Violences guerrières, machistes, sexuelles...

Repenser les violences sexuelles actuelles à l'aune de la régression machiste provoquée par tant de guerres et de terrorisme au quotidien, et qui ont quasiment envahi l'espace public du quotidien...

Quand on lit ce jour l'article que Médiapart consacre aux violences sexistes et sexuelles dans les universités, ce qui saute aux yeux, c'est combien toutes les instances intermédiaires susceptibles d'accélérer des procédures d'information pour éclaircir des affaires qui touchent tous les milieux, et pas exclusivement le milieu universitaire, ces instances freinent des 4 fers: aussi bien le parquet de Bobigny, par exemple, que les suites à attendre d'une plainte à un procureur, ou la lenteur des dossiers constitués pour informer telle ou telle plainte !

C'est tout le système administratif et judiciaire qui se grippe.

Et il me semble que c'est cela qui doit être interrogé d'abord.

Ainsi que les conflits d'intérêt chez les chercheurs: de la même façon qu'on le fait pour des fonctionnaires, dans leur passage du public au privé et vice versa.

Il est plus que surprenant que "ces" affaires traînent de la sorte, dans une forme de complaisance à l'impunité...dont les hommes actuellement bénéficient bien souvent, reproduisant le même type d'omerta et de complicité masculines que dans les univers du foot ou autres, qui eux sont connus pour des formes de mur impénétrable comme dans l'armée ou la police !

Et ce que questionne encore plus profondément cet article, sans le savoir, peut-etre, c'est l'immunité implicite dont bénéficie à peu près la moitié du genre humain auquel il faut adjoindre la part des femmes qui, actuellement, en bonnes "deglingueuses", se rangent aussi du côté homme, avec des discours qui facilement légitiment le pire....

Réfléchissons pour savoir comment faire pour faire sauter cette chappe de plomb qui sert aussi bien à étouffer ce qu'ont à  dire ces femmes subissant des violences que ce qui devrait de façon générale pouvoir se dire et se dévoiler des violences policières ou politiques actuelles, et sont systématiquement l'objet des mêmes phénomènes de censure, verrouillage,etc... pour faire taire par tous les procédés plus ou moins obscènes, qui contreviennent à grande échelle actuellement au respect de la dignité humaine, au quotidien: en particulier celle des femmes qui ont beaucoup pâti de ces années de terrorisme et de répression dans les rapports hommes-femmes !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.