue arriver avec scepticisme, se défiant des accointances supposées de l'ex-magistrate avec François Bayrou. Elle balayait ça en assumant avoir été draguée par le président du MoDem mais en le taclant aussitôt : "Il n'a pas de programme", disait-elle de son regard bleu qui peut tout d'un coup prendre un éclat presque dur. »

Je peux vous dire que ce n’est pas le genre de François Bayrou de « draguer ». Par ailleurs il n’est pas vrai qu’il n’a pas de programme. Le Mouvement Démocrate a même formalisé avec experts et militants un projet humaniste assez complet résumé dans le livre orange, ce que n’a pas encore fait Europe Ecologie. Je sais aussi que c’est Eva Joly qui a approché François Bayrou en vue d’être tête de liste aux européennes et que ce dernier n’a pas pu lui assurer immédiatement une telle place, les candidatures devant être approuvées collectivement par le bureau exécutif et les listes confirmées démocratiquement par les adhérents. Eva Joly est donc allée voir Daniel Cohn-Bendit deux semaines après …

Cette attitude à l’égard de François Bayrou ne me paraît pas convenable et n’est pas rassembleuse. François Bayrou, lui, n’a pas fait publiquement de telles critiques à l’égard de Eva Joly malgré ces négociations électorales.

Ce qui ne m’empêche pas d’avoir un grand respect et une admiration pour cette grande figure, cette grande dame qu’est Eva Joly, comme j’en ai pour Simone Veil, également icône vénérée par les Français, malgré la déception que j’ai ressentie dans sa persistance à soutenir Nicolas Sarkozy malgré toutes ses dérives, ses atteintes aux valeurs républicaines et notamment sa dernière lors de son annonce de Grenoble !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — International
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — Sports
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Terrorisme
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost