Femmes, dites infâmes....

L'émancipation par la parole doit entrer dans une nouvelle phase pour les femmes... Et ce, sur toutes les scènes du monde, et par tous les moyens: juridiques, politiques, psychanalytiques, etc... Oui, il y a une nouvelle guerre entre les hommes et les femmes... Et sans l'attiser, nous devons la contourner, en reprenant les rênes d'un autre tour d'émancipation individuelle et collective !

Juste pour dire que ça faisait des années que je dénonçais les violences dans mon immeuble. ..

Et que tout l'arrondissement, les associations, la mairie, le commissariat, les boutiques, le quartier, les commerçants habituels, la Poste, etc... mais aussi les gens que je connaissais, dans les facs, les librairies, chez les ex-imprimeurs ou éditeurs, les photocopieurs, etc... et j'en oublie, jusqu'aux autorités politiques de gauche durant le quinquennat Hollande, tous savaient, et jamais, ou quasiment jamais personne n'a souhaité m'accompagner jusqu'à chez moi quand j'avais peur - et c'était légitime au regard de l'intensité des menaces et des représailles, TOUT CECI, indifférence, déni, désolidarisation en tout, tout ceci donc PARCE QU' IL ETAIT PLUS FACILE ET PLUS OBSCENE DE CONSIDERER UNE FEMME COMME " FOLLE, MENTEUSE,  EXCITEE, HYSTERIQUE, etc...

On voit le résultat aujourd'hui: c'était une entreprise massive, impliquant hommes et femmes, dans des abus de pouvoir injustifiables, qui ont commencé en 2013 par des dégâts matériels, puis en 2014, des menaces, pressions et violences du voisinage, quand j'ai alors dû commencer mes démarches auprès du Palais de Justice et du Quai de Corse, pour faire un procès justifié aux "escrocs" de la drogue de tous bords...

Et ça s'est temporairement terminé par un procès fait indument par le directeur de Paris-Habitat ( au moment même ou après qu'il eut été démis pour graves malversations), ainsi que celui du gardien, se croyant respectable, bénéficiant visiblement du soutien de la maire de l'arrondissement et d'un certain nombre de gens dits de gauche, mais d'extrême-droite, qui jamais ne se sont élevés pour me SOUTENIR, telle était leur implication tangible dans cette affaire de stups, protégée en hauts lieux...

Ni Taubira, ni Raquel Garrido, ni Anne Hidalgo, etc, qui ne se soient impliquées comme femmes pour me défendre... Et ont été les premières démissionnaires, là où leur devoir éthique, en tant que femmes politiques "de gauch" auraient dû les mobiliser immédiatement...

Dans tous les témoignages actuels, on apprend ( mais on le savait depuis longtemps), que le plus difficile est d'arriver à déposer plainte à la police... Et dans le cas des violences liées au trafic de stups: c'était donc une gageure, puisque certains étaient directement impliqués !!!

Je me disais souvent:

Marie Christine, tu vas au commissariat pour tenter de déposer plainte ( la moitié du temps, ils ne voulaient pas et transformaient l'affaire en main courante...), comme les juifs "seraient allés se plaindre" de la police de Vichy, en d'autres temps: très  haut danger !!!

Et du côté de la Justice: j'ai vu de mes yeux vus, une salle d'audience, par la bouche de ses rerpésentants au Palais de Justice, mentirent sans aucun scrupule, et m'attaquaient, INVERSANT LES ROLES: moi en coupable, et eux ( dont le gardien Jérôme Hany, la serpière du trafic,) en victimes !!!

L4HOOREUR TOTALE...

On comprend mieux combien il va falloir SE MOBILISER en France, pour que les femmes, toutes les femmes qui ont subi des violences ( moi ça a duré plus de 4 ans !) aient droit à la Justice, dans un pays où l'ETAT de DROIT existera à nouveau, pour la moitié de la population !!!

 

Qu'on se le dise...

Car souvent sous prétexte de manifester l'intention de vouloir "protéger" quelqu'un, certains humains font exactement le contraire de ce qu'ils disent et redoublent les violences déjà faites sur votre personne ( qu'ils ont nié des années) en vous promettant par menaces voilées d'autres formes de représailles...

LA LIBERTE DE PAROLE ET DE CIRCULATION DOIT SORTIR VAINQUEUR DE CETTE NOUVELLE LUTTE DES FEMMES? même si les modalités prises par chacune pourront sembler antagoniques, divergentes, plurielles, etc...

Car chaque femme a son histoire, et doit pouvoir soutenir sa position subjective !

Sous aucun prétexte, le passé ( violent) ne doit servir d'ALIBI A LA RECONDUCTION, REPRODUCTION ET REITERATION DE GESTES VIOLENTS CONTRE LES ËTRES HUMAINS? ENCORE MOINS QUAND CEUX-CI ONT PASSE LEUR VIE A SOUTENIR MORALEMENT ET POLITIQUEMENT LES DROITS HUMAINS, PARTOUT DANS LE MONDE...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.